15 08 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/01/2001 • 16h00

Municipales : maires peu agités

Jean-Dominique Reffait, militant PS, vient de passer en revue les sites des candidats aux municipales. Pour s’apercevoir qu’ils n’avaient aucune stratégie internet. Interview.


Julie Krassovsky
"68 sites de campagne de la gauche plurielle s’affichent sur Internet. Parmi eux les grandes villes sont peu représentées, excepté Paris. Mal référencés, les sites des candidats sont souvent absents des moteurs de recherche. Les ministres ne montrent pas l’exemple puisque aucun site de candidat-ministre n’est à ce jour connu..." Le constat est un peu rude mais clairvoyant. Il n’émane pas du parti socialiste mais de sa "cellule virtuelle", qui dresse un panorama de la stratégie politique sur Internet des candidats aux municipales. Et justement il n’y en pas de stratégie. C’est bien ce que constate Jean-Dominique Reffait, l’auteur de ce tour d’horizon non exhaustif des politiques en campagne sur le Net. Militant, encarté PS de longue date, Jean-Dominique Reffait connaît son sujet. Directeur d’une agence web spécialisée dans la communication politique, membre de la section "Temps-réels" du PS, du groupe sur les nouvelles technologies de son parti, de l’Isoc France, il anime aussi depuis 1998 son site de la gauche plurielle. Une passerelle sur la Net politique, qui lui permet d’observer du coin de l’œil les débuts timides des élus socialistes dans le vaste réseau interplanétaire. Commentaires.

Que vous inspire la revue de sites politiques que vous avez effectuée ?

En premier lieu, il n’y a aucune forme de cohérence entre les sites de la gauche. Par exemple les sites qui pourraient être les plus porteurs, les sites des grandes villes en l’occurrence, sont assez méprisants à l’égard des communes avoisinantes. Ils ne renvoient jamais sur les sites des municipalités avec lesquelles, ils sont en contact pour la campagne. Ce qui paraît assez contradictoire quand tous les candidats valorisent le thème de l’intercommunalité, très en vogue en ce moment. Et qui a pour but de généraliser les procédures de travail en commun. Par tradition, les gros candidats estiment qu’ils n’ont pas à participer aux réunions de coordination, il est donc logique que sur Internet, ils réagissent de la même façon. Mais bientôt ils comprendront que s’il n’est pas possible pour un élu régional de citer par exemple le programme des autres listes de sa formation sur papier, sur Internet c’est possible et facile à mettre en ligne.

Tous les candidats montent leur site de campagne dans leur coin, n’y aurait-il pas besoin d’une initiative de la fédération nationale du parti ?

Dans le contexte actuel, il y a un tas de gens, de militants, qui entourent les candidats et qui sont branchés Internet. C’est généralement eux qui initient la création d’un site de campagne et pas les élus. Ce qu’il faudrait - c’est d’ailleurs ce que Temps-réels propose -, c’est un regroupement des webmestres politiques sur une liste de diffusion. Beaucoup se connaissent déjà, mais il manque un cadre pour coordonner les actions, élaborer par exemple un code de bonne conduite des uns vis-à-vis des autres. ...tablir une base de données communes de liens, un annuaire des sites de la gauche qui serait présent sur tous les sites des candidats. C’est comme cela que l’on pense travailler maintenant.

Cette organisation aurait pu précéder la campagne municipale : n’est-il pas un peu tard maintenant ?

Nous avons essayé d’organiser un réseau de sites avant la campagne. Dès l’été, nous avons contacté les fédérations, envoyé des e-mails un peu partout, sans réponse. Il y a une explication à ce silence. D’abord, les candidats débutent leur campagne souvent très tard. Ensuite Internet n’est pas un support important aux yeux des politiques. Enfin pour certains, les initiatives sont venus de militants intéressés au Réseau. Les responsables politiques ont besoin qu’on leur force un peu la main. Lors des élections européennes par exemple, le parti socialiste avait décidé de faire un petit site de présentation. De notre côté nous avons monté le site France-elections, qui a généré plus de trafic. Les responsables du PS, un peu bousculés, nous ont contactés et proposé d’associer nos efforts. Par la suite, nous avons monté le site des universités d’été. Leurs organisateurs ont remarqué le peu de fréquentation de cette rencontre annuelle, le site était un moyen de toucher les militants. Comme beaucoup ne se déplacent plus, c’est ça la grande force du Web en politique.

Quand les candidats parlent d’Internet, ils rappellent toujours l’importance d’une campagne traditionnelle. Quel est le sens de cette justification ?

Effectivement les candidats hésitent à trop parler de l’Internet. Le sentiment que donnerait un élu trop porté sur l’Internet ce serait d’apparaître comme un candidat virtuel aux yeux des électeurs. Cependant, certains ont déjà compris l’enjeu que d’ Internet en terme de communication politique. D’autres s’en servent comme d’un outil de promotion provisoire. Dans l’ensemble, nous n’en sommes pas encore à l’idée que c’est essentiel.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse