18 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/09/2000 • 00h00

Sac de Noos sur le câble

Les querelles continuent entre le fournisseur d’accès par câble et certains de ses abonnés. Des internautes reprochent à Noos son manque de transparence.

C’est maintenant bien connu, l’histoire de l’accès Internet par câble a toujours été chaotique : retards, malentendus, procès, suspensions... Les associations de défense des cybercâblés espéraient pourtant, avant l’été, que la situation se règlerait enfin. Noos (ex-Lyonnaise Câble), changeait de nom et montrait un nouveau visage : "Noos, ça a l’air simple et en plus, ça l’est." La rentrée n’est pourtant pas toute rose : un virus nommé Qaz vient de toucher les utilisateurs. S’attaquant aux PC sous Windows, ce cheval de Troie n’est pas très dangereux en soi, mais peut permettre à un tiers mal intentionné de prendre le contrôle de votre ordinateur. En rien responsable de ce méchant ver, Noos s’est tout de même attiré les réprimandes de l’association LUCCAS (Les utilisateurs de Cybercâble associés), pour sa lenteur à gérer le problème. La cellule de sécurité de l’opérateur, qui a repéré Qaz le mardi 12 septembre, n’a pas souhaité prévenir les abonnés par e-mail et a attendu, selon LUCCAS, que le problème s’aggrave pour mettre un avertissement sur son site et sur des forums spécialisés. Côté Noos, on affirme au contraire qu’alarmer tous les utilisateurs par e-mail n’aurait servi à rien, Qaz touchant principalement "les surfeurs intensifs". Comprenez : ceux qui sont proches de LUCCAS. Cette anicroche arrive dans un contexte toujours glacial. LUCCAS est toujours en procès contre Noos, depuis la division du débit maximum par quatre en septembre 1999, et soutient, depuis le 1er septembre, une pétition résumant tous ses griefs : limitation de vitesse de transfert bien sûr, limitation des données envoyées du poste client (upload), changement forcé de la nature et du prix de contrat pour les anciens clients en janvier 2001 et mauvaise qualité de la hotline. La pétition compte déjà plus de 900 signatures et LUCCAS envisage même, si le succès se confirme, une manifestation d’abonnés. Celle-ci pourrait coïncider avec la remise, dans les semaines à venir, du rapport de l’expert en charge du procès en cours.

Plainte à l’ART

À ces querelles sont venues s’ajouter deux plaintes, déposées par Laurent Pelé, un membre de LUCCAS, également secrétaire de l’Association contre la fraude à la carte bancaire et trésorier de l’Association des utilisateurs d’Internet. Cet informaticien a adressé, le 1er septembre, une lettre à l’Autorité de régulation des télécommunications (ART) pour "absence de neutralité de l’opérateur de télécommunications Paris Câble vis-à-vis des messages transmis sur Internet". Il dénonce certaines clauses du contrat permettant à Noos de prendre des mesures contre l’abonné dans certains cas : non-respect de la netiquette, non-respect de la loi, notamment sur les droits d’auteurs, envois massifs de mails, etc. Ces clauses sont courantes chez la plupart des providers et il n’y a aucune jurisprudence en la matière. Laurent Pelé reste déterminé : "Un opérateur téléphonique ne coupe pas les lignes si une conversation sort du cadre de la loi."

Collecte de données personnelles ?

En attendant la réponse, probablement dans quelques mois, Laurent Pelé a récidivé en déposant le 14 septembre une autre requête, auprès de la CNIL cette fois. Il soupçonne Noos de stocker des informations personnelles permettant de tracer les internautes, comme les fichiers "log". Si les fournisseurs d’accès ont le droit de le faire, ils sont tenus de faire figurer dans le contrat tous les types d’informations collectées sur l’utilisateur. Aucune mention n’étant faite sur la collecte d’informations nominatives dans le contrat, Laurent Pelé demande à la CNIL de vérifier que Noos est bien en accord avec la loi Informatique et Libertés. Là encore, l’entreprise se défend. "Nous sommes en règle avec la CNIL, tous nos fichiers sont déclarés, assure-t-on au service de communication. Nous ne faisons aucune exploitation des fichiers "log" de nos clients. Nous les gardons un mois, puis ils sont détruits." Interrogé sur la nécessité de garder un mois ce type de données, l’opérateur explique : "Cela nous permet de retrouver le fautif quand un abonné se plaint d’une tentative d’intrusion ou de tracer les auteurs d’un virus. C’est d’ailleurs ce que fait actuellement notre cellule sécurité pour Qaz." Cette justification sécuritaire ne manquera pas de s’ajouter aux malentendus entre Noos et ses abonnés mécontents : le stockage de ce type de données n’est même pas mentionné dans le contrat d’abonnement. À défaut d’être une autoroute de l’information, le câble reste un Internet à haut débat.

La pétition contre Noos
http://chichkebab.free.fr/noos/ Websécurité (Pour se protéger de Qaz)
http://websec.arcady.fr/ Le site de LUCCAS
http://www.luccas.org La lettre de Laurent Pelé à l’ART
http://www.pele.org/francais/artnoos.htm
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse