14 11 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/05/2003 • 15h38

"Il y a un grand mensonge sur le prix des médicaments aux Etats-Unis" [Philippe Pignarre]

L’auteur du "Grand secret de l’industrie pharmaceutique" répond à l’offensive des labos américains contre l’Europe

Philippe Pignarre dirige, aux éditions du Seuil, la collection "Les Empêcheurs de penser en rond". Il est aussi l’auteur du Grand secret de l’industrie pharmaceutique (Ed. La Découverte, 2003). Il critique la vision propagandiste que développe PhRMA (Pharmaceutical Research and Manufacturers of America), le syndicat de l’industrie pharmaceutique amércaine, qui mène depuis peu une campagne pour que les Européens augmentent le prix de leurs médicaments.

Le coup d’envoi de la campagne de PhRMA, auquel adhère d’ailleurs le français Aventis, a été donné avec l’organisation d’un voyage de presse aux Etats-Unis offert aux journalistes parisiens il y a quelques jours. Objectif : démontrer que les prix décidés par les gouvernements européens, en particulier par Paris, sont exagérément bas par rapport à ceux qui sont pratiqués en Amérique. De ce fait, le coût du financement de la recherche thérapeutique reposerait uniquement sur les patients et le système de santé américain. Les Européens profiteraient éhontément de cette "subvention" américaine.

Alors que l’Union européenne proclame la nécessité de venir en aide aux pays en développement qui n’ont pas les moyens de se payer des médicaments, elle devrait réviser sa politique de prix, concluent les industriels. Car le manque à gagner dû aux rabais sur les médicaments européens priverait l’industrie pharmaceutique des moyens financiers nécessaires à l’aide au tiers monde. Ainsi, PhrMa tente de prouver que ce n’est pas la possibilité de déroger aux droits de propriété industrielle (les brevets sur les médicaments) qui sauvera l’Afrique du Sud du sida, mais la mise à contribution des patients européens et notamment français. Philippe Pignarre décrypte cette offensive et la désinformation pratiquée par les grands labos.

Qui est à l’initiative de cette nouvelle revendication des industriels de la pharmacie ?
Philippe Pignarre : Ce sont les laboratoires américains, et en particulier Pfizer, le numéro un mondial, qui détient quasiment 10 % du marché du médicament. Cela fait environ un an qu’il mène la bagarre pour la hausse des prix, en prétendant qu’ils sont deux fois plus élevés aux Etats-Unis qu’en France.

Comment est-il possible qu’il existe un tel écart de prix entre les deux continents ?
Le postulat de départ est faux : on ne sait pas quel est le prix de vente réel des médicaments aux Etats-Unis. En effet, là-bas les prix sont libres, alors qu’en Europe ils résultent d’une négociation menée entre les laboratoires et les gouvernements. Prenons l’exemple de l’Abilify, un neuroleptique (médicament utilisé pour traiter les symptômes de la schizophrénie) mis sur le marché américain en avril dernier. La boîte de 30 comprimés coûte 382 dollars. C’est le traitement pour un mois. C’est énorme : l’Haldol, qui est aujourd’hui le neuroleptique de référence, ne coûte que 4 euros. Il est cent fois moins cher. Ce prix exagérément élevé ne sera sans doute pas accepté par les autorités européennes. Mais de toute façon, ce n’est qu’un prix de catalogue, pour les ventes libres en pharmacies.
Aux Etats-Unis, quasiment personne ne paie autant. Car le système de santé fonctionne avec des assurances privées auxquelles cotisent les employeurs américains pour leurs salariés. Ces HMOs (Health Maintenance Orgnaizations, NDLR) établissent une liste des médicaments qu’elles acceptent de rembourser, au terme de longues négociations secrètes avec les laboratoires. Etant donné le volume des commandes qu’elles passent, elles obtiennent des rabais considérables. Mais ce prix final n’est jamais connu des assurés qui sont remboursés à la source. Il y a donc un grand mensonge sur le prix des médicaments aux Etats-Unis.

Avec le système des HMOs, seuls les travailleurs qui cotisent sont assurés. Cela signifie que le reste de la population paie le prix fort ?
Les HMOs détiennent environ 40 % du marché de la santé aux Etats-Unis. Le reste se partage entre les bénéficiaires de l’aide aux personnes âgées ou aux nécessiteux (programmes Medicare et Medicaid), soit 10 %, et les revenus intermédiaires. Ces derniers n’ont pas les moyens de cotiser mais gagnent trop pour être bénéficiaires de l’aide sociale. Ils sont en effet victimes du système. Mais pour les premiers, il existe une loi qui oblige les fabricants de médicaments à vendre leurs produits à Medicare et Medicaid au plus bas prix déjà consenti à un client.

Comment faire pour faire respecter cette loi, si les prix négociés avec les HMOs sont tenus secrets ?
La justice, elle, a les moyens d’obtenir les montants de ces contrats, heureusement ! En avril dernier, la firme Bayer a versé 257 millions de dollars de dédommagement à Medicaid pour éviter d’être traînée en justice et de voir ces sommes communiquées au public. Elle était poursuivie pour avoir dissimulé le prix le plus bas consenti aux compagnies d’assurance privées. Vous voyez que les industriels sont prêts à payer très cher quand on peut prouver que leurs médicaments sont trop coûteux...

Les éditions La Découverte:
http://www.editionsladecouverte.fr/

Le site de PhRMA:
http://www.phrma.org

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse