27 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/07/2000 • 18h51

La fin de l’ère Villalonga chez Telefónica

Après plusieurs semaines de rumeurs persistantes, le patron de Telefónica, Juan Villalonga, a quitté ses fonctions. Retour sur le parcours de l’ex-président du géant espagnol des télécommunications.

"Afin d’agir au mieux pour la société et ses actionnaires, le conseil d’administration de Telefónica et Juan Villalonga estiment que le moment est venu de changer de président." Le texte du communiqué de presse diffusé mercredi 26 juillet par Telefónica est laconique. Après quatre années passées à la tête de la plus grande entreprise espagnole, Juan Villalonga sort par la petite porte. Il est remplacé par César Alierta, président de Altadis, société née de la fusion de la Seita et de Tabacalera.

L’échec, il y a quelques semaines, de la fusion de l’opérateur espagnol avec son homologue hollandais KPN et une enquête ouverte par l’autorité boursière espagnole pour délit d’initié ont sonné le glas de celui qui fût le premier président d’une entreprise publique nommé par le nouveau gouvernement de centre-droit de José María Aznar en 1996, son ami d’enfance. ...lèves du collège El Pilar à Madrid au milieu des années 50, les deux amis ne se sont jamais quittés malgré des carrières professionnelles différentes. En politique pour l’un, dans la banque pour l’autre - Juan Villalonga a dirigé le groupe Bankers Trust. Sa nomination en tant que neuvième président de Telefónica est apparue comme une véritable faveur. Inconnu du grand public à l’époque, Villalonga n’était pas considéré comme un spécialiste des télécommunications. En quatre ans, il a tout de même achevé la privatisation de l’opérateur (l’...tat possédait encore 21% du capital à son arrivée), assuré le développement international de l’entreprise, fait entrer Telefónica dans la nouvelle économie (avec la filiale Internet Terra notamment) et l’a transformé en un groupe multimédia à part entière, avec des participations dans de nombreuses radios, télévisions ou journaux. Il a également mis en place le système des stock-options, a placé des hommes de confiance aux postes clés et a réduit le nombre d’employés d’un tiers environ. Son ambition personnelle semblait en parfaite harmonie avec celle du gouvernement, jusqu’à il y a quelques mois, où il est devenu persona non grata chez les instances dirigeantes du pays. Un retournement radical.

En route pour le Real Madrid ?

La fusion ratée avec KPN et une enquête pour délit d’initié en ont fait la bête noire de son "ami de 30 ans" José María Aznar. En mars dernier, suite à la victoire du Partido Popular (PP) aux élections législatives, Aznar crée un ministère des Sciences et Technologies. Un poste sur mesure pour Villalonga, mais c’est Anna Birulés, patronne du principal concurrent de Telefonica, qui devient ministre. C’est le début de la fin pour Villalonga. L’homme accumule les "casseroles" qui font les choux gras de la presse espagnole. Il aime le luxe, ne se prive pas de voyages en jet privé pour dîner au Quartier latin ou à Rome avec ses amis. Il déménage à Miami, où il s’installe avec sa nouvelle compagne, quelques semaines à peine après avoir divorcé. Adriana Abascal, veuve du patron du puissant groupe mexicain Televisa, Emilio Azcárraga (El Tigre), vient de lui donner une fille. Elle vient aussi de toucher l’héritage de son défunt mari : près de 170 millions de francs. Si on ajoute les 200 millions de francs d’indemnités de Juan Villalonga, le couple ne devrait pas avoir trop de problèmes pour survivre. Et l’ex-wonderboy a sûrement une idée de reconversion. Son autre ami d’enfance, Florentino Pérez, vient d’être nommé président du club de foot du Real Madrid, dont il est un fervent supporter. Villalonga qui, enfant, rêvait de porter le maillot blanc du club de la capitale, pourrait bien enfiler dans peu de temps la tenue de dirigeant de ce club de foot. Un retour aux sources en quelque sorte...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse