20 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


4/12/2001 • 14h00

Les juristes s’interrogent toujours sur la surveillance des e-mails au travail

Réunis à l’initiative de l’Agence pour la protection des programmes, mardi 4 décembre 2001, avocats, professeurs de droit et entrepreneurs ont, une fois encore, débattu de la question complexe de l’utilisation des e-mails au travail. Au menu : inquiétude des employeurs et circonspection des juristes.

Un employeur a-t-il le droit de fouiller dans les e-mails de ses salariés ? Non, a décidé, au mois d’octobre dernier, la Cour de cassation, dans un arrêt désormais célèbre qui n’en finit pas de susciter moult débats juridiques. Mardi 4 décembre, il était au menu d’un colloque organisé par l’Agence pour la protection des programmes. Au centre des débats, la fameuse affaire Nikon.Celle d’un ingénieur licencié par cette société pour faute grave, en 1995. L’un des motifs de la sanction concernait l’utilisation, à des fins personnelles, du matériel mis à sa disposition par la société. L’entreprise avait en effet découvert en fouillant dans les fichiers et e-mails personnels (ils en portaient la mention) que son salarié vendait du matériel Nikon illégalement en usant de son statut dans l’entreprise (papier à en tête, etc.). L’employé avait saisi les Prud’hommes pour contester son licenciement pour faute grave qui le privait d’indemnités. Puis il avait saisi a Cour d’appel de Paris qui l’avait débouté, tout en condamnant pourtant la société à lui verser une contrepartie financière pour d’autres motifs (clause de confidentialité). Nikon s’est alors pourvu en cassation. Cette dernière juridiction a finalement annulé la décision de la Cour d’appel en rendant, pour la première fois, un arrêt dont une partie porte sur le courrier électronique.

La décision inquiète les employeurs et intrigue les juristes

Dans sa décision, la Cour consacre l’interdiction de toute surveillance des e-mails par l’employeur. Résultat : les entrepreneurs craignent aujourd’hui que cette décision ne bride totalement leur pouvoir de contrôle légal sur le travail de leurs salariés. Les juristes, eux, paraissent plutôt sceptiques envers les fondements juridiques pris comme référence dans cette décision. Se référant à l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme au code civil et au code du travail, la chambre sociale a en effet déclaré que "le salarié a droit, même au temps et au lieu de travail au respect de l’intimité de sa vie privée (...) celle-ci implique en particulier le secret des correspondances". Pour Jean Deveze, professeur de droit à l’Université des sciences sociales de Toulouse, l’évocation de " l’intimité de la vie privée " mérite réflexion. " Si les messages personnels relèvent de la vie privée et également de l’intimité de celle-ci, quels contrôles restent possibles pour l’employeur ? " s’interroge-t-il.

" L’absence de tout contrôle est irréaliste "

S’il n’est pas question, pour lui, de contester le principe du droit au respect de la vie privée au travail, Jean Deveze s’interroge pourtant sur les conséquences de cet arrêt. " Il y a là un ajout susceptible de renverser l’équilibre du droit " assure-t-il. Jean-Jacques Raynal, avocat au barreau de Nice ajoute, " C’est une décision très risquée pour l’employeur. Elle rend un certain nombre d’infractions susceptibles d’engager la responsabilité du patron plutôt que celle du salarié. Dans l’affaire Nikon, la faute de l’employé, bien que reconnue, n’a pas affranchi la société de lui verser des indemnités, et ce en raison du caractère "personnel" des fichiers interceptés par l’employeur ". Pour les magistrats l’absence de tout contrôle est irréaliste. La Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) reconnaît, en effet, que la sécurité de certaines entreprises peut conduire à opérer un contrôle a posteriori des messageries. Le recours au contrôle est admis par la commission à condition qu’il soit proportionnel et que les salariés en soient informés. Pourtant les magistrats tiennent à évoquer les scénarios rendus, selon eux, possible par l’arrêt Nikon. " Il suffira pour un employé, utilisant frauduleusement son matériel de travail, de signaler le caractère "personnel" de son courrier ou de certains de ses fichiers pour échapper à tout contrôle. Cette possibilité est problématique " explique Jean Deveze.

" Différencier l’accès aux e-mails de leur utilisation "

Jean Deveze propose de différencier l’accès aux e-mails et leur éventuelle utilisation ultérieure contre un salarié. " Les employeurs pourront disposer d’un accès aux correspondances de leurs employés mais sans pouvoir les utiliser contre eux ". Une volonté de transparence qui présume sans doute trop de la bienveillance des employeurs. " Différencier l’accès de l’utilisation, c’est intéressant. Mais si demain vous insultez votre patron dans vos e-mails personnels envoyés depuis votre poste de travail ? Bien que cette correspondance relève du domaine de votre vie privée, rien ne dit que ces propos, accessibles à votre employeur, ne se retourneront pas un jour contre vous d’une manière ou d’une autre " réplique Hubert Bouchet, vice-président délégué de la Cnil. Remettant le débat sur des rails plus "humains", la Cnil a rappelé que les rapports au travail relevaient surtout de la confiance mutuelle entre les parties. Avec toujours cette " recherche du point d’équilibre entre les responsabilités de chacun " comme objectif. Un équilibre que vient régulièrement troubler l’utilisation des nouvelles technologies au travail.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse