18 12 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/09/2003 • 16h09

Les Anglais refusent d’être les cobayes des OGM

Pour Blair, lever le moratoire va s’avérer coton

Les Britanniques suivent avec attention depuis juin dernier le débat national "GM Nation ?" conçu pour sonder l’opinion publique anglaise sur l’épineuse question des organismes génétiquement modifiés. Après 675 réunions publiques et l’analyse de plus de 36 000 questionnaires écrits, les auteurs de l’étude gouvernementale dressent un constat accablant : 86 % des britanniques n’aiment pas l’idée de manger des OGM et 91 % estiment qu’ils ont des effets néfastes pour l’environnement ! C’est un camouflet de plus pour le Premier ministre Tony Blair sur le dossier. Il ne lui sera pas facile de donner son feu vert à la commercialisation des OGM avant la fin de l’année, comme prévu.

93 % des Anglais consultés estiment que les effets des OGM sur la santé ne sont pas assez connus, 85 % pensent que les OGM bénéficieront plus aux producteurs qu’aux citoyens, 93 % croient que cette technologie est menée par la recherche du profit plutôt que l’intérêt public. Enfin, 54 % voudraient qu’on ne cultive jamais de plantes transgéniques au Royaume-Uni. Les conclusions de la consultation officielle lancée par le gouvernement en juin 2003 sont sans appel.

Ce sondage public sans précédent a été financé par le gouvernement anglais mais mené par une équipe pluridisciplinaire indépendante présidée par un professeur de l’université de Cambridge. Les résultats, rendus publics le 24 septembre, ont fait l’objet d’une importante couverture médiatique en Angleterre.

2 900 000 connexions, 20 000 personnes consultées

Le fer de lance de la consultation "GM Nation ?" est un site qui a reçu 2,9 millions de connexions en six semaines. 70 000 questionnaires y ont été téléchargés, 36 000 remplis et renvoyés, ainsi que plus de 1200 courriels et courriers.

20 000 personnes ont été consultées au cours des 675 réunions publiques. Si le principe de la consultation n’est pas aussi incontestable qu’un referendum, la presse et les commentateurs s’accordent à dire que le rapport est bien représentatif de l’opinion publique anglaise.

Pour étudier les vues de la "majorité silencieuse", les sondeurs ont réuni des volontaires en petits groupes, après s’être assurés qu’ils n’étaient pas fondamentalement contre les OGM. Las ! Les interrogés se sont révélés de plus en plus hostiles à cette technologie à mesure qu’ils prenaient connaissance du dossier, expliquent les auteurs de l’étude.

Toutes les associations de lutte contre les OGM se sont bien sûr félicitées des résultats obtenus et de l’embarras dans lequel ils mettent le gouvernement anglais. Sensible aux pressions américaines, Tony Blair cherche à faire lever, avant la fin de l’année, le moratoire sur l’importation et la culture des OGM décidé par l’Union européenne en 1999. En juillet dernier, les eurodéputés ont levé le dernier obstacle à une prochaine autorisation des OGM sur le territoire des 15, en adoptant une législation réglementant leur étiquetage.

Blair, de plus en plus isolé

Mae-Wan Ho, directrice de l’ONG anglaise Institute of Science in Society (I-sis), décrit la nouvelle donne : "Le gouvernement espérait que l’opinion publique changerait d’avis... Mais il va maintenant avoir du mal à passer outre l’avis de la population. Elle ajoute : "Blair et sa ministre de l’environnement sont plus isolés sur la question. Les parlementaires qui sont contre les OGM oseront plus facilement prendre position."

"GM Nation ?" arrive après la publication, en juillet, de l’étude économique coûts-bénéfices menée par une cellule ministérielle puis des conclusions des experts de la GM Science Review.

La Strategy Unit, une cellule d’études prospectives rattachée directement à Tony Blair, a conclu que l’économie britannique risquait de pâtir de la commercialisation des cultures OGM et jugeait ce nouveau marché inadapté aux besoins des consommateurs.

Les experts de la GM Science Review ont de leur côté expliqué qu’il n’y avait "aucun argument scientifique pour interdire toutes les récoltes et produits OGM", sans pour autant leur donner un feu vert. Les conclusions de ce groupe d’experts mandatés par le gouvernement sont contestées, notamment par un contre-panel "indépendant" de scientifiques et chercheurs renommés, monté par I-sis. Ils ont rendu public cette semaine leur propre rapport réfutant les arguments du panel gouvernemental sur l’innocuité des OGM.

Des études d’impact jamais menées

"Nous avons rappelé les risques potentiels que posent les OGM, ainsi que les nombreuses questions qui restent sans réponse explique Mae-Wan Ho, qui participe au panel. Nous avons listé une série de cinq expériences scientifiques qu’il faudrait impérativement mener pour pouvoir affirmer que la culture des OGM est sans danger. Nous avons mis au défi le gouvernement de les mener, sans obtenir de réponse..."

Le panel indépendant souligne par exemple qu’aucune étude sérieuse n’a été réalisée pour évaluer l’impact de la nourriture OGM sur des humains. Il pointe aussi le risque de transfert "horizontal" de gènes de plantes vers d’autres espèces, créant des OGM non maîtrisés. Ou encore les dégâts environnementaux que causent les OGM à durée de vie limitée, tels que "Terminator", qui utilisent des "gènes-suicide" qui stérilisent les plantes mâles tout en étant transmissibles d’une espèce vivante à une autre.

Il ne reste officiellement qu’un seul jalon avant que le gouvernement ne décide s’il autorise ou non la commercialisation des OGM. Le 16 octobre, un dernier rapport gouvernemental sera publié, rendant compte de tests en plein champs menés pendant quatre ans pour évaluer les effets des puissants pesticides auxquels les OGM résistent.

Un vent de révolte civil pourrait se lever

"D’après les fuites qui nous sont parvenues, ces résultats ne seront pas bons non plus, bien que les critères d’évaluation soient indulgents, pronostique Mae Wan Ho, du panel de scientifiques d’I-Sis. L’opinion publique est très remontée sur cette affaire et on peut craindre un vent de révolte civile si Blair décide de commercialiser les OGM comme si de rien n’était."

Parmi les hommes politiques britanniques, Tony Blair est le plus ferme avocat des OGM. Proche des Etats-Unis (une conversation avec le président Clinton serait à l’origine de sa conversion au transgénique), son rôle en Europe est stratégique à l’heure où les gouvernements des Quinze envisagent une levée du moratoire, déjà planifiée par Bruxelles.

Face à la fronde anti-OGM dans son propre pays, Tony Blair pourra se défausser sur la Commission européenne en cas de levée - très probable - du moratoire. Au risque de perdre un peu plus le soutien de l’opinion publique britannique, qui a désormais choisi son camp.

Si jamais Tony devait céder à l’opinion et se dissocier unilatéralement de la levée européenne du moratoire, il pourrait plaider le principe de protection de la santé publique de ses concitoyens. Mais on en est pas encore tout à fait là...

Le site du débat national "GM Nation?":
http://www.gmpublicdebate.org

Le rapport de la consultation "GM Nation?", en .pdf 266 Ko:
http://www.gmpublicdebate.org/docs/...

Un rapport gouvernemental anglais doute de l’intérêt économique des OGM (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9122

Le Parlement européen supprime le dernier obstacle à la levée du moratoire sur les OGM (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9064

GM Science Review, panel scientifique "officiel":
http://www.gmsciencedebate.org.uk

Independent Science Panel, "non-officiel":
http://www.indsp.org

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse