18 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


7/12/1999 • 16h12

Quand CiteWeb rencontre la fortune

En 1997, trois étudiants montent, par pure passion et entre deux cours à la fac, un site d’hébergement gratuit baptisé CiteWeb. Deux ans plus tard, c’est le succès : 30 000 membres revendiqués et un rachat par l’américain FortuneCity en novembre dernier. Au programme désormais : plus de professionnalisme mais aussi l’arrivée de la pub...
Charles Sautier, Alexandre Nérat et Jean-Marie Rétif
Une petite pièce exiguë bourrée d’ordinateurs, des bureaux recouverts de canettes de Coca traînant au milieu des restes du repas de midi... C’est dans ce fouillis que Jean-Marie Rétif, Charles Sautier et Alexandre Nérat s’occupent quotidiennement de leur site d’hébergement gratuit, CiteWeb. Logés dans les locaux de la France Télématique Diffusion (FTD), les trois garçons au look d’ados, n’auraient jamais imaginé se retrouver là trois ans plus tôt. Entre deux fous rires, ils racontent leur aventure sur le Web. Charles et Jean-Marie se sont connus à la fac en première année de MIASS (Mathématiques et informatique appliquées et sciences sociales). À l’époque, ils bidouillent sur les BBS (Bulletin Board System), un serveur muni d’un modem hébergé chez Jean-Marie, sur lequel se connectent potes et inconnus. "C’était carrément l’ancêtre des news groups, raconte Charles. Les gens étaient obligés de téléphoner pour se connecter et échanger des messages." Avec l’arrivée d’Internet en France, les deux lascars, rejoints par Alexandre, décident de migrer sur le Web. "On a créé notre premier site, Orangejuice, sur Mygale. Et très vite, on a eu envie de faire comme eux" ajoute Jean-Marie. Début 97, ils se jettent à l’eau et lancent leur propre site d’hébergement gratuit. Le test fonctionne et la chance frappe à la porte. Jean-Marie rencontre de Denys Chalumeau, le patron de FTD, société de télématique, lors d’un mariage. "C’était vraiment un coup de bol, on a parlé informatique et ça a démarré…" L’entreprise, qui fournit des services Minitel, veut se lancer dans l’Internet. FTD apporte les moyens techniques à la petite équipe qui gère le site en toute liberté. Un peu de pub sur IRC (logiciel de chat en ligne) et le bouche à oreille fera le reste. Très vite, CiteWeb cartonne. Le site revendique aujourd’hui plus de 30 000 membres.

Quand le gros poisson mange le petit

Progressivement, le petit poisson aux 30 000 membres attire les plus gros. En début d’année l’hébergeur américain Fortune City lorgne sur CiteWeb, après avoir démarché sans succès Ifrance et Le Village. Les responsables de CiteWeb prennent conscience qu’il faut s’organiser  : en août dernier, ils montent une SARL. Répartition du capital : 70 % pour FTD, 30 % pour les trois jeunes. Bertrand Le Maréchal, chargé des négociations par Fortune City, prend contact avec FTD. "On a eu pas mal d’autres propositions, raconte Jean-Marie, l’un des fondateurs, d’un côté les acteurs étrangers qui voulaient s’imposer en France et de l’autre les français, mais tous avec des philosophies assez merdiques, genre on rachète et après on fait ce qu’on veut." En bref, la préférence de l’équipe va très vite à Fortune City qui semble disposée à plus de concessions. L’affaire est dans le sac pour quelques millions de francs. Fortune City est désormais propriétaire à 100 % de CiteWeb. La société FTD, toujours éditrice, est rémunérée par Fortune City au prorata de la journée travaillée. Mais qu’en est-il de l’esprit revendiqué depuis toujours par CiteWeb ? "Au départ, ce site on l’a fait pour rigoler, on veut garder un esprit de dialogue avec les utilisateurs, on n’a pas envie que ça tombe entre des mains de rapaces " répondent candidement les trois gars. Ce qui les a conquis  : la perspective de nouveaux moyens techniques apportés par Fortune City et le fait de rester ensemble. Charles précise  : "Il n’y a pas eu de refonte totale de l’équipe comme Mygale avec Multimania. Le seul changement pour nous, c’est que ce sera plus rapide. Nous, on est salariés, on ne travaille pas dans un but commercial." Jean-Marie et Charles sont rémunérés depuis septembre par FTD pour un temps complet. Alexandre, lui, termine ses études d’ingénieur tout en assurant un temps partiel. Malgré la confiance de ses fondateurs, les choses risquent doucement de changer chez CiteWeb. Pour preuve : la pub fera bientôt son apparition sur le site…Très bientôt.

Trois questions à Bertrand Le Maréchal de Fortune City, nouveau responsable de CiteWeb :

Bertrand Le Maréchal
Comment se distribuent les rôles entre vous et les fondateurs de CiteWeb  ?

Alexandre, Jean-Marie et Charles vont continuer à gérer le site au quotidien, tout ce qui est développement des e-mails, la relation avec les utilisateurs. Le but n’est pas de transformer CiteWeb en Fortune City parce que les sites hébergés par les deux structures ne sont pas du tout les mêmes. Sur Fortune City, il y a essentiellement des sites amateurs alors que CiteWeb héberge des pages beaucoup plus expérimentées. Moi, je reste basé à Londres. Je serai un peu la tête pensante du groupe. Je m’occupe de tout ce qui est relation publicitaire et extérieure, de la politique fiscale. Je me suis occupé de l’achat des nouveaux serveurs, je vais m’occuper du recrutement des commerciaux. En gros, tout ce qui est organisé sur le site passe par moi. Nos commerciaux seront chargés de faire du démarchage, de négocier les contrats avec les publicitaires.

Quels changements comptez-vous apporter au site ?

On veut juste augmenter le trafic, essayer de faire tourner la page d’accueil tous les jours, remettre en marche les forums gelés, il y a six mois, à cause des déficiences du serveur. Offrir de nouveaux services pour proposer, par exemple, des noms de domaine gratuits, des statistiques… L’objectif est de devenir le numéro un de l’hébergement en France.

La publicité va faire son apparition sur CiteWeb. À quoi vous engagez-vous dans ce domaine ?

Pour développer un site comme CiteWeb, il faut y mettre les moyens. On ne peut pas faire ça à fonds perdu. C’est vrai que l’on va mettre de la pub. On va commencer une campagne en janvier et augmenter la bande passante. En revanche, les publicités sur les sites de nos membres seront ciblées, elles seront adaptées au contenu de la page. On va laisser le choix de l’affichage aux utilisateurs, que ce soit des fenêtres pop-up, des frames ou des bandeaux intégrés à la page. Le spam ? Il n’y en aura jamais...

Point de vue d’un résistant, Valentin Lacambre, responsable du site d’hébergement gratuit Altern.org

Vous êtes actuellement le dernier hébergeur gratuit sans publicité. Que vous inspire le rachat de CiteWeb par Fortune City ?

Je ne suis pas le dernier. Je suis plutôt le premier ! Il va falloir cloner Altern.... En fait, on est sur des modèles totalement différents. Fortune City comme Multimania ou Geocity sont des communautés virtuelles commerciales qui sont là pour faire énormément de fric rapidement. L’objectif maintenant c’est le fric. Mais je pense que l’on va rapidement s’apercevoir que sur Internet il y a d’autres façons de voir les choses. Il y a beaucoup de gens qui vont peu à peu se retourner vers des opérations plus louables en rendant service à tout le monde. Pour moi, l’exemple de Fortune City découle d’une espèce de mode de dire que n’importe quel site est un réservoir potentiel à fric. L’objectif de Fortune City n’est pas d’améliorer la qualité de vie des internautes c’est très clair. Littéralement Fortune City c’est la Cité de la fortune, alors…

Pour un site comme CiteWeb, fondé par des étudiants, pensez-vous que le rachat était inévitable ?

CiteWeb, c’était des gamins qui faisaient leur site dans leur coin sans se préoccuper du reste. Ils se sont retrouvés devant le même problème que Mygale avec Multimania. Quand on n’a pas d’argent pour assurer le service ou pour acheter des machines, la seule solution c’est plutôt une absence de choix. Il faut de l’argent pour assurer la survie du site.

http://www.citeweb.com
http://www.citeweb.com http://www.fortunecity.fr
http://www.fortunecity.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse