22 06 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


21/02/2001 • 18h55

La Grande-Bretagne voit des ”terroristes” partout

Voté dans la foulée du RIP Act, le Terrorism Act anglais vient tout juste de prendre effet. Il effraie les défenseurs des droits de l’homme et des (cyber-) militants. S’il était anglais, José Bové serait jugé pour "terrorisme"...

À compter du 19 février 2001, le sens du mot "terrorisme" s’est considérablement élargi en Angleterre. Au regard du Terrorism Act, l’utilisation de la "menace" (threat) en vue d’influencer l’opinion ou le gouvernement pour des raisons "politiques, idéologiques ou religieuses", les "dommages sérieux à la propriété" ainsi que les actions en vue de "perturber gravement un système électronique" peuvent aujourd’hui être qualifiés de "terroristes". Pour Jack Straw, le secrétaire du Home Office, l’équivalent britannique de notre ministre de l’Intérieur, il s’agit d’un renforcement des libertés individuelles visant à combattre, par exemple, ceux qui pourraient faire tomber l’alimentation électrique d’un hôpital. Un avis que ne partagent pas les défenseurs des libertés qui voient là un pas supplémentaire dans l’édification d’une société de la surveillance. Interrogé par le très sérieux Financial Times, un représentant de l’opposition estime ainsi qu’un leader syndical appelant à la grève dans un hôpital pourrait ainsi tomber sous le coup de cette loi.

Délits de sales opinions

Conçu comme la mise à jour d’une loi votée en 1973 et destinée, à l’époque, à lutter plus efficacement contre l’IRA, le Terrorism Act pourrait, selon ses opposants, être en effet appliqué à n’importe qui. Arborer un T-shirt de soutien à un mouvement considéré comme "terroriste" par un régime entretenant de bonnes relations avec le gouvernement anglais ou s’exprimer lors du meeting d’une organisation considérée comme "terroriste" peut valoir jusqu’à dix ans de prison. Les opposants au Terrorism Act ont ainsi apposés la mention "terroriste" sur une statue de Nelson Mandela : c’est en effet tout ce qu’il mérite, selon la loi. Sont également visés les activistes anti-mondialisations ou anti-OGM, dont les leaders pourraient risquer la prison... à vie. Si José Bové avait été jugé en Angleterre pour son démontage du Mac Do de Millau et les destructions de plantations d’OGM, il aurait ainsi risqué perpèt’. La Confédération paysanne aurait pu être purement et simplement interdite, ses militants et sympathisants devenant dans la foulée des terroristes potentiels, fichés comme tels. Leur site web, prônant de telles méthodes, aurait lui aussi été interdit, ainsi que toute présentation sous un jour favorable de leurs revendications, qu’il s’agisse de tracts, affiches, T-Shirts, etc. Les journalistes ne sont pas plus épargnés : ils risquent en effet cinq ans de prison s’ils refusent de révéler leurs sources dans le cas où ils ont été en contact avec des "terroristes". Tout comme ceux qui leur viendraient en aide, que ce soit d’un point de vue logistique ou financier, et ne serait-ce qu’en maintenant un site web.

Bové et Mandela : terroristes !

En se basant sur ce texte, la police est habilitée à fouiller les locaux de ceux qu’elle soupçonne d’être des "terroristes" et de les arrêter... sans mandat. Une nouvelle mesure d’exception qui rappelle le RIP Act, qui fait entrer le Royaume-Uni dans l’ère de la cybersurveillance. Dans le cadre de cet arsenal juridique, des hacktivistes qui, préparant une manifestation en ligne, utiliseraient la cryptographie pour communiquer de façon confidentielle avec leurs pairs, risquerait des années de prison, alors que s’ils s’étaient contentés de préparer une manifestation "réelle" en se retrouvant au café du coin, ils ne risqueraient rien... À moins d’appartenir à une organisation justement qualifiée de "terroriste". Tout comme le RIP Act, le Terrorism Act irait, selon plusieurs ONG citées par IndyMedia, à l’encontre de la Convention européenne des droits de l’homme, de la présomption d’innocence et de la liberté d’expression. Abid Hussain, rapporteur spécial de la commission des droits de l’homme à l’ONU, s’était ainsi inquiété du sort réservé aux journalistes ainsi qu’à la liberté d’expression en général dans le rapport qu’il consacrait l’an passé à la "Liberté d’opinion et d’expression au Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord". En vain, semble-t-il. Le Terrorism Act fait aujourd’hui force de loi.

Indymedia:
http://uk.indymedia.org/ Hackers face terrorism law:
http://news.ft.com/ft/gx.cgi/ftc?pa... Terrorism Act 2000:
http://www.legislation.hmso.gov.uk/... Oppose the Terrorism Act:
http://go.to/ta2000
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse