29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


2/09/2003 • 12h38

"On peut reprogrammer génétiquement l’embryon par un changement de sa forme physique" [Emmanuel Farge]

Un biophysicien français vient d’inventer le tour de potier génétique

Emmanuel Farge est chercheur à l’Institut Curie de Paris, enseignant à Paris-VII Jussieu et membre de l’Institut universitaire de France . Physicien de formation, il s’est d’abord intéressé aux propriétés des membranes biologiques puis aux aspects mécaniques du développement embryonnaire (embryogenèse). Après 4 ans de recherches, il a découvert qu’en soumettant l’embryon à des contraintes mécaniques artificielles, on peut moduler l’expression de certains gènes du développement, et déclencher ou bien bloquer ainsi la formation de certains organes. Ses travaux viennent d’être publiés dans la revue scientifique internationale Current Biology.

Qu’entendez-vous par "reprogrammation génétique de l’embryon" ?
Emmanuel Farge : Au cours de son développement, tout embryon subit une métamorphose continue. Des déformations physiques actives vont définir la forme que prendra l’organisme adulte. Elles induisent, par exemple, la formation du tube digestif à partir d’une invagination des tissus externes de l’embryon (ndlr : une invagination correspond à un plissement "en doigt de gant" d’une membrane ; ces plissements pouvant conduire à la formation ou à la déformation d’un organe). On sait aujourd’hui que ces mouvements sont contrôlés par des gènes architectes dits "de développement".
Je me suis demandé si la réciproque était vraie. Les changements de forme physique actifs de l’embryon, en générant des contraintes mécaniques, modulent-ils l’expression des gènes du développement ? Ceci reviendrait à changer le "destin génétique" - donc à reprogrammer - des tissus de l’embryon par une simple sollicitation mécanique appliquée à ces tissus.

Jusqu’où peut-on modifier un organisme de cette manière ?
A priori, on peut aller jusqu’à la suppression ou l’ajout d’organes... En soumettant l’embryon à une déformation mécanique axiale, nous avons pu modifier de façon spectaculaire l’expression de 5 gènes du développement embryonnaire de la drosophile. L’un de ces gènes, appelé twist, est responsable des mouvements actifs d’invagination des tissus. À ce titre, c’est lui qui permet la formation du tube digestif par invagination.
Nos expériences montrent que twist est mécano-sensible : il "s’exprime" lorsque la cellule embryonnaire subit une pression mécanique. Nous sommes ainsi parvenus à induire des invaginations aberrantes à la surface de l’embryon en le soumettant à des déformations artificielles. Et nous avons aussi réussi à restaurer ainsi la bonne formation du tube digestif chez des mouches atteintes d’un déficit génétique qui bloque normalement ce stade de développement.

Vos travaux portent sur des embryons de mouche du vinaigre (drosophile). Nous apprennent-ils quelque chose sur l’embryogenèse de l’homme ?
Au stade de développement que nous avons étudié, l’embryon de drosophile partage de nombreuses similitudes avec celui de vertébrés comme l’homme, la grenouille ou la souris. Il y a donc des raisons de penser que ce que nous avons découvert chez la mouche s’applique aussi à l’embryon humain. D’ailleurs, certains des gènes "architectes" présents chez la mouche se retrouvent dans tout le règne animal. Toutefois, la rigueur scientifique ne permet pas pour l’instant de généraliser aux vertébrés des résultats obtenus avec la seule drosophile. Mes travaux ont démontré pour la première fois qu’on peut reprogrammer génétiquement un embryon par un changement de sa forme physique, d’autres études sur d’autres espèces doivent désormais vérifier si ce mécanisme est universel ou propre à certains invertébrés.

Ces expériences semblent indiquer que l’embryon se construit en interagissant avec l’extérieur, que des organes fondamentaux comme le tube digestif se construisent à la demande. N’est-ce pas une remise en cause des conceptions darwinienne qui considèrent que la sélection naturelle est le seul moteur de l’évolution ?
Mes résultats ne remettent pas en cause le principe de la sélection naturelle, mais ils montrent effectivement que les mécanismes du développement embryonnaire interfèrent avec le génome : ils peuvent amplifier ou bien masquer ses effets.
Selon mon hypothèse, le gène twist, qui "commande" l’invagination des tissus , pourrait refléter un comportement embryonnaire dérivant du reflexe archaïque d’ingestion au contact. On observe ce phénomène dans les organismes les plus primitifs : en réponse à une pression mécanique externe, la membrane cellulaire s’invagine de manière à envelopper puis avaler l’intrus.
Ainsi l’embryon aurait évolué en développant ses propres contraintes mécaniques internes. Au cours du temps, certaines cellules, systématiquement déformées par ces mouvements endogènes, ont ainsi permis qu’un intestin antérieur permanent se forme dès le début de l’embryogénèse, sans l’aide d’aucun stimulus extérieur.

Votre approche relativise l’importance du génome dans la construction des êtres vivants, même du point de vue biologique. Cela veut-il dire qu’on peut fabriquer deux individus clonés parfaitement... différents ?
Mes travaux démontrent que le programme embryogénique est extrêmement plastique et que, chez la drosophile, il peut être modifié en déformant l’embryon.
Cela confirme que drosophile ou homme, les clones d’animaux ne sont jamais des copies biologiques. À partir du moment où 2 embryons jumeaux échangent avec l’extérieur, leur environnement immédiat est légèrement différent et leur destin biologique va commencer à diverger. Il ne peut y avoir de déterminisme génétique absolu.

L’article d’Emmanuel Farge (Current Biology):
http://www.current-biology.com/cont...
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse