06 08 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/02/2001 • 16h00

Olivier Zablocki, l’ex-candidat virtuel

Olivier Zablocki est candidat aux élections de la petite capitale de son île, Saint-Martin-de-Ré. Chassé de la liste du maire sortant pour cause d’Internet, le militant fait aujourd’hui campagne seul... et en ligne.


Julie Krassovsky
"Je pense qu’il faut absolument forcer le débat démocratique à exister localement et l’Internet peut être l’outil idéal pour y arriver." Qui peut bien tenir ces propos éclairés ? Un élu ? C’est peu probable. Un candidat ? Ça se pourrait bien. Un militant ? Pourquoi pas. L’auteur de la phrase magique répond au moins à deux de ces définitions. Olivier Zablocki est webmestre indépendant. Intéressé depuis longtemps par le développement des réseaux de communication locaux, il est aussi militant, fondateur de l’association Radio Phare qui a animé sur son site, radiophare.net, durant toute l’année 2000 des débats sur le devenir du littoral après le naufrage de l’Erika. Mais depuis peu, il est aussi candidat aux élections municipales de Saint-Martin-de-Ré, une petite ville fortifiée de 2 500 habitants, située au cœur de l’île de Ré. La décision, un peu subite, a été largement influencée par une aventure politique dans laquelle Internet a son rôle à jouer.

Un rendez-vous chez le maire

Tout commence lorsque le maire sortant de la commune, Lucien Rieux (sans étiquette) invite Olivier Zablocki à le rejoindre pour les prochaines élections. On est en janvier, à deux mois des échéances électorales, et l’élu peine à constituer sa liste. Les militants politiques ne pullulent pas dans cette bourgade. Pour compliquer la tâche, la liste de l’opposition est formée d’une partie de l’ancien conseil municipal de Lucien Rieux. Le 12 janvier, Olivier Zablocki se retrouve confortablement assis dans le bureau du maire, en présence de deux de conseillers municipaux. "Le maire m’a dit qu’il se représentait et qu’il aimerait bien m’avoir sur sa liste. Nous avons échangé quelques idées. Avant mon départ, il m’a remis les sept questions que lui avait envoyées l’hebdomadaire Le Phare de Ré pour que j’y réfléchisse", explique Olivier Zablocki. Ces questions qui abordent des thèmes de la vie locale ont été soumises, à toutes les têtes de liste par Le Phare de Ré, le principal journal de l’île. Il publie les réponses des élus chaque semaine. La liste en poche, Olivier quitte le bureau du maire, tout disposé à remplir sa mission.

Le site Re-publique ne fait pas l’unanimité

Et pour élargir le débat, le voilà qui décide d’avoir recours au Web. Pourquoi limiter le champ des idées aux seuls élus, se demande fort à propos l’entreprenant internaute ? Deux jours après la rencontre au sommet, il affiche donc les questions sur son autre site, re-publique.net. La page d’accueil, modifiée pour l’occasion, appelle non seulement les candidats à s’exprimer en ligne mais aussi les militants et les habitants intéressés à la vie locale. Satisfait de son inspiration, Olivier Zablocki imprime quelques pages du site et les envoie au maire. Deux jours plus tard, il reçoit le coup de téléphone intrigué de Christiane Birot, en seconde place sur la liste de Lucien Rieux. "Elle m’a d’abord dit que la législation ne m’autorisait pas à faire un tel site. Puis, quand elle a senti que je connaissais la réglementation certainement mieux qu’elle, elle m’a parlé du problème de fond. C’est-à-dire que je ne faisais plus partie de la liste du maire." Débarqué avant même d’avoir intégré le camp de l’élu, Olivier Zablocki s’amuse de la situation. Il s’ordonne même candidat virtuel avant de décider, après mûre réflexion, de se lancer dans la vraie course à l’élection.

Un troisième candidat pour Saint-Martin-de-Ré

Car le nouveau prétendant à la mairie de Saint-Martin de Ré est en fait persuadé que l’existence de son site est la cause de sa destitution. "Les élus n’aiment pas que le débat leur échappe. Le site donne la parole à tout le monde. Je pense qu’ils ne pouvaient pas admettre un même niveau d’information pour les notables et pour les citoyens", analyse Olivier Zablocki. Le maire sortant a-t-il poussé la réflexion aussi loin ? Peut-être pas. Mais l’existence du site semble en tout cas l’avoir légèrement embarrassé. "Pas du tout, répond poliment Christiane Birot. S’il est vrai que le maire a vu M. Zablocki avant l’établissement de sa liste, il s’agissait juste d’une conversation préalable. Apparemment M. Zablocki a cru qu’il faisait partie de la liste et se présentait comme un de ses membres alors que ce n’était pas le cas. C’est pour cela que nous l’avons rappelé pour qu’il n’y ait pas de malentendu." Hum, d’accord, mais alors pourquoi évoquer l’irrégularité du site ? "C’est vrai que la législation est assez tangente. Il avait, de plus, publié sur le site les questions du Phare de Ré qui étaient réservées aux têtes de listes", s’embrouille l’élue. Publiées sur le journal local, les fameuses questions n’ont en effet rien de confidentiel. La destitution d’Olivier Zablocki non plus, puisque le militant a depuis fait connaître, dans le journal de l’île, sa candidature aux prochaines élections et ses mésaventures. À son tour, maintenant, de trouver les volontaires pour faire partie de sa liste...

Les sites d’Olivier Zablocki:
http://www.re-publique.net/<br&g... Le Phare de Ré:
http://www.pharedere.fr/journal/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse