14 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/02/2000 • 13h24

Le ministère de la Culture adopte Linux

Le ministère de la Culture a choisi Linux pour remplacer le système d’exploitation de son serveur informatique, qui gère le réseau interne et son site Internet. C’est le premier service public à opter pour un logiciel libre. À l’origine de la décision : Alain Giffard, conseiller technique de Catherine Trautmann pour les nouvelles technologies. Selon lui, cette mesure est un signal pour l’administration, mais ne présage en aucun cas d’une loi sur le passage des services publics au logiciel libre.

"Nous espérons qu’en mettant en place ce système nous influencerons les autres ministères"

)transfert  : Pourquoi avez-vous décidé de remplacer le système d’exploitation du serveur du ministère par Linux ?

- Le ministère de la Culture et de la Communication a été le premier ministère à disposer d’un site Web et nous avons toujours tenu à développer ce service en interne, à en maîtriser la technique. Par ailleurs, Internet est un outil de plus en plus utilisé par nos agents. Tous utilisent l’e-mail et ont une expérience du Réseau plus forte qu’ailleurs. Les gens qui travaillent le soir ou le week-end, par exemple, peuvent récupérer sur le site les documents dont ils ont besoin. Le serveur interne et le site Web sont donc interconnectés. Par conséquent, il est indispensable que nous contrôlions notre système informatique. Linux nous évite d’être dépendants d’un logiciel dont nous ne connaîtrions pas le code source.

Les ordinateurs de bureau vont-il également fonctionner avec Linux ?

- Nous allons étudier la question en faisant des tests avec nos agents, mais la décision n’est pas encore prise. Nous avons 6 500 personnes au ministère : changer de système ne peut pas se faire en six mois. Pour l’instant, nous terminons les opérations nécessaires pour installer le serveur.

Est-ce une façon d’encourager le développement du logiciel libre ?

- Nous espérons qu’en mettant en place ce système nous influencerons les autres ministères. Ils auront ainsi les moyens d’examiner rationnellement, eux aussi, la solution. Au-delà de ça, si les partisans du logiciel libre se sentent renforcés dans leur lutte, cela ne nous dérange pas.

S’agit-il également d’un coup de pouce à la proposition de loi visant à imposer l’usage des logiciels libres dans l’administration  ?

- Je précise que cette proposition est d’origine sénatoriale. Pour ma part je ne crois pas qu’il faille retomber dans le dirigisme technologique que l’on a connu par le passé. Vous savez, il y a eu un véritable tournant pris à Hourtin : le gouvernement a voulu proposer un passage à l’Internet en rupture avec le dirigisme et en arrêtant la création de services minitel. Maintenant il faut savoir ce que l’on veut. Si on commence à dire que tous les services publics doivent utiliser des logiciels libres, je trouve cela paradoxal. En plus, ce type de mesure me semblerait très compliqué à mettre en place. Vous savez, le fonctionnaire de base est conservateur. Je ne vois pas comment une fac de province pourrait se débrouiller pour changer de système. À Paris, il est plus facile de trouver un groupe de personnes sur qui tester ce type de solution.

Je m’interroge donc sur le fait de décréter la généralisation. Je suis plutôt pour la mise en réseau des ressources : les autres directions administratives nous contacteront pour nous demander des conseils et le système se diffusera de cette manière-là.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse