16 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/08/2000 • 17h23

L’Estonie bientôt gouvernée sans papier

Dans les cabinets ministériels estoniens, on se réunit désormais autour d’ordinateurs. C’est un nouveau pas franchi vers le développement d’un "e-gouvernement" chez les Baltes.


DR
Le gouvernement estonien a pris possession cette semaine de ses nouveaux locaux high-tech, à Tallinn. Les dirigeants de ce petit pays balte (1,5 million d’habitants) en ont profité pour marquer un grand coup : ils ont organisé la première séance de travail "zéro papier". Au lieu d’une pile de documents sur un maroquin, les participants à cette réunion interministérielle avaient sous le nez un ordinateur de bureau, avec un écran ultra-plat LCD, et un couple clavier souris sans fil. Il y a bien eu quelques cancres pour griffonner des notes sur un carnet, concède Linnar Viik, conseiller informatique du Premier ministre. Mais globalement, les dossiers préparés sur ordinateur ont été distribués par mail, et les conclusions de la rencontre sont reparties par la même route vers la chancellerie. "Les documents ayant fait l’objet d’un accord sous forme électronique seront également stockés sur support informatique, explique Linnar Viik. Légalement, nous sommes encore tenus de communiquer une impression papier au Premier ministre. Mais nous avons voté au printemps la loi sur la signature numérique. Dès l’année prochaine, nous pourrons l’appliquer en stockant les originaux au format électronique." Avec ce système, l’administration espère économiser trois millions de couronnes estoniennes (1,3 million de francs) par an en paperasse. Une bonne opération : le système d’information a coûté moins de 2,5 millions de couronnes (1 million de francs) et les développements logiciels ont été majoritairement réalisés par de petites sociétés locales.

28 % d’internautes

Le même dynamisme guide la politique gouvernementale en matière d’Internet. L’Estonie consacre au Web 1 % de son budget, soit 200 millions de couronnes (82 millions de francs). Les pouvoirs publics ont ainsi lancé en 1995 une initiative pour l’informatisation des écoles et toutes, du primaire à l’université, sont depuis cette année connectées à Internet. "Les résultats sont là, se réjouit Linnar Viik. Les Estoniens savent utiliser les nouvelles technologies." Sorti il y a seulement huit ans de l’emprise soviétique, le pays affiche en effet le chiffre étonnant de 28 % d’internautes. Il faut dire que l’Estonie a aussi bénéficié de la proximité des voisins suédois et finlandais, dont les entreprises ont investi en masse dans le territoire au moment des privatisations. Linnar Viik l’affirme :"Notre infrastructure de télécommunications fixe et mobile est encore plus moderne que chez eux. Ces sociétés ont testé leurs technologies ici au début des années 1990, alors que tout était à créer. L’Estonie est si petite, avec ses 42 000 km2, que c’est un laboratoire idéal. En dix ans, on peut refaire tout le réseau."

Vers le e-gouvernement

Cette année, pour la première fois, on peut déclarer ses revenus sur le Web du ministère des finances. Le résultat a dépassé toutes les prévisions du gouvernement :"On a eu 50 000 déclarations en ligne ! Les gens sont séduits, parce qu’il est extrêmement facile de remplir les formulaires électroniques, par rapport au papier. Et puis ils utilisent déjà Internet pour les services bancaires, entre autres." La déclaration en ligne et les séances ministérielles informatisées ne sont que quelques facettes d’un projet plus vaste visant à créer un "e-gouvernement" en Estonie d’ici 2003. "Nous voulons faire évoluer le système de prise de décision afin de le rendre plus efficace et plus transparent pour tout le pays, insiste Linnar Viik. La position budgétaire du pays est déjà consultable sur le site du gouvernement. Elle est réactualisée chaque jour. "


DR

Le site du Ministère des finances estonien:
http://www.fin.ee
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse