06 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


24/07/2000 • 07h00

Privacy, niet

En Russie, un e-zine d’investigation crie au "Russiangate" : il publie la retranscription d’écoutes, réalisées sur des centaines d’individus, par le conglomérat médiatico-financier Most.


DR
Près de 20 000 pages tapées à la machine : c’est le butin de guerre de l’"agence fédérale d’enquêtes" russe Free Lance Bureau, un site Web qui s’est donné pour mission de renouveler le genre de l’investigation journalistique, en ouvrant ses pages aux contributeurs indépendants. Cette masse d’information est la retranscription d’écoutes réalisées par le service de sécurité du groupe Most, un conglomérat regroupant des services financiers et des médias russes.

Les journalistes se "sont procuré" la base de données, il y a un mois. Elle circulait depuis deux ans sur le marché moscovite, deux informateurs anonymes ayant décidé de la monnayer pour 50 000 dollars. Les trois rédacteurs du FLB ont épluché la base afin de supprimer les numéros de téléphone, de passeport et les adresses. Ils n’ont pour l’instant publié qu’une partie des écoutes, les autres devant suivre bientôt.

Le who’s who russe sur écoutes

La liste des victimes est impressionnante. Elle compte des hommes politiques comme Serguei Kirienko et Viktor Tchernomyrdine (ex-Premiers ministres), Valentin Lazoutkine (conseiller du représentant de la présidence), Iouri Loujkov (maire de Moscou), Boris Nemtsov (vice-Premier ministre et député à la Douma), Vladimir Rouchailo et Iouri Tchaïka (ministres de l’Intérieur et de la Justice). Y figurent aussi le procureur général de la République, l’entraîneur de tennis de Boris Eltsine, le Patriarche Alexis II, une série de magnats et de banquiers (Onexim Bank, Menatep, Lukoil, Boris Berezovski...), des artistes reconnus, les directeurs des grands médias et quelques journalistes...

Le FLB prend des gants et émet des doutes quant à l’origine annoncée de la base de données, le groupe Most : "Seule une enquête, suivie d’un procès, peut déterminer les vrais collecteurs de cette gigantesque masse de données opérationnelles et de matériel issu d’écoutes. Mais est-on jamais allé jusqu’au procès dans notre pays ?" On peut en tout cas supposer que les services de sécurité russes ne sont pas mécontents de la publication de ces documents, puisqu’ils n’ont pas été retirés du Web alors qu’ils sont stockés sur un serveur russe, et puisque les auteurs n’ont pas été inquiétés.

Big Brother a changé de tête

Serait-ce alors un moyen de mobiliser l’opinion autour du thème de campagne du président Poutine, la lutte contre la corruption de l’élite ? Les journalistes soulignent que les informations contenues dans les écoutes ne valent pas les 50 000 dollars annoncés. Les écoutes ne concernent plus seulement l’élite.

Mais ils mettent en avant un autre scandale : l’essor incroyable des services de renseignement privés depuis la fin de l’URSS. "Battre la concurrence, mettre en place une surveillance extérieure sont devenus des pratiques courantes pour les services de sécurité privés et les agences de détectives. Une pratique catégoriquement interdite, mais le business dicte sa loi." Et les entreprises, elles, n’ont pas besoin de mandats comme le KGB soviétique ou le FSB actuel pour espionner le citoyen russe lambda.

De telles atteintes à la vie privée ont déjà eu lieu pendant la campagne présidentielle de 1996, lorsque les conversations téléphoniques de l’équipe de Boris Eltsine avaient été exhumées, montrant sous leur plus mauvais jour les politiciens. "Personne n’a alors réfléchi sérieusement à un concept comme ’l’immixtion dans la vie privée des citoyens’", proteste le FLB. D’aussi lamentables épisodes ont en fait, de l’avis des journalistes, "massacré les significations des valeurs constitutionnelles les plus sacrées."

Mais alors, pourquoi publier ces écoutes ? Pour les journalistes, la dérive vers une société de surveillance aboutit à un scandale encore pire que le Watergate américain, qui restait confiné à quelques hommes politiques. Il s’agit d’un "Russiangate" concernant toute la nation. Ils espèrent bien qu’après publication de la base de données, le débat sur la privacy (protection de la vie privée) sera lancé dans l’opinion russe.

Le site du Free Lance Bureau:
http://www.flb.ru/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse