20 09 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/02/2001 • 16h01

Police : ça la fiche mal

Un policier américain vient d’être inculpé pour avoir revendu des fiches... de police. En Angleterre, 86 % des données de certains fichiers seraient faussées. Qui a dit que les bases de données policières étaient incorruptibles ?

Les forces de police et les experts ès sécurité, estiment généralement que 70 % des effractions dans les bases de données "sécurisées" sont le fait de personnes dûment autorisées à y accéder. C’est effectivement le cas d’Emilio Calatayud. Ce flic américain, qui travaillait depuis 12 ans au sein de la Drug Enforcement Agency (DEA), l’agence fédérale de lutte contre les drogues, est accusé d’avoir revendu à Triple Check, une société de détectives privés de Los Angeles - qui, elle, n’a pas été inculpée - des données personnelles, tirées des bases de données policières. Le vétéran de la police aurait ainsi perçu, de 1993 à 1999, plus de 22 000 dollars en échange des fiches de 300 à 400 " cibles ". Les données provenaient du National Crime Information Center (NCIC) du FBI, qui répertorie l’historique des arrestations, condamnations et mandats, du California Law Enforcement Telecommunications System (CLETS), qui fiche aussi bien l’immatriculation des véhicules que les empreintes digitales, et de la Narcotics and Dangerous Drug Information System (NADDIS) du DEA comprenant des renseignements sur plus de 3,5 millions de personnes et de sociétés.

Inconnu, mais fiché

La montée en puissance des bases de données informatiques policières n’est pas sans poser de problèmes. Un policier français était ainsi récemment accusé d’avoir fouiné, au profit de la loge maçonnique où il officiait, dans le STIC (Système automatisé des infractions constatées), un fichier illégal de la police qui valut récemment au ministère de l’Intérieur les honneurs d’un Big Brother Awards. Le policier avait tout simplement utilisé ses login et mot de passe pour entrer, ce qui permit aussi de l’identifier. Reste qu’à ce jour, non seulement le STIC n’est toujours pas officiellement autorisé à être utilisé (bien qu’il soit en fonction depuis, au moins, 1995), mais la procédure permettant d’y accéder démontre là son inefficacité. Comment contrôler l’utilisation qu’en fait un agent dûment autorisé à y pénétrer ? Troisième problème, soulevé l’an dernier par Serge Portelli, doyen des juges d’instruction de Créteil : comment utiliser, vérifier l’intégrité et faire confiance à des fiches remplies n’importe comment ? Il citait l’exemple d’un individu fiché comme "inconnu défavorablement des services de police"...

Des bases de données corrompues

Des informations récentes indiquaient que presque la moitié de la base de données d’empreintes digitales du Département américain des véhicules à moteur, forte de 70 millions d’entrées, sont faussées, incomplètes et inutilisables. Il faudrait, pour s’en servir, tout recommencer, ce qui pourrait prendre 4 ans, et coûter de 13 à 25 millions dollars. De son côté, ...lizabeth France, en charge de la protection des données personnelles en Angleterre, écrivait récemment à Jack Straw, ministre anglais de l’Intérieur, pour l’alerter de la présence de milliers de données erronées au sein du fichier du Criminal Records Bureau. Non seulement, les erreurs enregistrées pourraient valoir des ennuis judiciaires aux personnes fichées, mais une loi permet depuis peu à certains employeurs (qui travaillent dans le domaine médical, l’enfance ou encore l’enseignement) d’accéder à ce fichier. Une autre étude, datant de 1999, concluait que les données des fichiers de quinze districts policiers de Londres étaient à 86 % fausses d’une façon ou d’une autre... Selon la newsletter Intelligence, une partie du problème résiderait dans un bug affectant une version piratée de Microsoft Office Pro97 qui avait été vendue à la police anglaise ainsi qu’à quelques multinationales. Le bug aurait permis d’accéder aux fichiers de police, et donc d’y télécharger, voire modifier, les données. Entre 15 et 20 millions de dollars sont prévus pour remplacer le logiciel. La correction des fiches buggées sera l’objet d’une série de réunions dans les prochaines semaines. Histoire d’envisager les risques de plaintes émanant des personnes indûment, ou incorrectement fichées.

DEA agent charged with selling data:
http://www.securityfocus.com/frames... Intelligence:
http://www.blythe.org/Intelligence Big Brother Awards:
http://www.bigbrotherawards.eu.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse