11 12 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/06/2003 • 17h18

"L’ANPE est le plus gros employeur actuel du jeu vidéo" [Nicolas Perret]

Mais pour le président de l’association Jiraf, se serrer la ceinture est un gage de créativité

Jadis présenté comme l’un des fleurons du dynamisme technologique hexagonal, avec ses stars et ses success stories, le jeu vidéo français n’en finit pas de sombrer dans le marasme. A tel point que le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, s’est personnellement impliqué en présentant, le 19 avril dernier au Futuroscope de Poitiers, un plan en dix points pour aider le secteur à sortir de la crise.

Les professionnels du jeu vidéo ont eux aussi décidé de réagir. A côté de l’Association des producteurs d’oeuvres multimédias (Apom), qui regroupe les studios de développement, s’est montée en avril 2003 l’association Jiraf (le Jeu vidéo et son industrie rassemblent leurs acteurs français). Si l’association n’est ouverte qu’aux professionnels (elle compterait à ce jour 166 adhérents), le site jiraf.org se veut un espace de débat et de dialogue avec le grand public. Surtout, Jiraf a entrepris cette semaine une opération de recensement des nombreux projets de création de jeux ou de sociétés liées à ce secteur. Car paradoxalement, la crise actuelle pourrait favoriser un regain de créativité chez les créateurs français. Explications de Nicolas Perret, 33 ans, programmeur chez Delphine Software et président de Jiraf.

Quelle est la situation sociale actuelle dans le jeu vidéo ?
Nicolas Perret : Aujourd’hui, l’ANPE est le plus gros employeur du secteur. Avec tous les dépôts de bilan qu’a connus le jeu vidéo, beaucoup de professionnels ont du mal à retrouver un emploi. Les boîtes préfèrent embaucher des gens sans grande expérience car ils coûtent moins cher. On assiste en moyenne à une baisse de 30 % du salaire d’embauche. Ceux qui ont de l’expérience font face à plusieurs choix : soit changer de secteur d’activité, soit s’expatrier aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou, plus rarement, au Japon. La dernière alternative, c’est d’essayer de se rassembler à plusieurs pour monter un projet, tout en pointant au chômage. Je pense que c’est l’une des solutions pour sauver le jeu vidéo en France.

En quoi cela le sauverait-il ?
Si ces projets aboutissent, les jeux qui sortiront seront sans doute plus pointus, plus novateurs. Quand on travaille dans son coin, la créativité connaît moins de contraintes. Il reste, bien sûr, le problème du matériel et la gestion de la masse de données nécessaire au jeu, qui ne peut pas être aussi importante que lorsqu’on bosse dans un studio de développement. Mais si, malgré tout, on parvient par ce biais à sortir un bon jeu, à forte jouabilité, c’est toute l’industrie française qui en profitera. Cela rétablira peut-être la confiance des éditeurs étrangers vis-à-vis des développeurs français. Ils reprochent souvent au jeu vidéo français sa faible jouabilité, ainsi que des problèmes de finition et de retard dans la livraison. Sans doute parce que nous n’avons pas su évoluer aussi vite qu’eux dans l’organisation du travail...

Jiraf.org vient de lancer une opération de référencement de ces projets en cours. Quel est son objectif ?
Nous cherchons à obtenir une photographie de la situation, alors qu’aujourd’hui tout est éparpillé dans la nature. En deux jours, nous avons déjà recensé 11 projets, mais il y en a beaucoup d’autres. Nous voulons déterminer la nature de ces projets - s’agit-il de jeux, de services ou d’outils ? -, la démarche de leurs créateurs - veulent-ils s’arrêter au stade de la préproduction ou développer un jeu complet, avant d’essayer de le vendre ? - ou encore leur besoin en financement. Je crois que ces données intéresseront tout le monde, à commencer par les éditeurs qui verront qu’il se passe quelque chose en France. Les porteurs de projets pourront aussi trouver de l’aide sur les forums par des échanges entre professionnels. A notre niveau, nous réfléchissons, en fonction des résultats que nous obtiendrons, à mettre en place un système d’aide personnalisée. Nous disposons de juristes au sein de l’association dont les conseils peuvent servir pour créer un dossier ou faire un montage financier.

Votre site est largement tourné vers le grand public. Pourquoi cette attention particulière ?
Le jeu vidéo souffre en France d’un problème de reconnaissance. Les professionnels du secteur sont encore vus comme des adolescents attardés qui passent leurs journées à jouer... Et puis il y toujours ce mythe de la violence. Ces idées reçues ont un impact très important sur les mentalités. A travers nos forums, nous voulons montrer au grand public ce qu’est vraiment le jeu vidéo, faire découvrir ses métiers, expliquer en quoi l’argent est nécessaire à la création. Contrairement au cinéma, peu de gens savent comment se crée un jeu. Aux Etats-Unis ou au Japon, il existe une culture plus grande du jeu vidéo. Les portes sont donc plus facilement ouvertes pour ceux qui veulent se lancer dans cette activité. Chez nous, il est aujourd’hui plus difficile de trouver de l’argent pour créer une boîte de jeux vidéo que dans n’importe quel autre secteur économique.

Le site de Jiraf:
http://www.jiraf.org

Le site de l’Apom:
http://www.apom.org

Le plan gouvernemental en faveur du jeu vidéo:
http://www.premier-ministre.gouv.fr...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse