25 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/10/2003 • 14h06

"Si les citoyens sont surveillés, il est vital qu’ils disposent d’un contre-pouvoir équivalent en retour" [Ryan McKinley]

Ce chercheur du MIT a développé un outil collaboratif de surveillance des politiques américains

En novembre 2002, l’administration Bush a lancé le Total Information Awareness (TIA), un projet de surveillance des citoyens américains à grande échelle, dont le budget a finalement été gelé. En réponse à ce projet, Ryan McKinley, 26 ans, étudiant-chercheur au Media Lab du fameux MIT (Massachusetts Institute of Technology), a développé le Governement Information Awareness (GIA). Sur ce site, chaque internaute pourra poster des informations concernant les hommes et les femmes politiques américains : activités, déplacements, accointances... Une façon, pour McKinley, de corriger le "décalage nuisible à notre démocratie" induit par le TIA. En ligne depuis le début de l’année 2003, mais encore en développement, le site devrait prochainement s’adapter au modèle de l’open-source, de façon à assurer sa propre survie.

Comment est né le Governement Information Awareness ?
Ryan McKinley : J’y ai pensé immédiatement après avoir entendu parler du Total Information Awareness, en novembre 2002. J’ai commencé à travailler sur ce projet deux mois après, en décembre, le temps d’imaginer une stratégie appropriée. J’essaye de donner un minimum d’implication politique à tous mes projets. Le GIA est une réaction à un projet gouvernemental. Je suis comme tout le monde, il m’arrive de regarder les informations, d’être perplexe face à ce que j’y apprends, de me demander "où va-t-on ?" et d’avoir envie de réagir. Je ne suis pas avocat, je suis informaticien, je fait ce que je peux avec des ordinateurs. Pour qu’une démocratie fonctionne, il faut que le public accède facilement à l’information. Nos dirigeants semblent avoir oublié que si les citoyens sont surveillés, il est vital qu’ils disposent d’un contre-pouvoir. C’est ce contre-pouvoir que j’ai essayé de rétablir avec le GIA.

Vous avez lancé une pré-version il y a quelques mois. A-t-elle reçu un écho favorable ?
Mon projet a sucité un grand nombre de discussions et d’articles lors de son lancement. Suite à cette importante couverture médiatique, de nombreux internautes ont souhaité participer au GIA. Mais le système dynamique que j’avais construit n’était pas prévu pour suporter cette affluence. J’ai dû mettre en veille la partie dynamique du site pour l’améliorer. Mais d’autres pages restent accessibles.

Ne craignez-vous pas les contributions vaines ou les faux témoignages ?
Je suis très vigilant sur ce point. Je tiens à ce que n’importe qui puisse participer à cette veille, sans que cela ne devienne n’importe quoi. Je travaille donc à un système de "tags" et de filtres, à la fois technique et humain : il s’appuierait sur du programme informatique et sur l’action de la communauté. Les gens vérifieraient les informations soumises en fonction de ce qu’ils estiment crédible. Aucun individu, aucun groupe particulier ne serait chargé de vérifier les informations à leur arrivée. En revanche, chacun pourrait donner des indices viables permettant aux autres de décider ce qui vaut le coup d’être lu.

Craignez-vous des menaces judiciaires que pourraient entraîner certaines contributions ?
Je n’ai pas trop peur d’éventuelles menaces judiciaires, même si ce risque donne sa valeur au projet. Aujourd’hui, le MIT est seul à porter ce fardeau. J’aimerais déplacer ce poids, créer un vaste réseau de distribution des responsabilités. Pour cela, il va me falloir réfléchir à une décentralisation du système. J’envisage de passer par le peer-to-peer (P2P), mais c’est une option à long terme : ce système a l’avantage de déplacer la responsabilité de l’hébergeur vers les individus impliqués. Mais c’est un système encore très complexe à gérer et à entretenir.

Le GIA va probablement devenir de plus en plus vaste, donc de plus en plus lourd à gérer. De quelles ressources, humaines et financières, disposez-vous ?
Pour l’instant, je travaille seul sur ce projet. J’envisage de m’y consacrer entièrement pendant une année, tant que le MIT me soutient. Ensuite, je compte moins sur du financement que sur une aide de la communauté des développeurs. J’aimerais réussir à faire en sorte que le GIA devienne "auto-suffisant", comme beaucoup de logiciels open-source.

Government Information Awareness:
http://opengov.media.mit.edu/

Le Media lab du MIT:
http://www.media.mit.edu/

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse