25 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


29/08/2003 • 11h30

Les biotechnologies médicales subissent deux revers expérimentaux

Porc clonés ou cellules foetales : les voies de la greffe restent impénétrables...

Deux techniques jugées prometteuses en matière de greffe et de régénération d’organes humains viennent d’être remises en cause par leurs premiers résultats expérimentaux. Ces expériences concernaient d’une part, le clonage d’un donneur animal potentiel, le porc ; d’autre part, l’utilisation de cellules nerveuses embryonnaires.

En ce qui concerne les animaux donneurs, une équipe sino-américaine vient de s’apercevoir qu’en raison d’un mystérieux syndrome "de la mort subite du clone", ils ne peuvent maintenir en vie plus de 6 mois leurs clones de porcs. Une durée trop courte pour obtenir des greffons fonctionnels.

Quant aux recherches à partir de cellules souches prélevées sur des embryons, on vient de s’apercevoir que les patients atteints de la maladie de Parkinson à qui l’on avait greffé ce type de cellules nerveuses ont vu leur état empirer depuis l’opération.

Le porc et l’homme, copains comme cochons

En matière de xénogreffe (un terme qui désigne la transplantations d’organe d’une espèce à une autre), le porc est depuis longtemps considéré comme le meilleur candidat donneur pour l’homme. Facile à élever, il présente une physiologie et un système immunitaire relativement proches de l’homme. Il est en outre moins susceptible de transmettre des virus à l’homme que les primates. On espère ainsi un jour pouvoir produire, par clonage, des porcs transgéniques dotés d’organes "humanisés", susceptibles d’être greffés sans entraîner de rejet immunitaire. Toutefois, le clonage de ces animaux ne semble pas encore vraiment maîtrisé.

Xiangzhong Yang et ses collaborateurs du Center for Regenerative Biology de l’université du Connecticut semblaient pourtant sur la bonne voie : leur nouvelle technique de clonage paraissait en effet beaucoup moins agressive que celle qui avait permis de cloner la brebis Dolly. Les chercheurs américains ont ainsi pu annoncer le 28 mai dernier dans la revue Biology of Reproduction qu’ils étaient parvenus à faire naître à terme 4 porcelets clonés. Entre temps, tous les animaux sont morts d’une malformation cardiaque. Yang reconnait désormais dans Nature que cette malformation est directement liée au clonage.

Selon eux, l’ADN des cellules adultes clonées, doit au préalable être "reprogrammé" pour pouvoir "piloter" correctement l’embryogenèse et assurer une bonne formation des organes au cours du développement foetal. Pour l’instant, on sait très peu de choses sur les mécanismes qui permettent cette reprogrammation, ce qui explique pourquoi les quelques mammifères clonés jusqu’à maintenant sont généralement morts prématurément.

mauvaises greffes

On attendait par ailleurs beaucoup des greffes de tissus prélevés sur les fœtus humains pour traiter les maladies dégénératives, notamment neurologiques. C’est dans ce but que Warren Olanow et ses collaborateurs de l’Ecole de Médecine du Mount Sinaï Hospital de New York ont implanté du tissu nerveux fœtal dans le cerveau de patients atteints de la maladie de Parkinson. Ils espéraient ainsi pouvoir régénérer et remplacer les neurones à dopamine détruits par la maladie.

Plusieurs mois après cette expérience, Olanow et ses collaborateurs reconnaissent, dans la revue Nature, que les patients traités, loin de connaître une régression de leurs symptômes, ont tout au contraire vu leur maladie s’aggraver. Ce qui montre que le tissu greffé n’a pas réussi à s’implanter et proliférer. Voire qu’il a été rejeté par le système immunitaire, ce qui n’est pas censé arriver avec du tissu embryonnaire. Selon Olanow, ce résultat risque de fournir des arguments supplémentaires aux adversaires de l’exploitation des cellules souches embryonnaires à des fins thérapeutiques.

En effet, comme dans le cas du clonage des mammifères, les mécanismes moléculaires qui régissent le développement, la reconnaissance et la survie des organes et des tissus biologiques des mammifères sont encore largement méconnus. Ces deux expériences viennent d’en fournir la preuve.

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse