25 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/09/2003 • 15h51

L’organisation mondiale de la santé se pose en coordinateur dans la guerre aux épidémies

Au lendemain du Sras, son directeur appelle à la vigilance, quitte à en faire beaucoup

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme redouter l’apparition de nouvelles épidémies au XXIe siècle et appelle la communauté internationale à rester vigilante. Satisfaite de son action contre le Sras (Syndrôme respiratoire aigu et sévère), l’organisation profite néanmoins d’un nouveau cas à Singapour pour rappeler la nécessité d’avoir un chef de file pour lutter contre les pandémies mondiales. Et s’estime la mieux placée pour tenir ce rôle de coordinateur.

"Le Sras est la première nouvelle maladie du XXIe siècle, mais ne sera pas la dernière. Je m’attends à ce qu’il y ait de nombreux autres problèmes comparables au Sras dans les années à venir", expliquait, jeudi 11 septembre, Lee Jong Wook, le directeur général de l’OMS, lors d’une conférence régionale de l’organisation à New Delhi.

Entré en fonction en juillet dernier, Lee Jong Wook s’exprimait quelques jours seulement après la découverte d’un nouveau cas de Sras à Singapour. Mais ses propos n’en restent pas moins étonnamment alarmistes. L’apparition possible de nouvelles pandémies divise en effet les scientifiques.

Le Sras, nouveau modèle ?

Pour Arnaud Fontanet, directeur de l’unité de recherche et d’expertise en épidémiologie des maladies émergentes à l’Institut Pasteur, le risque est tout à fait probable : "Depuis peu, avec la densité croissante de la population notamment en zone urbaine, les déplacements de population, et les modifications écologiques favorisant les contacts homme-animal comme la déforestation, le phénomène des épidémies s’est accentué. En témoignent les épidémies récentes du VIH, de l’Ebola, et maintenant du Sras."

Mais Dounia Bitar, médecin au département des maladies infectieuses à l’Institut national de veille sanitaire (INVS), aurait plutôt tendance à modérer cette menace. "Bien sûr qu’il y aura de nouvelles épidémies, mais pas plus qu’avant, explique ce spécialiste. Il n’y a pas un avant-Sras et un après-Sras. La particularité de cette maladie est la vitesse avec laquelle elle a pris un caractère mondial."

Surfer la "vague Sras" ?

Sur cet aspect, l’OMS peut s’enorgueillir d’avoir su trouver les réponses adéquates en un délai très court. Le système de surveillance des épidémies qu’elle a mis en place, le Global Outbreak Alert & Response Network, a très bien fonctionné. Pour autant, l’OMS ne serait-elle pas en train de surfer sur la "vague Sras" pour renforcer sa position ?

"Dans le monde d’aujourd’hui, nous avons besoin d’un chef de file dans notre lutte pour la sécurité et la justice. Sécurité par rapport aux infections et justice pour les populations les plus touchées par les maladies de la pauvreté", expliquait ainsi Lee Jong Wook, dans son discours d’investiture.

Pour superviser la veille sur les épidémies et coordonner les réactions, l’OMS, qui regroupe 192 pays membres, apparait effectivement la mieux placée. "Dans le cas du Sras, les enquêtes épidémiologiques et le réseau de laboratoires coordonnés par l’OMS ont permis de retracer l’histoire des malades, depuis leur rencontre avec un patient dans un hôtel de Hong-Kong, et d’isoler le virus en moins de deux mois, estime Arnaud Fontanet, de l’Institut Pasteur. Il s’agit là d’un exploit."

Une réussite rendue possible selon lui par l’existence des plans de lutte contre le bioterrorisme dans de nombreux pays (Biotox en France) , qui ont pu tester leur fonctionnement à l’occasion du Sras.

Renforcer l’OMS

Dounia Bitar partage ce sentiment et précise que "l’OMS n’est qu’un regroupement de pays mais n’a pas de pouvoir sur eux".

Cette faiblesse est apparue nettement dans la gestion du Sras par la Chine. L’incapacité du pouvoir de Pékin d’énoncer clairement la gravité de la situation a dû être compensée par l’intervention de l’OMS.

"Le retard de la Chine à réaliser l’ampleur de la crise du Sras tient à la faiblesse de son système de surveillance des épidémies, juge Arnaud Fontanet. Les collaborations internationales qui se mettent en place dans ce domaine depuis la fin de l’épidémie devraient permettre d’y remédier. L’OMS et les instances gouvernementales incriminées dans la lutte contre le Sras ont eu raison de taper fort, permettant d’enrayer la transmission du virus en population humaine. Il reste maintenant à découvrir le réservoir animal du virus."

Le site de l’INVS:
http://www.invs.sante.fr/

Le site de l’Institut Pasteur:
http://www.pasteur.fr

Le site de l’OMS:
http://www.who.int/fr/

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse