28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/09/2003 • 14h17

Les virus de l’été ont généré plus de spams que d’emails réellement contaminés

Editeurs d’antivirus et administrateurs système sur la sellette

Sobig, MS Blaster... La vague de virus informatiques de l’été a causé plus de dommages à internet de façon indirecte que directe. Adeptes de l’usurpation d’identité, les vers récents ont engendré plus de messages de notifications envoyés par les éditeurs d’antivirus que d’emails réellement infectés. Ces courriers "non-sollicités" ont engorgé le réseau comme le spam publicitaire et remettent en cause les politiques antivirus des sociétés.

Le Comité Réseau des Universités (CRU), structure de conseil et de réflexion liée aux ministères de l’Education et de la Recherche, accueille plusieurs dizaines de listes totalisant plusieurs dizaines de milliers d’abonnés. Serge Aumont, administrateur du serveur de listes du CRU, n’en revient toujours pas : "En 24h, nous avons reçu 58 000 messages, dont 19 000 infectés par un virus et 39 000 rapports d’antivirus..."

Co-auteur du logiciel Sympa, l’un des principaux gestionnaires de listes de discussion par email, Serge Aumont connaît bien les affres des virus et du spam : "Dérégler une belle mécanique avec un vilain grain de sable et faire des rapports automatiques à tort et à travers qui polluent nos boîtes aux lettres est précisément un des buts recherchés par les auteurs de virus."

En cela, le ver Sobig, bien que dépourvu de toute nouveauté technique, est allé au-delà de toute attente. A l’instar des autres virus de sa catégorie, il récupère des adresses emails sur l’ordinateur infecté et leur envoie une réplique du virus.

Comme la majorité des virus apparus récemment, Sobig est adepte de l’usurpation d’identité : il place, dans le champ expéditeur "From :" (ou "De :"), une des adresses e-mails trouvées au hasard dans le carnet d’adresses de l’ordinateur infecté.

Nombre de personnes se sont ainsi retrouvées accusées, à tort, d’avoir envoyé des virus, ce qui peut être dommageable dans le cadre de relations professionnelles.

De la pub par défaut ?

Mais, et c’est la nouveauté, ou le "double effet" inattendu des récentes vagues virales, l’usurpation d’identité qui leur sert à se propager est aussi à l’origine de nombreux spams.

Nombre de logiciels antivirus installés sur les serveurs d’entreprises et d’administrations ont en effet agi comme le leur dictait leur configuration habituelle : ils envoient un avertissement ("bounce" en VO, ou "rebond") à l’expéditeur et au destinataire, pour leur notifier qu’un email infecté a été intercepté.

Autrement dit, un courrier infecté entraîne bien souvent l’envoi d’au moins deux autres e-mails. Sans compter les multiples réactions possibles face à cette situation, le prétendu émetteur de l’e-mail vérolé pouvant légitimement protester auprès de l’administrateur système, qui lui-même...

Au final, les récentes vagues virales ont entraîné un véritable flot de "courriers non-sollicités" d’autant plus inutiles et absurdes qu’ils accusaient, à tort, des innocents de propager l’infection.

Une particularité de ces "spams" est qu’ils citent, en règle générale, le nom de la société et de l’antivirus qui avaient permis aux mails infectés d’être bloqués. Les éditeurs d’antivirus se voient donc reprocher de profiter de la vague virale et des innombrables emails de rebonds pour se faire de la publicité.

Une des sociétés que nous avons interrogées avance ainsi que la configuration par défaut des antivirus "a été faite pour des raisons de politique commerciale. Il est vrai que techniquement cela crée un flux de mails supplémentaire mais c’est le prix à payer pour de la pub gratuite qui n’est pas vraiment du spam".

Pourtant, nombre d’administrateurs système ont fait le choix de configurer leur logiciel antivirus afin qu’il n’envoie pas d’alertes aux adresses emails ayant servi à véhiculer des virus. Pour que cette pratique se répande plus largement et contribue à désengorger le réseau, il faudrait qu’internautes et professionnels sensibilisent les administrateurs système. Ou que les éditeurs d’antivirus intègrent l’usurpation d’identité dans la configuration par défaut de leurs logiciels.

Le Comité Réseaux des Universités (CRU):
http://www.cru.fr/

Le site du logiciel de gestion de listes email Sympa:
http://www.sympa.org/

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse