30 05 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/03/2002 • 14h57

L’animal cloné a un avenir

Deux sociétés ont cloné des porcs débarrassés d’un gène. Celui-ci est responsable du rejet des greffes animales lors des transplantations sur l’homme. Cette découverte remet le clonage des animaux sur le devant de la scène. Explications de Xavier Vignon, chargé de recherche à l’unité de biologie de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique).

L’annonce de la naissance des porcs clonés des sociétés PPL Therapeutics et Immerge Bio signifie-t-elle que les chercheurs ont résolu tous les problèmes d’implantation d’organes d’animaux chez l’homme ?

Pas vraiment. Les problèmes liés à ces types de greffes sont extrêmement complexes. D’une part, on est pas certain que la suppression de ce gène soit suffisante pour éviter tout risque de rejet. D’autre part, on a pas suffisamment d’éléments pour étudier les possibilités de transmission de virus de l’animal à l’homme.

La création de banques d’organes n’est pas le seul objectif du clonage des animaux. Quelles sont les autres applications ?

Il en existe beaucoup d’autres. On peut citer le clonage d’animaux domestiques, capables de synthétiser des protéines aux vertus thérapeutiques dans leur lait. Le clonage d’animaux peut aussi être envisagé pour assurer le renouvellement de races d’animaux qui n’existent pratiquement plus.

On vient d’apprendre que la brebis Dolly, premier animal issu du clonage, souffrait d’arthrite.Une maladie qui atteint les ovins de dix ans alors qu’elle en a six. Doit-on en déduire que les animaux clonés vieillissent prématurément ?

C’est un peu agaçant : lorsqu’on parle de Dolly, on parle d’un seul animal cloné ! Alors que ce qui est vrai pour Dolly ne l’est pas forcement pour les autres. D’ailleurs, il y a des contre-exemples. Des scientifiques américains ont étudié la terminaison de certains chromosomes, les télomères, qui sont des marqueurs du vieillissement, chez des bovins clonés : ils n’ont pas constaté de différence entre la longueur des télomères chez ces animaux et chez des bovins conçus de manière “ naturelle ”. De leur coté, des scientifiques japonais ont étudié six générations de souris clonés. Ils ont constaté, au fur et à mesure des générations, une stabilisation de la longueur des télomères. On peut donc penser qu’on arrête de faire vieillir les animaux après quelques générations. Même si le raccourcissement des télomères n’est pas une preuve absolue du vieillissement. Il s’agit en effet de phénomènes concomitants, tout comme les rides par exemple, qui accompagnent le vieillissement mais n’en sont pas une preuve formelle. D’autre part, on a déjà vu des souris clonées vivre deux ans et demi. C’est très vieux pour une souris. En ce qui concerne l’état de santé de Dolly, il faudra donc encore attendre pour en tirer des conclusions générales sur l’état physique des animaux clonés.

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse