17 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/01/2001 • 17h03

Messieurs les Anglais, clonez les premiers...

Après de houleuses discussions, la Chambre des Lords britanniques a approuvé la loi autorisant le clonage d’embryons humains à des fins thérapeutiques.

"Le gouvernement est prêt à légitimer n’importe quoi !" ; "Comment peut-on jouer à Dieu ?" ; "Où se situe la moralité de ceux qui considèrent l’embryon humain comme un accessoire qu’on créé, qu’on échange, qu’on congèle et qu’on détruit ?" Lors de la séance consacrée à la loi autorisant le clonage humain à des fins thérapeutiques dans la nuit du 22 janvier dernier, certains Lords britanniques ont remisé leur célèbre flegme...

Le recyclage des embryons

Approuvée par la Chambre des Lords après 7 heures de débats, cette extension d’une loi votée en 1990 autorisera bientôt les scientifiques britanniques à clôner des embryons humains pour lutter contre plusieurs maladies, dont celles d’Alzheimer et de Parkinson. Elle leur permettra également de prélever des cellules sur des embryons conçus dans le cadre de lutte contre la stérilité, puis abandonnés, à condition que leur âge ne dépasse pas 14 jours. Ce type de recherche pourra débuter dès le 31 janvier prochain, date d’entrée en vigueur de cette loi. Les cellules souches prélevées sur les embryons seront notamment utilisées dans le cadre de remplacement de tissus, puis, à plus long terme, d’organes défectueux. C’est en tout cas ce qu’espèrent les chercheurs qui, pour l’instant, ne maîtrisent pas encore toutes les possibilités et toutes les conséquences de ces techniques. "La recherche sur des cellules souches prélevées sur des embryons déjà conçus, secondairement abandonnés et dont la loi prévoit la destruction, n’entraîne pas de problèmes éthiques majeurs si les recherches autorisées permettent de sauver des vies humaines", déclare Jacques Montagut, médecin biologiste spécialiste de la reproduction, auteur du livre Concevoir l’embryon à travers les pratiques, les lois et les frontières (1). "En revanche, autoriser le clonage d’embryons pour y prélever des cellules souches dont on ne sait pratiquement rien me semble moins justifié. Les Anglais vont bien vite en besogne...", ajoute-il.

Une loi examinée... une fois votée

La décision des Lords britanniques a d’ailleurs soulevé de nombreuses contestations chez les sujets de Sa Gracieuse Majesté. Des représentants des cultes catholique, juif et musulman ont en effet adressé une lettre ouverte aux représentants de la Chambre des Lords avant le vote. Objet de la missive : ils demandaient un examen précis de la loi par un comité d’expert avant son passage devant les Lords. À la suite de cette lettre, Lord Alton, farouche opposant au clonage humain, avait déposé un amendement auprès des ministres britanniques afin de procéder à cet examen. Mais les ministres ont rejeté sa demande, sous prétexte qu’une telle mesure conduirait à faire reculer le vote de plusieurs mois, et donc à repousser le début des recherches. Ils ont toutefois accepté la constitution d’un comité qui examinera les termes de la loi... une fois celle-ci votée. De son côté, la Bioindustry Association, un groupe de pression britannique auquel adhèrent plusieurs centaines d’entreprises et d’universités (spécialisées dans les biotechnologies... ou pas : Ernst & Jung et Arthur Andersen font notamment partie des membres), attendait cette loi avec impatience. Aujourd’hui, la BIA applaudit des deux mains : dans un communiqué publié sur le bulletin de l’association, son président fait part de sa joie suite à la décision des Lords britanniques. Conciliant, il indique aussi qu’il se tient prêt à participer à un débat sur l’aspect éthique et les applications de ces nouvelles technologies.

Communiqué de la Bioindustry Association:
http://www.bioindustry.org/whatsnew...
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse