24 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/07/2003 • 23h23

Liberty-web rassemblait l’extrême droite traditionnelle et les sionistes radicaux

Un petit monde "judéo-chrétien" uni dans une haine commune contre l’Islam
 

Alors que l’extrême droite s’est maintes fois illustrée par ses divisions, l’hébergeur liberty-web.net a réussi, de février 2001 à mars 2003, le tour de force de créer les conditions d’un rapprochement "judéo-chrétien" entre différents mouvements se réclamant de cette tendance politique. Le portail créé par ces militants d’extrême droite regroupait en effet 24 sites parmi lesquels cohabitaient sionistes radicaux et nationalistes français. Constitués en réseau, les auteurs de ces sites partagaient une haine commune : l’islamophobie. (lire notre article sur l’affaire Sos-racaille)

Créé à la mi-février 2001, le site liberty-web.net proposait, contre rémunération, un hébergement anonyme de sites web. Sa particularité : à deux exceptions près, 24 des 26 des sites hébergés étaient ouvertement racistes, nationalistes, catholiques intégristes, royalistes ou sionistes extrêmistes.

Ces sites étaient tous accessibles depuis le portail Liberty-web. Présentés sur la page d’acueil de l’hébergeur comme les maillons d’un réseau fustigeant la "Ripoublique bananière islamique de Francarabia", ils s’en prenaient aux arabes, aux musulmans, aux anti-racistes et autres tenants de "l’anti-France". Chacun de ces sites proposait des liens qui renvoyaient vers les autres.

Un forum raciste très fréquenté

Point de ralliement de ce réseau : le forum de discussion d’un des sites hébergés par Liberty-web, Sos-Racaille.

Plusieurs centaines d’intervenants se sont exprimés sur ce forum, essentiellement sous pseudonymes. Selon le Mrap (Mouvement contre le racisme pour l’amitié entre les peuples), qui a porté plainte à plusieurs reprises contre la nébuleuse fédérée par Sos-Racaille, 150 000 messages y furent échangés.

Salle de réunion permanente et caisse de résonance du réseau, il était fréquent de voir apparaître sur ce forum des incitations à la haine raciale ou religieuse. Y circulaient également des informations sur les "racailles", les anti-racistes ou encore les actions des Comités Canal Résistance ou CCR, qui faisaient office de branche armée du réseau. La majeure partie des échanges restaient néanmoins bénins.

S’il servait régulièrement de déversoir à la haine des arabes et des musulmans, les propos antisémites y étaient par contre proscrits : aussitôt publiés, leurs auteurs étaient bannis.

Ce forum permettait aussi de mettre en relation les militants désireux de créer de nouveaux sites web, ou de s’informer sur des questions techniques concernant l’anonymat sur l’internet.

Parmi les contributeurs, au moins deux d’entre-eux s’étaient vantés d’émarger au ministère de l’intérieur.

Sos-racaille, pilier du réseau

Créé en janvier 2001 dans le but de s’attaquer à Sos-Racisme et de dénoncer la "racaille" des banlieues, Sos-Racaille est sans conteste le plus connu et le plus médiatisé de tous les sites qui étaient hébergés par Liberty-web. Les liens entre l’hébergeur et ce site web sont étroits, puisque l’administrateur de Liberty-web était aussi l’animateur de Sos-Racaille.

A ce jour, l’auteur du site Sos-Racaille reste encore inconnu des services de police. Selon le Mrap, il aurait appelé, dans un message posté sur un forum usenet (fr.soc.politique) en juillet 1999, avant la création de Sos-racaille, les Français à se lever pour détruire "cette merde infame qu’est le bougnoul !" (sic), parce qu’"un bon arabe est un arabe mort".

Hébergé sur Liberty-web au début 2001, sos-racaille.org s’est fait connaître des médias et du public en juillet 2001, en republiant la liste des avocats que l’association Sos-Racisme avait initialement mis en ligne sur son propre site web. Sos-racaille.org avait placé, en préambule à la liste, un commentaire les qualifiant d’"avocats haineux des associations anti-France (défendant) la racaille et les nik’ta mère".

Certains des avocats visés avaient alors porté plainte (Lire notre article et Justice et police enquêtent contre Sos-Racaille).

Plusieurs sites pro-sionistes

Sur Liberty-web, l’extrême droite "classique" a longtemps cohabité sans souci avec l’extrême droite israélienne.

Parmi les représenants de cette tendance, Alexandre Attali, l’auteur du site Amisraelhai.org (en hébreu, "le peuple d’Israël vit", Ndlr) appelait les internautes à infliger crachats et coups de battes de base-ball à certaines personnalités d’origine juive.

Dûment nommées sur Amisraelhai.org, ces personnalités étaient accusées d’avoir soutenu la Coordination des appels pour une paix juste au Proche-Orient (CAPJPO). Nombre des victimes, juives ou non, de ce dossier, se comptent ainsi dans les rangs de ceux qui, sans être forcément être pro-palestiniens, dénonçaient l’attitude du gouvernement israélien.

Liberty-web hébergeait par ailleurs aipj.net, une sorte d’agence de presse spécialisée dans la "rectification" des dépêches AFP et dans la dénonciation de la couverture du conflit israélo-palestinien par les médias, systématiquement accusés d’épouser la cause "terroriste".

Sur aijp.net, les antiracistes étaient présentés comme des "collabos" et Jérusalem comme "la capitale éternelle d’Israël". On y trouvait, entre autres, les textes de La Haine et l’orgueil, le livre d’Oriana Fallaci haineux à l’encontre des musulmans, ou encore des écrits d’Alexandre del Valle, un intellectuel d’extrême droite encensé de nombreux sionistes qui n’a de cesse de dénoncer le "totalitarisme islamiste".

Très proche de liberty-web.net, le responsable d’aipj.org, qui hébergait les forums de sos-racaille.org, est considéré par le Mrap comme l’une des principales chevilles ouvrières de la nébuleuse de sites de Liberty-web.

Paradoxalement, les noms de domaine aipj.net et aipj.org furent explicitement choisis en réaction à J’Accuse... ! Action Internationale Pour la Justice (AIPJ ). Cette association avait porté plainte contre front14.org, un hébergeur américain de sites racistes et néo-nazis, précisément au nom de la lutte contre l’antisémitisme et le négationnisme (voir notre article).

Proche des associations antiracistes, J’Accuse prônait la surveillance de l’internet et la censure des sites web offensants : toutes choses qui ne pouvaient qu’irriter les proches de liberty-web.net, qui se prétendaient farouches défenseurs de la liberté d’expression.

Unis contre le monde arabe

Qu’ils aient été créés par des tenants de l’extrême droite française traditionnelle ou par des militants de l’extrême-droite juive ou israélienne, les auteurs de ces sites se rejoignaient sur un point : l’islamophobie.

Dans une interview réalisée le 24 janvier 2002 pour Canal Résistance, la radio du réseau, le webmaster de sos-racaille.org avançait qu’"Israël est le rempart du monde non musulman contre les musulmans. De leur survie dépend notre survie".

Soutenant "à 100%" l’intervention américaine en Irak, le responsable de Sos-Racaille espérait voir s’embraser le Proche-Orient de sorte de contraindre la France et les Français à prendre position contre le monde arabe.

Le militant extrêmiste précisait que seule une "guerre civile" en France entraînerait le renvoi des étrangers chez eux, et permettrait de "neutraliser" un certain nombre d’opposants. A commencer par Mouloud Aounit, secrétaire général du Mrap, victime à plusieurs reprises d’accusations de Sos-racaille et de menaces de mort "anonymes".

Un dommage collatéral inattendu

Après plus de deux ans d’activité, le 7 mars 2003, l’administrateur de liberty-web.net, également animateur de sos-racaille.org, fermait l’ensemble des sites hébergés, à la surprise générale. A commencer par celle des militants de base du réseau et des webmasters des sites hébergés.

Cette fermeture faisait suite à des altercations survenues entre les membres des sites de l’extrême droite "classique" et ceux créés par des militants de l’extrême droite juive.

Selon le Mrap, la guerre du Golfe aurait entraîné une "cassure idéologique" entre les deux principales composantes du réseau : Les activistes pro-israéliens, "pour qui l’alliance avec les Etats-Unis est sacrée", s’opposaient aux pro-lepénistes, "pour qui l’’alliance’ avec l’Irak est le garant de la politique nationaliste".

Les responsables pro-israéliens des principaux sites de la nébuleuse liberty-web.net auraient alors décidé "de jeter l’éponge". En lieu et place de leurs sites, ils ont affiché un message rageur indiquant que "la bande de bâtards qui soutient Ben Shirak à 90 % ne mérite qu’une chose : l’islamisation TOTALE de la France".

La guerre du Golfe, et la position de la France lors de ce conflit, aurait ainsi eu raison de ceux qui, pendant plus de deux ans, avaient réussi à constituer cette "nouvelle extrême droite sur internet" que le Mrap cherche aujourd’hui à dénoncer.

La justice est impuissante mais la PJ s’active

A ce jour, aucun auteur de ces sites n’a été jugé. Si, selon le Mrap, une vingtaine de plaintes a été déposée contre ces sites, aucune n’a donné lieu à un procès. Ces plaintes ont été classées sans suite car, bénéficiant des services d’anonymiser proposés par Liberty-web, les principaux responsables des sites n’ont pu être poursuivis.

Seule exception : Amisraelhai.org. Déposée le 1er aout 2000 pour "provocation à la haine", la plainte du Mrap à l’encontre de l’auteur de ce site aboutira à un procès, dont les plaidoieries débuteront le 30 septembre 2003.

Si ce procès peut avoir lieu, c’est parce que l’auteur d’Amisraelhai.org a pu être identifié : il avait enregistré son nom de domaine sous son propre nom avant de recourir aux services d’anonymisation de Liberty-web.

Face à la nébuleuse organisée autour de Liberty-web, la justice est généralement dans l’incapacité d’agir. Il semble toutefois que la police ait commencé à s’intéresser de près à ce réseau. Selon un fonctionnaire de police proche du dossier, la police judiciaire a choisi le moment où des dissentions sont apparues entre les deux courants principaux de cette extrême droite en ligne "pour ’taper’ et procéder aux premières interpellations et perquisitions". Selon cette même source, d’autres interpelllations et perquisitions devraient avoir lieu.

Pour les anciens de Sos-racaille, la lutte continue (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9126

Pas de pitié pour la haine en ligne (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a6206

Le Mrap ne cautionne pas j’accuse (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a6514

L’auteur d’un site sioniste radical poursuivi par la justice (Libération):
http://www.liberation.fr/page.php?A...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Confidentialité |