12 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/06/2001 • 12h20

Séquançage du génome humain : Interview de Robert Heilig chercheur au Génoscope

archmag15
Six pays, dont la France, participent au projet de séquençage du génome humain. Mais, au fait, à quoi ça sert ? ...claircissements sur ce programme de recherches avec Roland Heilig, l’un des scientifiques qui travaillent au Génoscope d’Ivry.

À quoi sert le séquençage du génome humain ?

À identifier les gènes responsables des maladies génétiques. Autrefois, il fallait de nombreuses années pour découvrir de tels gènes. La découverte du gène responsable de la Chorée de Huntington a demandé onze ans ! On espère réduire le délai de ces recherches grâce au séquençage du génome humain. Mais ces travaux présentent aussi un intérêt pour la biologie fondamentale. On va pouvoir commencer à se poser des questions générales sur le fonctionnement d’un être humain. En particulier sur les relations entre les gènes, les protéines et les maladies.

Séquencez-vous le gén-ome d’un seul être humain ou de plusieurs ?

Les six pays qui participent au projet public de séquençage travaillent sur du matériel - qu’on appelle des banques de clones - préparé par des laboratoires américains à partir d’échantillons de sang et de sperme prélevés chez plusieurs individus. À Evry, le matériel que nous utilisons provient d’une femme et d’un homme.

Connaît-on ces individus ?

Non, je sais seulement qu’ils ont donné leur consentement avant de se prêter à ces recherches. On ne connaît pas leur nom, mais je suppose qu’on pourrait les retrouver facilement si on le souhaitait.

Quand le séquençage sera-t-il terminé ?

Nous devons terminer nos travaux en 2003. Aujourd’hui, on connaît déjà 90 % du génome humain. Mais on sait que cette partie était la plus facile à identifier. Les 10 % restant nécessitent un investissement en temps et en moyens considérable. On sait aussi qu’on ne trouvera rien d’essentiel sur les maladies dans les régions qui restent à explorer.

Plusieurs laboratoires, publics et privés, participent au séquençage du génome humain. Pourquoi certaines équipes se révèlent-elles plus rapides que d’autres ?

Les performances de ces équipes ne dépendent pas de la compétence des chercheurs, mais seulement du nombre de séquenceurs, du degré de robotisation et des moyens financiers qui sont mis à leur disposion.

Quel est l’intérêt du projet public par rapport à celui de l’entreprise américaine Celera Genomics ? Au Genoscope d’Ivry, nous mettons nos résultats à la disposition de tous les chercheurs, gratuitement, sans restriction, contrairement à Celera qui n’offre ses données aux scientifiques que sous certaines conditions. Des chercheurs devront donc verser des droits pour mettre au point des kits de dépistage de maladies à partir des données fournies par cette entreprise.

http://www.genoscope.cns.fr
http://www.genoscope.cns.fr
 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse