08 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/06/2001 • 18h35

Internet, pirates, cyberguerre et autres FUD...

La Defense Information Systems Agency (DISA) , une agence du ministère américain de la défense, semble lancer une opération de relations publiques. Pas très convaincant ...

Au secours, la guerre électronique revient. Dans un papier fleuve, USA Today explique à ceux qui avaient raté le coche ces deux dernières années ce qu’est la guerre électronique via Internet. Le futur Pearl Harbour putatif des Etats-Unis. Une agence spécialisée du ministère américain de la Défense, La Defense Information Systems Agency (DISA) )y est décrite comme le rempart contre, en vrac, les hackers, les pirates, la Chine, la France... On apprend que les membres de la DISA " ne conduisent pas de tanks, ne pilotent pas de jets et ne portent même pas de rangers ", mais qu’ils sont de véritables experts informatiques, et seront peut-être les guerriers de la prochaine guerre... Tout un programme. On reparle de virus, de chevaux de Troie, de bombes logiques, de la guerre du Golfe, des frappes chirurgicales, des réseaux essentiels pour l’économie comme ceux qui font transiter les fonds entre banques ou qui permettent de contrôler la distribution d’électricité ou d’eau. Et on évoque de terribles menaces en provenance de la Chine ou de la France, pays bien connus (par les " experts " américains) pour avoir développé des capacités importantes dans le domaine de la guerre électronique.

Warriors en short

Les futurs " warriors " de la DISA, comme les militaires en général, ont l’habitude de demander très régulièrement des fonds supplémentaires aux élus américains afin de protéger le pays contre les maux électroniques. D’ailleurs, USA Today précise que la demande cette année passe de 3,1 millions à 18,6 millions pour 2002 (juste + 500%...) pour le service de coordination du Pentagone dans ce domaine.

Pourtant, la DISA s’est spécialisée dans une activité amusante. Elle laisse des serveurs mal paramétrés sur le réseau qui révèlent les noms, e-mails, téléphones, affectations des militaires. Elle avait même laissé accès aux statistiques de son serveur principal. Démontrant d’ailleurs ainsi le peu d’intérêt des internautes à son endroit... Par ailleurs, la DISA qui est chargée de protéger les réseaux de communication de l’armée manque visiblement d’intérêt pour les sites Web en .mil (militaire). Ceux-ci se font régulièrement hacker.

Bref, il semble bien que la DISA et l’armée soient reparties pour une road show visant à faire passer l’idée d’un besoin de fonds pour protéger la patrie américaine contre un Pearl Harbor électronique.

En attendant -mais c’est peu probable- que l’armée arrête de parler des virus, chevaux de Troie et autres bombes logiques, les véritables pirates ont placé des portes dérobées dans le gruyère qu’est devenue la cyber-économie, la nébuleuse des serveurs des entreprises qui ont ajouté Internet à leurs canaux de distribution.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse