27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/07/2003 • 20h00

Essais nucléaires : des ONG relancent le débat sur la contamination des personnels

Médecins du Monde crée une mission humanitaire permanente à Papetee

A l’occasion de l’anniversaire du premier test nucléaire français dans l’atoll de Moruroa, le 2 juillet 1966, l’ONG Médecins du Monde (MDM), l’association Moruroa e tatou (Moruroa et nous) - qui regroupe 1500 anciens travailleurs polynésiens des sites nucléaires de Moruroa et Fangataufa - et l’Observatoire des armes nucléaires françaises viennent d’annoncer la création d’une mission humanitaire et médicale permanente à Papeete, "afin que la France assume ses responsabilités" à l’égard des anciens travailleurs des sites nucléaires de Polynésie.

Cette annonce intervient une semaine après l’annonce des résultats d’une mission d’évaluation effectuée par MDM en Polynésie, qui lui a permis de dresser le bilan de santé de 12 des 4700 travailleurs polynésiens ayant contribué, entre 1966 et 1996, aux 41 essais nucléaires atmosphériques et 152 essais nucléaires souterrains effectués dans les atolls de Moruroa et Fangataufa.

L’ONG estime qu’"il ressort des interviews et examens que 25 % des pathologies malignes touchant ces travailleurs seraient, si l’on se réfère à la législation en vigueur aux Etats-Unis depuis 1988, imputables à une contamination radioactive du fait de leur présence sur ces sites".

La "propreté" des essais nucléaires français

Pour le docteur Michel Brugière, directeur général de Médecins du Monde, "si nous étions aux Etats-Unis, trois d’entre eux - et probablement un quatrième après examen complémentaire - auraient leur pathologie reconnue comme ayant un lien avec leur service sur les sites nucléaires. Mais la législation française est inexistante sur ce point".

S’ils sont soignés, "les autorités médicales chargées d’attribuer les pensions au titre des maladies professionnelles se rangent régulièrement derrière le point de vue du Service de santé des armées", qui refuse ces pensions "parce que les autorités militaires affirment que les travailleurs n’étaient pas affectés à des tâches à risques radiologiques".

Michel Brugière dénonce "l’entêtement et de l’arrogance des autorités françaises qui restent figées dans la certitude de la propreté des essais nucléaires", alors que "les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont reconnu les risques de leurs essais".

L’attitude "honteuse" de la France

Le médecin dénonce les "informations biaisées" des rapports dont se sert l’armée pour se disculper et dont on peut trouver des présentations sur le site internet du ministère de la Défense.

Ainsi, selon Brugière, l’auteur de l’étude épidémiologique effectuée par l’Inserm conteste lui-même l’utilisation qui en a été faite. Quant à l’enquête de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ses conclusions sont, certes, favorables, mais le rapport en lui-même est "mi-chèvre mi-chou", notant un certain nombre d’incidents et d’accidents.

Pour Médecins du monde, l’attitude de la France est "honteuse", quand elle devrait être "noble et morale" : "C’est un problème de reconnaissance : ces gens-là ont servi les plus hauts intérêts de l’Etat et ont pris des risques considérables, dont on ne les avait pas informés."

L’association "Moruroa et nous" comptant à ce jour 1 500 membres, "s’il y a effectivement entre 20 et 25 % de cas imputables aux essais nucléaires, cela représenterait entre 300 et 400 malades, qu’est-ce que ça coûte à la France ?"

D’autant que, selon Michel Bruguière, l’argent n’est pas ce qui manque le plus à la Polynésie française : elle reçoit environ 150 millions d’euros chaque année de la part de la France, au point que tous les maires y ont des voitures de fonction et que, lorsqu’on voit le palais présidentiel, "on a l’impression d’être à la Maison Blanche".

Vers une multiplication des procédures judiciaires

La mission médicale permanente à Papeete permettra d’"évaluer l’état de santé de chaque ancien travailleur et de soutenir leurs démarches médicales, sociales et juridiques". De concert avec Moruroa e tatou, Médecins du Monde espère ainsi oeuvrer "pour que la France reconnaisse que ses essais nucléaires ont eu des répercussions sur l’environnement et la santé des populations des atolls et îles proches de Moruroa".

A terme, des procédures judiciaires pourraient aussi être intentées contre la France. L’Association des vétérans des essais nucléaires français (Aven), initié par l’Observatoire des armes nucléaires françaises et qui réunit 1 700 des 150 000 civils ou militaires ayant participé aux programmes d’essais nucléaires français sur les sites du Sahara et de Polynésie française, déclarait ainsi, en avril dernier, vouloir intenter de telles procédures, après les succès obtenus par trois vétérans devant les cours d’appel de Chambéry, Toulon et Bordeaux.

Président de l’Aven et directeur de recherche à l’Inserm, le docteur Jean-Louis Valatx rapportait que "l’enquête de santé auprès de nos adhérents révèle que 80 % des membres de l’Aven sont atteints de nombreuses pathologies, dont 34 % de cancers, alors que le taux d’incidence du cancer pour une population du même âge, en France, n’est que de 17%".

Médecins du Monde décide une mission humanitaire pour faire reconnaître les droits des anciens travailleurs des sites nucléaires de Polynésie française (Aven):
http://www.aven.org/news/2003/mdm.htm

Retour de mission d’évaluation en Polynésie auprès des travailleurs des sites d’expérimentations nucléaires de Moruruoa et Fangataufa (Médecins du Monde):
http://www.medecinsdumonde.org/11%2...

Les vétérans des essais nucléaires français décident d?entamer des poursuites judiciaires contre l?Etat
http://www.aven.org/news/2003/cr-ag.htm

Mururoa et Fangataufa - quatre ans après la fin des essais (ministère de la Défense):
[http://www.defense.gouv.fr/actualites/dossier/d60/]

Communiqués de l’Association Moruroa e Tatou:
http://www.dissident-media.org/info...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse