12 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/02/2001 • 13h10

Rapport RSF/Transfert :Qui sont les ennemis d’Internet ?


© Julien Grataloup/Transfert
À condition de disposer d’un ordinateur et d’une connexion Internet, un homme seul peut aujourd’hui, depuis son salon, faire part au monde entier de ses opinions politiques. Il lui suffit de créer un site, de participer à des forums, d’inonder le réseau de courriers électroniques. Le cas échéant, cet homme peut dénoncer, en toute indépendance, les atteintes à la liberté ou la répression en cours dans son pays, aussi autoritaire et fermé soit-il. Le Viêt-nam et la Tunisie n’échappent pas à la menace d’une telle publication. Cette évolution est une révolution : Internet a fait exploser le cadre traditionnel des rapports entre les Etats et ceux qui produisent l’information. Puisque chacun peut désormais se faire l’intermédiaire entre une information et sa diffusion à un large public, quelle est aujourd’hui la spécificité du journaliste ? Un e-mail envoyé à mille personnes est-il toujours une correspondance privée ou devient-il un media ? Quelles lois appliquer aux publications virtuelles qui sont, par essence, planétaires et transfrontalières ? Comment les encadrer ? Dépassés par ces questions complexes, les Etats sont sur la défensive. Tous veulent Internet, mais tous rêvent d’un réseau sous contrôle.

Face à ce dilemme, un arsenal de solutions répressives se déploie. Les régimes les plus autoritaires légifèrent, surveillent, censurent avec une énergie décuplée par le sentiment qu’une course de vitesse est engagée contre la cyberdissidence. La Corée du Nord a tranché : pas de serveur, aucune connexion possible. Le pays de Kim Jong-Il est le seul au monde où l’Internet n’existe pas, ce qui n’empêche pas Pyongyang de posséder plusieurs sites de propagande... hébergés au Japon. Riche et peu peuplée, l’Arabie Saoudite a préféré construire, à Djeddah, un gigantesque système de filtrage de l’information. A l’opposé de cet " Intranet national ", la Chine, qui compterait déjà 20 millions d’internautes, forme des brigades de policiers à " la guerre contre les articles antigouvernementaux et anticommunistes publiés sur le web ", et se dote d’un dispositif législatif extrêmement répressif : la cybercriminalité y est passible de la peine de mort.

Dans les démocraties occidentales, la peur d’un Internet incontrôlable, partiellement administré par des entités supranationales, se traduit par des tentatives répétées d’encadrement législatif. La France, sous l’influence des " souverainistes " - les adversaires résolus de tout abandon des prérogatives étatiques - a été pionnière dans ce domaine, puisqu’elle a voulu réglementer l’utilisation du Réseau mondial quand il n’était encore qu’embryonnaire. Depuis, les projets de lois se sont succédé, mais la plupart se sont heurtés au principe constitutionnel garantissant la liberté d’expression. En Allemagne, certains magistrats ont manifesté une volonté analogue de contrôle et de censure du réseau, en particulier pour interdire l’accès à certains sites néo-nazis. Aux Etats-Unis, où la circulation de l’information sur Internet est largement protégée par le premier amendement à la constitution, la droite conservatrice agite l’épouvantail de la " contamination pornographique " pour essayer de faire voter des lois restrictives. Dans ces trois pays, les restrictions légales à la diffusion d’informations sur Internet demeurent, aujourd’hui encore, exceptionnelles. Mais devant le flou juridique qui prévaut, le danger est réel que les initiatives individuelles de juges favorables à un contrôle instaurent une jurisprudence liberticide.

Faut-il restreindre, encadrer la liberté d’expression sur Internet ? Reporters sans frontières et Transfert .net ne le croient pas. RSF est hostile à l’idée que chaque Etat puisse imposer à ses propres internautes les limites inscrites dans sa loi. Approuver les décisions des juges français ou allemands, c’est implicitement donner raison aux autorités chinoises ou tunisiennes, puisqu’aucune autorité mondiale ne peut s’arroger le droit de définir les frontières de ce qui est politiquement ou moralement acceptable. Qui, de la France, des Etats-Unis ou de la Birmanie, dira ce que signifie le terme " diffamer " ? Doit-on laisser l’Arabie saoudite laisser imposer sa définition de la pornographie ? Faudra-t-il, à présent que la France a reconnu le génocide arménien, interdire les sites turcs qui en nient la réalité ? Tout ce qui est moralement condamnable ne devrait pas l’être pénalement. Les abandons de souveraineté sont une bonne chose : ils doivent être appliqués à la liberté d’expression. Pour combattre les propagandistes d’idées ou d’opinions racistes et xénophobes, Reporters sans frontières et Transfert.net croient qu’il ne sert à rien d’ériger un arsenal législatif toujours plus draconien. La liberté d’expression est évidemment dangereuse, mais les entraves à cette liberté le sont encore plus.

Reporters sans frontières, comme Transfert.net, voient dans l’Internet un outil idéal pour déjouer la censure que l’organisation combat, dans le monde entier, depuis quinze ans. Lorsqu’il est " lâché " sur la Toile, un texte devient quasiment insaisissable : grâce à la solidarité du réseau, à la citoyenneté agissante de certains internautes, il va être récupéré, protégé, et se démultiplier via des sites miroirs, des forums ou des groupes de discussion. En moins de quarante-huit heures, un message fait le tour du monde, dupliqué à plusieurs milliers d’exemplaires. S’ils ont les compétences techniques requises, ses auteurs ont de surcroît de bonnes chances de préserver leur anonymat. Le site de Reporters sans frontières, en reproduisant systématiquement les articles censurés, et en hébergeant des journaux interdits, participe à ce combat pour la liberté d’expression. A ce jour, aucun Etat ne parvient totalement à contrôler Internet. Mais la course technologique effrénée que se livrent les " ennemis d’Internet " et ceux qui combattent pour la liberté du réseau est permanente. L’issue de cette guérilla technologique n’est pas acquise.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse