11 12 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/05/2003 • 19h13

Paris-Jussieu teste le futur des réseaux sans fil

Les "réseaux maillés" sont-ils l’avenir du Wifi ?

Depuis mars dernier, le campus parisien de Jussieu construit un de ces réseaux sans fil d’un nouveau genre, voire d’une autre génération : les "réseaux maillés" ou "mesh networks". Les premières applications sont prévues pour la fin de cette année.

Infradio - pour Infosphère Radio - ambitionne de "libérer des contraintes rencontrées avec les réseaux sans fil classiques", selon Serge Fdida, chercheur à l’université Pierre et Marie Curie, installée à Jussieu, et responsable du projet.

Les supporters des réseaux maillés leur voient plusieurs avantages, par rapport aux autres réseaux fonctionnant par ondes radio, comme le désormais célèbre Wifi : "Cette technologie permet d’envisager 60 % d’économie de points d’accès, sans perte de qualité et avec de nouvelles applications en mode peer-to-peer", explique Serge Fdida.

Sauts de puce

Toute proportion gardée, les réseaux sans fil actuels sont monolithiques. Ils manquent d’abord de souplesse. Pour les étendre, il faut installer une nouvelle borne émettrice d’ondes radio et la relier par un fil au reste du réseau. De plus, la qualité du signal devient imprévisible au-delà d’une certaine limite. Deux raisons qui obligent à augmenter la puissance d’émission.

Les réseaux maillés adoptent une tout autre architecture. Au lieu augmenter l’intensité pour lui permettre de parcourir la distance, on la maintient quasiment à l’identique et on réduit la distance. Les différents noeuds du réseau, auparavant de simples points d’accès, relaient dorénavant le signal. En les faisant ainsi collaborer, le signal conserve sa qualité et le débit reste identique, les réseaux maillés empruntant le même standard que le Wifi (802.11x).

Pratique et pas cher

Historiquement, les réseaux "mesh" ont été conçus pour les champs de bataille et les opérations de crise. Pour répondre aux attentes d’une armée américaine éparpillée et en mouvement, ces réseaux se devaient de présenter une architecture "dynamique et modulaire". En clair, leur maillage peut se déformer, accueillir de nouveaux noeuds ou en abandonner, sans interruption du service.

Cette caractéristique devient particulièrement intéressante dans un environnement urbain. Le signal se propage comme pour les systèmes d’échange "peer-to-peer" sur différents réseaux, privés ou publics. A mesure que progressera "l’urbanisation radio" de nos villes, qui accueillent de plus en plus de bornes et de rélais émetteurs, on comprend que ce fonctionnement donnera lieu à des économies.

Jussieu, champ de bataille

La faculté de Jussieu, actuellement en travaux pour cause de désamiantage, correspond à une configuration de "champ de bataille" telle que l’ont pensée les inventeurs des réseaux maillés : la topologie physique du campus varie dans le temps et il accueille beaucoup de passage. Dans le projet Infradio, chaque point d’accès sera transformé en routeur. Ce maillage radio relaiera les informations tout en conservant un nombre limité de points d’accès.

"D’un point de vue radio, le réseau va déborder sur l’extérieur du campus. Mais l’infosphère [le territoire à couvrir, ndlr] sera régie par des régles de sécurité administrative. Ainsi, qu’ils soient à l’intérieur ou aux bords de l’infosphère, les invités (les utilisateurs non reconnus) seront limités en droits d’utilisation", explique Serge Fdida.

Les utilisateurs s’identifieront sur le réseau grâce à leur clef PGP, un algorithme de cryptographie généré pour chacun d’entre eux.

Sur le réseau maillé de Jussieu, trois groupes d’applications seront disponibles. les membres auront accès au bouquet de services du campus numérique, qui comprend, entre autres, des vidéos des conférences et des cours en lignes. Il y aura aussi des applications d’échange et de collaboration de type peer-to-peer, "qui amèneront, espère M. Fdida, enseignants, chercheurs et étudiants à développer des applications innovantes."

Enfin, le réseau de Jussieu proposera des applications de géolocalisation sans GPS. Ces dernières intéresseront sans doute les sociétés partenaires du projet, comme Thales ou SFR. Si ces acteurs privés investissent dans le réseau maillé d’Infradio, c’est qu’elles espèrent profiter de cette expérience : "Le projet se terminera par la restitution de la technologie à nos clients qui développeront des projets spécifiques", explique Serge Fdida.

Mesh contre Wifi ?

Parés de tant d’atouts, les réseaux maillés sont-ils appelés à supplanter le Wifi ? Ce n’est pas sûr, mais la bagarre des réseaux sans fil commence.

"Il y a de la place pour les deux technologies et c’est le jeu des acteurs du secteur qui fera la différence", estime M. Michel, directeur technique de Netinary, une société de Marseille spécialiste du Wifi, qui a notamment équipé l’aéroport de Nice.

Actuellement, la technologie émergente du réseau maillé ne rivalise guère avec le Wifi, bien plus implanté et très médiatisé. "De plus, avec l’arrivée de normes comme le 802.11g et son débit de 11 Mbps, les contenus diffusés via Wifi seront encore plus riches qu’ils ne le sont actuellement", ajoute M. Michel.

Qui s’intéressa donc aux réseaux maillés ? Leur fonctionnement collaboratif, sur le modèle du peer-to-peer, laisse penser, toujours selon M. Michel, que "ce seront les communautés issues du logiciel libre qui s’empareront en premier de cette technologie". Ceux-ci, ouvrant en partie leur disque dur pour l’échange de fichiers, partagent plus que d’autres leurs réseaux sans fil ad hoc. Ces militants rêvent de "mailler" l’ensemble des réseaux sans fil "sauvages", c’est-à-dire ouverts à tous. Chacun pourrait alors avoir un accès haut débit gratuitement grâce aux ondes radio, en partageant la connexion des autres.

Mais, poursuit M. Michel, il faudra pour cela affronter "les problèmes juridiques, commerciaux et stratégiques des grands firmes". L’imbrication entre secteur public et privé suppose l’autorisation d’ouvrir son réseau à d’autres. "Ce n’est pas sûr que les propriétaires des réseaux acceptent de les ouvrir, souligne M. Michel. Par exemple, la possibilité d’utiliser ces réseaux pour faire de la téléphonie IP risque de ne pas faire plaisir à certains opérateurs."

Le site du projet Infradio:
http://rp.lip6.fr/infradio/index.html

Le site de Netinary:
http://www.netinary.com/

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse