18 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/11/2000 • 09h24

Pollution maritime : radiophare.net traque les zones d’ombre

Mardi 31 octobre à 9 heures, un navire italien, transportant 6 000 tonnes de produits toxiques, a sombré au large du Cotentin. Un seul site, associatif, radiophare.net, a réagi rapidement et efficacement. Histoire d’un naufrage raconté par des internautes citoyens.


©Marine Nationale
C’était le lundi 30 octobre, vers 13 heures, Pascale a appris la nouvelle en se connectant. Un mail sur la liste de diffusion de radiophare.net, site d’information mutualiste sur le littoral atlantique, reprend une dépêche AFP : "Un chimiquier en détresse au large du Finistère : l’équipage évacué." Pascale a 28 ans. Amoureuse des côtes bretonnes, elle a rejoint le réseau Radiophare juste après le naufrage de l’Erika. Il y a bientôt un an. "En lisant cette dépêche, je me suis dit : ça recommence." Mardi matin, à 9 heures, ses craintes se concrétisent : le navire italien Ievoli Sun sombre au large du Cotentin, emportant dans ses cales 6 000 tonnes de produits chimiques.

Créé en juin 1999, radiophare.net s’est fait une réputation en appelant les internautes à la rescousse pour créer une cartographie de l’avancée de la marée noire de l’Erika. Celle-ci servit ensuite de référence, les pouvoirs publics étant bien plus lents à la détente. "À l’époque, nous avons perdu beaucoup de temps et d’énergie à maîtriser les dossiers, à se connecter aux autres acteurs et même à chercher des informations sans intérêt. Aujourd’hui, nous sommes capables de réagir beaucoup plus vite et plus efficacement", explique Olivier Zablocki, créateur et animateur de radiophare.net. Dès l’annonce des difficultés rencontrées par l’Ievoli Sun, il met en ligne un dossier complet sur la question : dépêches, interventions des membres du réseau et liens.

Questions d’une citoyenne

Sur la liste de diffusion, les internautes se posent la première question : que transportait le navire ? Prof de Français en Picardie, Pascale a le temps des vacances, elle se connecte et commence les recherches. "J’ai appelé le Cedre [Centre de Documentation, de Recherche et d’Expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux] pour qu’on m’explique, à moi, simple citoyenne, la toxicité des produits et comment on allait éviter une catastrophe écologique. J’ai été surprise de l’accueil positif et attentif que j’ai reçu." Une seconde dépêche AFP donne la composition de la cargaison : "Parmi les 6 000 tonnes... 4 000 tonnes de styrene, un produit qualifié "d’insoluble dans l’eau, très toxique et déflagrant", par les autorités maritimes." Les caractéristiques des produits sont mises en ligne sur Radiophare, avec cette précision : "J’ai trouvé que le styrène pouvait créer des péroxydes pas très bons pour la santé et qu’il pouvait être explosif."

Système d’information mutuel

Mardi, à 13 heures, les journaux télévisés s’y mettent et France 2 interviewe des représentants du Sirpa, le service de communication des Armées. Plantée devant son écran, Pascale joue à la secrétaire, note les explications de la Marine nationale et balance tout sur la liste. Notamment ceci : "Les Casquets, à 15 km de la Hague, là où le bateau a coulé ce matin, est un rail de séparation de trafic, partagé en souveraineté entre l’Angleterre et la France ; le bateau a sombré du côté placé sous l’autorité des îles anglo-normandes." Manque une information. Celle diffusée par Greenpeace. À l’AFP, directeur général de l’association Greenpeace, Bruno Rebelle, rappelle que "la fosse des Casquets, est l’endroit où des déchets radioactifs ont été largués par les Britanniques pendant plusieurs dizaines d’années."

Malgré tout, peu de sites ont réagi aussi efficacement que Radiophare. Les Verts ont mis en ligne deux communiqués de presse de Denis Baupin, leur porte-parole. La Marine nationale a bien constitué un dossier, mais il manque des informations. On y retrouve une carte, des photos et les déclarations des préfets maritimes et du ministre des Transports. Rien sur la cargaison, ni sur les moyens mis en œuvre pour éviter un nouveau drame. Côté Cedre, la page actualité ne renseigne que sur l’Erika. "L’année dernière, j’aurais gueulé. Aujourd’hui, je sais qu’ils sont débordés et que ce n’est pas de la mauvaise volonté, raconte un Olivier Zabloski compréhensif. Le but aujourd’hui, c’est qu’on travaille ensemble pour créer un vrai système d’informations mutuel. "


©Marine Nationale

Le site du dossier Ievoli Sun de Radiophare:
http://www.radiophare.net/ievolisun... Le site du Cedre:
http://www.ifremer.fr/cedre/ Le site de la Marine nationale:
http://www.defense.gouv.fr/marine/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse