14 08 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


29/09/2003 • 18h03

En France, la gratuité des transports fait ses premiers pas

Réclamée par des collectifs de gauche, elle existe dans trois villes de droite

La gratuité des transports en commun, réclamée par les représentants syndicaux et politiques de l’extrême gauche, n’existe en France que dans trois municipalités de droite : Chateauroux, Compiègne et Vitré. S’inspirant de collectifs européens qui revendiquent également la mise en place de transports non-payants, des associations militent pourtant de façon active dans plusieurs grandes villes de France.

Avec 72 000 habitants, Chateauroux est la plus grande agglomération de France à avoir fait le choix de la gratuité intégrale de ses transports en commun. Le succès de l’opération, lancée en 2002, est indéniable : la fréquentation des bus est en hausse de 76 % par rapport à la fin de l’année dernière.

Seulement 3 villes françaises ont franchi le pas

Il faut dire que jusqu’ici, l’utilisation des transports en commun ne faisait guère partie des moeurs des Castelroussins : 22 trajets par an et par habitant, contre une moyenne nationale de 45 trajets. Avant le passage à la gratuité, la billetterie ne représentait que 14 % des recettes de la régie de transports, soit 400 000 euros, le reste provenant des impôts. Le coût de fabrication et de contrôle des billets équivalait à 300 000 euros : le prix de la gratuité était donc de 100 000 euros. Un manque à gagner financé par une augmentation du "versement transport", un prélèvement obligatoire que les entreprises doivent verser à l’Ursaaf. Objectif de la municipalité divers droite de Chateauroux : revitaliser le centre ville, qui perd des habitants.

Ce sont également des mairies de droite qui ont mis en place la gratuité à Compiègne (depuis 1975) et à Vitré (en Bretagne), la ville de Pierre Méhaignerie.

Ces villes sont citées en exemple par les associations réclamant la gratuité des transports en commun. Ces collectifs se montrent très actifs dans plusieurs grandes villes de France : Rennes, Nantes (avec le TGV, "Transports gratuits vite"), Marseille, Paris (avec le Ratp, Réseau pour l’abolition des transports payants ).

Les contrôleurs sous contrôle

Leur modèle : le "Collectif sans ticket", (CST), fondé en 1998 à Bruxelles. Le CST a imaginé de nouveaux types d’actions militantes, telles que les "opérations free zone" : lors de ces actions, des patrouilles avertissent les usagers de la présence de contrôleurs. Le CST distribue également de fausses cartes de transport. Personnalisés, ces titres sont présentés en cas de contrôle ; ils symbolisent la volonté de leurs porteurs de se définir non comme des clients des transports, mais comme des citoyens-usagers.

Les activistes belges manifestent aussi une préoccupation écolo très marquée : pour donner plus de poids à leur discours anti-voiture, ils ont fait circuler un bus roulant au carburant de colza dans tout le plat pays. Ils ne manquent pas une occasion d’expliquer que dans la ville belge flamande de Hasselt (70 000 habitants), où la gratuité intégrale des transports en commun existe depuis 1997, les déplacements de leurs usagers ont été multipliés par onze et la circulation automobile a diminué de moitié. Une politique qui a valu une forte popularité à Steve Stevaert, le maire d’Hasselt, actuel ministre des transports de Flandres et leader du parti social-démocrate flamand.

Pas de gratuité sans plan de mobilité

Yves Duhamel est chargé d’analyser les politiques publiques de gratuité dans les transports en commun. Il travaille pour le Predit, le Programme interministériel français de recherche et d’innovation dans les transports terrestres. Pour lui, une ville ne peut passer au "tout gratuit" sans avoir au préalable mis en place un plan des transports adapté à l’afflux supplémentaire de voyageurs. "Dans le cas de Hasselt, on ne peut pas dire si la baisse de la circulation auto est d’abord un effet de la gratuité, ou plutôt du plan de mobilité lancé au préalable par la ville, et qui a doublé le nombre de bus en circulation" explique-t-il.

Une autre question reste en suspend : Qui doit financer la gratuité ? Le voyageur ou la collectivité ? En Suède, une association d’usagers (Planka-nu) a tranché : ses adhérents de Stockholm et Göteborg refusent de payer les 500 couronnes (environ 50 euros) d’abonnement mensuel. Contre une participation mensuelle de 100 couronnes, Planka-nu se propose de prendre en charge les amendes de ses adhérents, qui coûtent 600 couronnes ! Les responsables de Planka-nu revendiquent 500 membres actifs et affirment ne pas être inquiétés par la justice. Pour financer la gratuité, ces jeunes anarchistes suggèrent une légère augmentation de l’impôt sur le revenu. Simple, mais pas forcément facile à faire passer. Les héritiers de Proudhon ("La propriété, c’est le vol") seraient-ils en train de devenir les nouveaux socio-démocrates ?

Transports gratuits vite!, à Nantes:
http://ratp.samizdat.net/mot.php3?i...

Le Réseau pour l’abolition des transports payants, à Paris:
http://ratp.samizdat.net

Le site du Predit:
http://www.predit.prd.fr

Le Collectif sans ticket:
http://cst.collectifs.net

Le site de Planka-nu:
http://www.planka.nu

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse