09 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/03/2001 • 16h04

Mir va mourir

Vendredi 23 mars, la station spatiale russe Mir explosera au-dessus de l’Océan pacifique. Une fin spectaculaire qui suscite inquiétude, étonnement et délires en tout genre.


NASA
Cette fois, c’est la fin. Le dernier épisode de la saga Mir se déroulera le vendredi 23 mars. Et s’achèvera définitivement vers 7 h 20 (heure de Paris), par un dernier feu d’artifice. Après 15 ans de bons et de moins bons services, caractérisés par un enchaînement de pannes et de rafistolages à peu près aussi médiatisés que la grossesse de Céline Dion, la station orbitale russe partira en fumée quelque part au-dessus de l’Océan pacifique, entre le Chili et la Nouvelle-Zélande.

Sous perfusion depuis 10 ans


NASA
En service depuis février 1986, Mir ne mourra pas de sa belle mort : sa destruction est programmée depuis belle lurette et régulièrement reportée depuis... dix ans ! En effet, la durée de vie de la station, initialement prévue pour cinq ans, n’a cessé d’être rallongée. Il y a quelques jours, l’Iran avait même proposé de financer son exploitation pendant encore deux ou trois années supplémentaires ! Mais cette proposition est arrivée trop tard : cette fois-ci, les experts russes sont fermement déterminés à faire disparaître Mir. En janvier dernier, ils ont arrimé le vaisseau Progress à la station spatiale. Sa mission : donner, grâce à ses moteurs, les trois impulsions fatales qui feront descendre Mir dans l’atmosphère. Ces coups de freins surpuissants auront lieu vendredi matin à 00 h 33 GMT (soit 1 h 33 à Paris), 02 h 02 GMT, et à 5h00 GMT. Une fois parvenue à 130 kilomètres au dessus de la Terre, le frottement de l’air, alors devenu intense, provoquera la chute fatale de la station. Celle-ci se consumera alors, en grande partie dans l’atmosphère.

Les Japonais et les Fidjiens aux abris

En partie seulement. Selon l’agence spatiale européenne, 20 à 30 % des 130 tonnes de la station pourraient en effet survivre à l’explosion. Vers 7 h 20 (heure de Paris), les débris de la station devraient tomber sur Terre. Certains morceaux de titane et d’acier pèseront jusqu’à 700 kilos ! D’après la mission de contrôle russe (la TsUP) chargée des opérations, ces débris tomberont dans une surface bien délimitée de l’Océan pacifique, qui s’étend sur 3 400 km et 200 km de large. Malgré ces assurances, une question brûle toutes les lèvres : Mir peut-elle s’écraser sur nos têtes ? Dans les régions situées à proximité de la zone de retombée des débris, comme le Japon, la Polynésie ou l’île de Pâques, les autorités locales ont informé la population et ont pris certaines mesures concernant les trajets des avions et des navires qui croisent dans la région. Les gouvernements japonais et fidjien ont recommandé à la population de ne pas sortir pendant et après l’explosion. D’après l’Agence spatiale européenne, il y a un faible risque pour que des débris tombent en Europe. Si c’était le cas, ils s’écraseraient à la latitude exacte de 51,6 degrés nord. Ce qui correspond à une ligne Londres, Berlin, Varsovie. Une seule entreprise a parié sur le lieu exact de l’impact : Taco Bell, qui a placé une cible flottante géante dans le Sud Pacifique. Si un des débris de Mir atteint la cible, la firme s’engage à offrir un taco à chaque citoyen américain !

L’explosion en direct live

Certains privilégiés assisteront, en direct live, aux derniers souffles du laboratoire spatial. L’un des trois avions chargés de filmer l’événement pour le site mirrentry.com devrait en effet emmener une cinquantaine de passagers venus admirer l’explosion. Un voyage inoubliable, que Mirrentry proposait pour 6 500 dollars (environ 50 000 francs). Ceux qui sont restés à terre pourront tout de même admirer la retransmission de la disparition de Mir, diffusée en direct sur de nombreux sites web. Mais pour se faire une idée du spectacle offert par la destruction du plus volumineux vaisseau spatial jamais détruit avant l’heure fatidique, les internautes peuvent d’ores et déjà regarder l’animation proposée sur le site - particulièrement bien documenté - de l’Agence spatiale européenne.

L’Agence spatiale européenne:
http://www.esa.int/export/esaCP/ESA... Taco Bell:
http://4.18.84.31/ Mirrentry:
http://www3.mirreentry.com/
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse