12 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/02/2001 • 17h22

Rapport RSF/Transfert - Les ennemis de l’Internet :

RSF ;Europe;Ukraine
UKRAINE

Le corps décapité retrouvé, le 2 novembre 2000 près du village de Tarachtcha (60 km à l’est de Kiev) est, selon le procureur général du pays, " à 99, 64 % " celui de Géorgiy Gongadze, fondateur et rédacteur en chef du journal en ligne Ukrainskaïa Pravda. Agé de 31 ans, il avait disparu sur le chemin de son domicile, le 16 septembre. Son journal, très critique envers le pouvoir, se targue d’être le " premier journal ukrainien d’opposition publié uniquement sur l’Internet ". Fondé au printemps 2000, Ukrainskaïa Pravda s’était rapidement imposé auprès des internautes locaux par le style incisif de ses articles. " C’est une façon d’exercer librement notre métier même si dans l’Ukraine d’aujourd’hui cela est pratiquement impossible ", écrivait Géorgiy Gongadze lors du lancement du site. Durant les mois précédant sa disparition, le journaliste avait dénoncé à plusieurs reprises les menaces dont il faisait l’objet. Il aurait été pris en filature par les services secrets (SBU). Ses amis et ses proches ont été interrogés par la police qui prétendait enquêter sur un meurtre survenu à Odessa... En juillet 2000, Géorgiy Gongadz s’est même adressé au procureur général d’Ukraine, Mihail Potebenko, pour dénoncer ces actions " d’intimidation préméditée pour äluiã faire peur, ou empêcher äsesã activités ".

Devant l’inertie de la justice, une commission d’enquête parlementaire sur la disparition de Géorgiy Gongadze est créée quelques semaines après la disparition du journaliste. Certains de ses membres confient avoir été intimidés, voire menacés par des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur. Le cas de Géorgiy Gongadze prend la dimension d’une affaire d’Etat avec la révélation, le 28 novembre 2000, par l’un des chefs de l’opposition, d’enregistrements censés avoir été réalisés, par un officier des services secrets, dans le bureau du président Leonid Koutchma lors de conversations entre le Président et plusieurs hauts responsables. Différents moyens de se " débarrasser " de Géorgiy Gongadze sont évoqués sur les bandes. Dans l’une de ces conversations, un interlocuteur présenté comme pouvant être le ministre de l’Intérieur, Iouri Kravtchenko, assure qu’il disposerait de gens capables de remplir cette mission. Il les décrit comme " de vrais aigles (...) prêts à tout ". La présidence dénonce une manipulation de l’opposition qui demande, pour sa part, une expertise du document sonore.

Dans une déclaration devant le parlement ukrainien, le 10 janvier 2001, le procureur général, Mihail Potebenko, affirme qu’après expertise l’enregistrement n’a pas pu être effectué dans les conditions décrites par l’officier des services secrets à l’origine de la divulgation des bandes. Des morceaux d’enregistrements distincts auraient été accolés et la qualité insuffisante du document sonore expertisé (une copie de l’original) ne permettrait pas d’identifier la voix des protagonistes.

Du 5 au 12 janvier 2001, Reporters sans frontières a mené une mission d’investigation à Kiev sur l’enlèvement et l’assassinat de Géorgiy Gongadze. Après avoir rencontré de nombreuses personnes (famille, amis, experts, juges, juristes et journalistes) ainsi que des représentants des autorités, dont le président Léonid Koutchma, et des fonctionnaires en charge de l’enquête, l’organisation a conclu que le journaliste a bien été assassiné à cause de ses activités professionnelles et a constaté de graves manquements dans le travail des autorités judiciaires dans cette affaire.

Le 15 septembre 2000, le journaliste d’investigation Oleg Yeltsov, dont l’un des articles venait d’être publié par le journal en ligne de Géorgiy Gongadze, est également menacé. Il témoigne : " A 20 heures, un inconnu m’a appelé pour me dire : "Arrête d’écrire sur le site Internet, et de travailler sur les services de sécurité. Tu gênes des gens importants." Le journaliste venait de publier sur le site russe, Free lance bureau, un dossier consacré à la corruption des autorités ukrainiennes dont des extraits avaient été repris par Ukrainskaïa pravda. Le lendemain, qui est aussi le jour de la disparition de Géorgiy Gongadze, Oleg Yeltsov est harcelé par la police : " A 16 heures, je prenais un train pour la Russie pour rendre visite à mon père. À l’arrêt du train à la gare de Kaniv, trois fonctionnaires de police en civil sont entrés dans le wagon où j’avais ma place réservée, et ont annoncé "Nous cherchons Yeltsov." Ils ont fouillé mes affaires, puis m’ont laissé partir. J’ai été fouillé une nouvelle fois au poste frontière avec la Russie, par des policiers qui m’ont avoué avoir été prévenus de mon arrivée ".

Fiche technique :

Population  : 50,8 millions

PIB par habitant et par an  : 3 194 dollars

Population urbaine  : 67,9 %

Fournisseurs d’accès à Internet  : plus d’une centaine

Internautes : 200 000

Même si le réseau téléphonique s’est largement développé dans le pays depuis 1992, l’Ukraine reste à la traîne des autres pays d’Europe centrale et orientale en matière d’Internet. Il n’y aurait que 200 000 internautes, soit 0,4 % de la population. Les tarifs de connexion sont trop élevés pour la population. Et le report constant de la privatisation d’UkrNet, l’opérateur national des télécommunications, empêche l’arrivée de nouveaux concurrents et donc une baisse des prix.

Free Lance Bureau
http://www.flb.ru Ukrainskaïa Pravda
http://www.pravda.com.ua/ Pour acheter le rapport Les Ennemis d’Internet sur 00h00.com:
http://www.00h00.com/direct.cfm?tit...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse