08 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


11/10/2000 • 17h04

Les Suédois, ”entrepreneurs du chaos

Kjell Nordström et Jonas Ridderstrale, crânes rasés et silhouettes noires, sont en passe de devenir des auteurs classiques de la nouvelle économie. Traduit en 22 langues en un an, leur livre Funky Business est le fruit de huit ans de collecte de documentation. Il décortique les méthodes de management qui règnent sur l’ère de l’information - de l’émotion, diraient-ils. Les deux Suédois sont professeurs d’économie à la Stockholm School of Economics. Kjell Nordström, notamment, a eu pour élèves les fondateurs de Spray, le portail paneuropéen.


Solveig Godeluck
Qu’est-ce que le funky business ? Kjell Nordström : C’est une métaphore qui se rapporte à la musique. Au début du siècle, il n’existait que la musique symphonique, architecturée, avec un chef d’orchestre et des rôles bien précis pour chaque instrument. Puis le jazz est arrivé, et la musique s’est s’épanouie dans la diversité. La culture est pionnière, comme d’habitude. Mais il se passe maintenant le même phénomène dans les affaires. Avant, on ne voyait pas de chefs d’entreprise en baskets, travaillant la nuit, et recrutant leurs amis. Dans dix ans, la diversité dans le milieu du travail sera encore plus riche.

Il ne s’agit que d’une révolution du look ?

Jonas Ridderstrale : Non, le fonctionnement de l’entreprise change aussi. On vous donne tellement de choses quand vous travaillez dans un funky business : massages gratuits, boissons à volonté... Ce qui est funky chez Nokia, ce n’est pas la technologie, c’est l’ambiance.

Les starts-ups suédoises sont-elles excentriques ?

K. N. : Il faut savoir que Stockholm est la ville la plus moderne de la planète. C’est flagrant en architecture, en musique, en littérature, dans l’éducation... Je dis cela sans implication morale : ce n’est ni bon, ni mauvais. Mais le fait est qu’il y a 70 ans, les sociaux-démocrates suédois ont lancé un grand programme d’expérimentation sociale. Leur objectif était de libérer les individus des classes, des familles, de toutes les institutions sociales. La quintessence de ce projet, ce sont les "maisons du peuple", où l’on a externalisé les services sociaux, de la crèche à la retraite. Résultat : les jeunes ont considéré cette liberté comme un acquis. Ils n’ont plus aucun respect des autorités, ils sont habitués à travailler en équipe. Leur seul point de référence dans cette société, c’est eux-mêmes. Au moins, avec un tel bagage, ils peuvent s’en sortir dans le chaos créé par Internet.

Mais il a fallu attendre Internet pour que les jeunes Suédois se révèlent...

J.R. : Dans les années 80, la créativité était déjà très importante. Mais la décennie suivante a apporté du nouveau, avec la transition vers une économie de l’information. Jusque-là, le business était très réglementé et très concentré en Suède, ce qui empêchait l’explosion des innovations dans le domaine économique. On a beaucoup expérimenté en matière de sexe, de drogue, de suicide, de divorce, mais il a fallu attendre les années 90 pour les start-ups.

Dans quelle mesure peut-on dire d’une entreprise comme Spray, porte-drapeau des netentreprises suédoises, est le fruit d’une expérimentation sociale ?

K.N. : Savez-vous qui a inventé les couches jetables ? Les Suédois, parce que les femmes ont commencé à travailler très tôt, et n’ont plus eu le temps de laver les langes. Spray, c’est pareil. Spray est née dans un environnement où il n’existait pas de manière de créer une entreprise dans laquelle on puisse s’épanouir et jouir de toutes les libertés. Son fondement, c’est de servir les autres personnes, et que chacun s’amuse. Cet esprit demeure aujourd’hui, alors que l’entreprise compte plus de 2 000 salariés.

Mais ce n’est qu’un slogan...

K.N. : C’est plus concret que cela. Avec des implications dans le business : les prestataires de services traditionnels sont arrogants et communiquent au compte-gouttes. Vous en avez marre de votre banquier, de l’assureur, des employés des télécommunications, du gaz... Au contraire, Spray est votre copain. En suédois, c’est le kompis, l’ami à qui l’on fait confiance. Il va tout traiter à votre place. À la fin du mois, si vous vivez en Suède, vous recevrez une seule facture de Spray, qui se chargera de traiter avec les prestataires.

C’est une tactique pour s’imposer comme premier portail marchand...

K.N. : Comme Spray est un vrai kompis, il ne tentera pas de vous piéger. Par exemple, il ne mettra pas en place de programme de fidélisation. Parce que votre ami ne veut pas vous obliger à dîner avec lui tous les soirs...

Y a-t-il de récentes innovations dans le management de Spray ?

K.N. : C’est une entreprise qui accepte de ne pas faire les choses. Quand il y a un marché à prendre, on demande à la ronde si quelqu’un a envie de gérer le projet, de s’impliquer à fond pendant deux ou trois ans. S’il n’y a aucun volontaire, on s’abstient de lancer le projet. On considère que cela ne peut être rentable qu’à partir du moment où les gens aiment ce qu’ils font, et ne risquent pas de péter les plombs en route. Car voilà la deuxième caractéristique du management chez Spray : il faut être entrepreneur pour appartenir au groupe. Être capable de gérer le chaos, sans recevoir d’ordres. L’entreprise fonctionne comme un réseau structuré, un espace dans le cyberespace, avec une marque, dans lequel vous pouvez monter votre projet.

Spray est-il un exemple isolé ?

K.N. : Non, les autres start-ups suédoises, Icon, Framfab, etc., possèdent toutes ces caractéristiques. Spray n’est pas une invention géniale ex nihilo. C’est un environnement comme la Silicon Valley. Et c’est un peu comme les Bains douches à une certaine époque de la nuit parisienne, l’endroit où il faut être. Tout le monde veut être embauché chez Spray. Toutes les entreprises veulent être partenaires.

L’Europe peut-elle devenir leader sur Internet ?

K.N. : L’Europe compte 350 millions d’habitants et 650 régions : c’est ici que cela doit se passer. Nous sommes déjà les premiers en matière de télécommunications sans fil. Quant aux applications Internet, nous sommes très forts. L’exemple d’Airbus montre que quand on collabore entre Européens, on gagne contre les Américains. Dans le Net, nous avons déjà vu se constituer un immense groupe paneuropéen, Spray, qui a racheté Caramail en France et d’autres entreprises ailleurs. Notre différence avec les ...tats-Unis, c’est que nos marchés sont plus imparfaits que les leurs. Internet, qui permet de lisser ces imperfections, sera donc encore plus bénéfique en Europe.

Funky Business, Kjell Nordström et Jonas Ridderstråle, Les Echos éditions, septembre 2000, 145 F

http://www.spray.se
http://www.spray.se http://www.iconmedialab.com
http://www.iconmedialab.com http://www.framfab.com
http://www.framfab.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse