02 06 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/09/2001 • 16h11

La pub veut nous pénétrer

archmag17
Une entreprise française a modélisé les mécanismes de la mémoire. Vendue aux publicitaires, la méthode « Impact Mémoire » (IM) veut aider les marques à s’insinuer en nous. À notre insu ?

Pétrir la mémoire pour y incorporer de petits morceaux de marques publicitaires. Le rêve de nombreux annonceurs est aujourd’hui réalité. Impact Mémoire, une jeune entreprise française, a conçu un outil permettant d’évaluer les facultés de mémorisation d’une publicité par le cerveau. Exit les panels de consommateurs. Oubliés, les sondages à grande échelle sur des clients potentiels piochés dans l’annuaire. La force de l’indice IM - comme « Impact Mémoire » - c’est d’intervenir dès l’ébauche d’une campagne, lorsque les « créatifs » accouchent de la toute première maquette, et non plus a posteriori. Les concepteurs d’IM en protègent jalousement la recette, un assemblage savant de trente critères. « C’est une grille d’analyse qui permet, pour un message publicitaire donné, de définir le potentiel d’inscription dans la mémoire et de rémanence dans le temps », précise Bruno Poyet, 42 ans, le patron de la bande de trois personnes à l’origine du projet.

Quête du Graal...

Lui, gravite dans l’univers de la pub depuis plus de dix ans, à la tête du cabinet de conseil et d’achat d’espaces Climats Médias. « Depuis des années, raconte-t-il, les publicitaires nous demandaient comment améliorer l’efficacité de leurs campagnes. » Marié à une neurologue, Bruno Poyet entreprend de se former aux sciences cognitives et rencontre des spécialistes de la mémorisation et du stockage de l’information. Parmi eux, Bernard Croisile, 43 ans, chef du laboratoire de neuropsychologie de Lyon. Et Olivier Koenig, 45 ans, professeur en science et psychologie cognitives, également à Lyon. En 1999, l’équipe se fixe pour objectif d’évaluer scientifiquement un message publicitaire. « Nous avons d’abord recensé les ‘‘accélérateurs mémoriels’’ mis en évidence dans les travaux des spécialistes », souligne Bruno Poyet. Puis, ils accouchent d’un outil - « IM » - qui permet d’évaluer le potentiel de mémorisation de la publicité. Et qui, surtout, ouvre la voie à son optimisation. Pour « qu’un souvenir existe durablement, consciemment ou inconsciemment, il faut que les éléments explicites qui le composent s’accrochent fortement et le plus profondément possible (...), que ce souvenir soit composé de nombreux éléments pour multiplier les attaches, et enfin que son activation soit régulière dans le temps, parce que les liens, comme les chemins, ont besoin d’être entretenus », exposent les trois associés d’Impact Mémoire.

... ou propagande ?

« Pour une publicité, illustre Bruno Poyet, jouer sur l’émotion est un facteur de mémorisation. Cela génère des liaisons neuronales plus dynamiques. Il faut également travailler sur la surprise, le raisonnement ou les messages mnémotechniques. » Bref, donner dans le « Vas-y Wasa » ou le « Du bon, Dubonnet ». Les créatifs n’ont pas attendu la venue d’IM pour le comprendre... « Mais, précise Bruno Poyet, notre grille permet de systématiser ces intuitions, de classer les choses, de les quantifier. IM est une méthode de laboratoire, une expertise. » Pour preuve, les trois associés seraient parvenus à passer au crible, a priori et avec succès, une cinquantaine de campagnes (parmi lesquelles Volvic, Kookaï ou encore la Mairie de Paris) évaluées a posteriori par Ipsos. Cette efficacité se paie, de 20 à 50 000 francs pour l’analyse d’une esquisse de campagne. Mieux, « ce type d’études n’existe dans aucun pays, triomphe Bruno Poyet. Nous déposons donc des brevets et travaillons avec Ipsos pour des développements internationaux rapides ». Les publicitaires de la planète entière pourraient bien, si son efficacité se confirme, voir en IM l’ultime étape de la quête du Graal : la pénétration de la mémoire consciente et inconsciente des masses. Dont on n’a d’ailleurs pas vraiment demandé l’avis. Du reste, peut-on se prémunir contre cet entrisme publicitaire ? « Avec les sciences cognitives, la pub peut faire entrer des choses dans la tête des gens, observe Bruno Poyet. Mais la mémoire consciente garde la maîtrise et, si IM fait durer le souvenir, nous n’avons pas encore trouvé le moyen de forcer la mémoire des gens. » Ensuite, assurent ses concepteurs, la capacité d’IM, c’est aussi de détecter les risques de propagande. On pense, entre autres, aux enfants dont le cerveau est très malléable. « Dès septembre, nous allons définir une charte éthique pour écarter de tels risques », promet Bruno Poyet. Enfin, « ce n’est pas parce que l’outil existe que tous les annonceurs pourront l’utiliser. Des lessiviers comme Procter sont incapables de prendre le moindre ‘‘risque créatif’’, car celui-ci peut entraîner l’échec commercial de leurs produits. Or, ce qui fonctionne, c’est d’abord la créativité. Ce n’est qu’une fois cette étape passée qu’IM permet d’opérer des réglages. Le nouvel outil n’est donc pas adapté à tous les annonceurs. » Cela n’empêche pourtant pas les gros poissons de s’y intéresser. « Nos premiers clients viennent des secteurs de la lingerie, de l’alimentation spécialisée, de la parapharmacie. Et on commence à travailler sur de gros annonceurs dans le domaine alimentaire ou ménager », énumère Bruno Poyet. Le cerveau de la ménagère de moins de 50 ans est en première ligne.

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse