03 11 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/11/2000 • 18h42

Les syndicats doivent adapter leurs méthodes de travail

video
Ils veulent créer chez Amazon le premier syndicat dans une dotcom. Interview croisée de Patrick Moran, porte-parole du Prewitt Organizing Fund, Marie-Thérèse Deleplace et Luc Lecornu, membres du secrétariat fédéral du syndicat français SUD.
Patrick Moran, porte-parole du Prewitt Organizing Fund :

Question 1 : Quel est l’enjeu d’une présence syndicale dans l’ecommerce ?

Question 2 : Pourquoi êtes-vous venu en Europe ?

Marie-Thérèse Deleplace, membre du secrétariat fédéral de SUD :

Question 1 : Pourquoi avoir participé à la campagne syndicale Amazon ?

Question 2 : Comment la campagne Amazon va-t-elle être prolongée ?

Les employés du leader mondial de la vente en ligne ont créer un embryon de syndicat, day2@Amazon.com. Dans la bataille qui les oppose à une direction hostile, les organisateurs ont élargi leur action à la France et à l’Europe. Patrick Moran, porte-parole du Prewitt Organizing Fund, Marie-Thérèse Deleplace et Luc Lecornu, membres du secrétariat fédéral du syndicat français SUD, livrent leurs récations.

Transfert - Où en est l’avancée syndicale chez Amazon ?

Patrick Moran - Cela suit son cours. Il y a des réunions régulières de sensibilisation des employés dans les 7 entrepôts d’Amazon aux ...tats-Unis. Le mouvement est déjà bien implanté dans 3 de ces lieux de travail, les autres doivent suivre. De son côté, l’organisation syndicale Washtech fait circuler sa pétition et continue son action spécifique dans le service client de Seattle. En Europe, je retourne aujourd’hui 28 novembre en Allemagne, dans l’entrepôt d’Amazon où j’étais allé la semaine dernière. Grâce à des membres du syndicat HBV, implanté à Amazon, je vais assister à une réunion entre les employés et la direction. Jeudi et vendredi, je me rends dans les entrepôts d’Amazon Angleterre, situés au nord de Londres pour nouer des premiers contacts avec des syndicats locaux. Nous organiserons éventuellement un tractage sur le lieu de travail.

Comment est né le Prewitt Organizing Fund ?

P. M. - C’est une organisation indépendante, née il y a 6 mois, à l’initiative d’un groupe d’organisateurs syndicaux en affinité : nous voulons tous aider les employés de l’e-commerce à améliorer leurs conditions de travail, leurs salaires et leur protection sociale. Notre premier pas est de rendre ces enjeux publics et d’attirer l’attention. Nous sommes financés par des syndicats, des fondations et, surtout, des individus qui font des donations. Le principal de nos ressources vient du bénévolat. Amazon est notre premier projet. Nous avons une soixantaine de personnes mobilisées sur cette campagne aux ...tats-Unis, plus un permanent en Allemagne.

Pour mener une action syndicale, quelles sont les différences entre la nouvelle économie et les secteurs traditionnels ?

Luc Lecornu - La nouvelle économie a un développement beaucoup plus rapide et on y trouve une idéologie du type : "On est prêt à travailler 50 à 60 heures par semaine, ca amènera la réussite personnelle." Cette mentalité exclut de fait toute préoccupation collective et toute recherche de garantie. En gros, c’est de l’individualisme forcené.

Marie-Thérèse Deleplace - Au début, les gens qui montent des start-ups se considèrent comme des créateurs et ont le sentiment de pouvoir travailler hors des réglementations. À mesure que ces entreprises prendront de l’assise et s’installeront, elles seront obligées de se conformer progressivement aux usages. Mais cela ne se fera pas tout seul. Par exemple, la direction d’Amazon France à annoncé qu’elle allait créer un comité d’entreprise mais qu’elle avait encore légalement un an de délai à partir de la cinquantième embauche. Rien ne se fait donc spontanément. D’une manière générale, il va falloir pousser pour rattraper le retard.

P. M. - La différence principale est que la nouvelle économie n’a ni limites ni frontières. Il faut donc l’aborder à l’échelle mondiale plutôt que locale. Elle se déplace également très vite et cherchera à profiter des régions plus faciles à dominer ou à exploiter. Amazon vient d’ouvrir un centre d’appel en Inde, qui sert des clients américains. Si ces entreprises vont dans ces pays, c’est naturellement pour profiter de la quasi-absence de droit du travail. Je trouve cela révoltant. Cela souligne la nécessité de standards de protection internationaux. Si le capital a la liberté de circuler où bon lui semble, les salariés devraient pouvoir faire la même chose en se regroupant pour se défendre.

Face à l’internationalisation des entreprises, quelles réponses apportent les syndicats ?

M.-T. D. - Dans le communiqué que nous avons diffusé après le tractage de l’entrepôt d’Amazon France, nous revendiquions un droit pour les salariés d’une même entreprise de se regrouper, quelque soit le pays dans lequel ils sont employés. L’exemple de France Télécom, que nous connaissons très bien à SUD Télécom, est intéressant. L’entreprise est maintenant présente partout en Europe et pratiquement dans le monde entier. Pourtant, il n’y a pas d’instance de groupe. Ces dernières sont des institutions paritaires entre la direction et les employés, qui permettent notamment aux syndicats locaux de se regrouper facilement sur des causes précises. Nous demandons en ce moment la mise en place d’une instance de groupe à France Télécom. La généralisation de ces institutions est primordiale et permettra de créer un tissu syndical avec des liens internationaux forts. Quant à l’harmonisation des revendications. Il est bien évidemment impossible de demander que les salariés France Télécom du Sénégal aient les mêmes revenus que ceux de la maison mère, mais ils savent bien mener des luttes pour améliorer leur conditions.

L. L. - Le monde syndical a un retard énorme sur les entreprises pour ce qui est des actions convergentes et de l’internationalisation, mais c’est aussi pour cela que nous avons accepté avec joie de travailler avec le Prewitt Organizing Fund sur Amazon.

Dans la nouvelle économie, comment préserver les acquis et espérer les étendre aux Etats-Unis, leader dans le domaine ?

L. L. - En plus des actions internationales au sein des entreprises, il faut élargir le débat. C’est pour cela que SUD participe au mouvement de lutte contre la mondialisation, l’OMC, le FMI et la Banque Mondiale. Nous sommes également actifs dans le collectif Attac (Association pour une taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens). S’il n’y pas de prise de conscience et de mouvement politique au sens noble, on n’y arrivera pas.

M.-T. D. - Nous nous investissons pour cela dans des regroupements larges comme ceux de Seattle, Prague, Séoul, Nice dans une semaine ou Porto Alegre, en janvier 2001. Ce qui permet également à SUD, une fédération spécifique aux PTT à l’origine, d’être connue internationalement. C’est d’ailleurs comme cela que Patrick Moran nous a contacté.

P. M. - Je suis tout à fait d’accord. J’étais à Washington pour une manifestation contre la Banque Mondiale, en avril. Nous sommes des petits poissons, les entreprises sont de grands requins blancs. Mais si nous sommes assez nombreux... Les grands groupes ont des instances pour se rencontrer et déterminer une partie de notre futur. Pourquoi les salariés n’auraient-ils pas leur mot à dire ?

Mis à part Amazon, quelle est votre action dans la nouvelle économie ?

L. L. - Bien que l’on nous taxe souvent d’archaïsme, nous nous tournons naturellement vers ce secteur. Nous nous sommes posé la question, il y a un an, lors du dernier congrès de SUD, dont les statuts avaient été pensés dans le cadre de la Poste et de France Telecom. Au vu du tournant Internet pris par France Telecom et de la dérégulation en cours dans le secteur des colis postaux, nous avons voté l’élargissement de notre domaine d’intervention. SUD couvre donc aujourd’hui toutes les activités d’expédition de colis et de plis et le secteur de la communication, qui inclut Internet et une bonne part des nouvelles technologies. Le cas Amazon est donc une heureuse surprise, exactement à la croisée des chemins entre ces deux domaines.

M.-T. D. - La nouvelle position théorique adoptée au congrès n’est bien sûr pas un coup de baguette magique. Au quotidien, l’essentiel des équipes départementales est encore centré sur notre ancien cœur de métier. Nous devons maintenant adapter nos méthodes de travail. Ce matin, lors de notre comité fédéral, la secrétaire générale, Joëlle Charuel, a pointé l’initiative Amazon comme un exemple concret à suivre, pour faire prendre conscience à tous de nos nouvelles responsabilités. Cette action est un test, un symbole. C’est maintenant au tour des sections SUD des Yvelines et du Loiret de pénétrer Amazon en vue de la constitution du comité du comité d’entreprise annoncée par la direction française pour l’année prochaine. Nous élargissons notre action petit à petit.

P. M. - Amazon est notre premier projet. L’objectif est avant tout de porter les problèmes à l’attention du public. Nous voulons également montrer que l’enjeu est international, voire mondial. Nous avons choisi de nous spécialiser dans l’e-commerce parce que c’est une forme de nouvelle révolution industrielle qui est en train de changer beaucoup des processus de travail. Il faut fixer les standards de conditions de travail maintenant, alors que le secteur est encore naissant. Sinon, les entreprises le feront à notre place et il sera trop tard.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse

Page not found