29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/10/2003 • 15h09

Des participants à un colloque piratent leurs badges RFID, jugés trop indiscrets

Une technologie prometteuse et controversée
 

Lors de Pop !Tech, un salon consacré aux innovations qui se tenait du 21 au 24 octobre 2003 à Camden, dans l’Etat du Maine, les participants se sont vus remettre des badges personnels "intelligents" et communiquant entre eux sans fil. Amusement, étonnement, intérêt, colère, piratages... : ces petits gadgets n’ont laissé personne indifférent.

Les organisateurs de Pop !Tech, un salon consacré aux innovations technologiques et "aux changements qui transforment notre société et notre planète", avait décidé de distribuer un nTag à tous leurs visiteurs.

Fondés sur la technologie d’identification radio RFID, les nTags sont des badges légers qui disposent d’une mémoire électronique, d’un dispositif de communication infrarouge et d’un petit écran plat.

Le nTag permet à celui qui le porte d’être informé - en temps réel et à distance - des "caractéristiques" des personnes qu’il croisent et portent eux aussi le badge "intelligent".

Un individu qui en croise un autre peut, après avoir consulté l’écran de son badge et avant tout échange de civilité, connaître ses centres d’intérêt, son parcours professionnel, ou tout autre renseignement personnel que l’interlocuteur aura choisi de rendre public.

D’autres fonctionnalités, dont certaines sont empruntées aux assistants numériques, permettent d’échanger des cartes de visites virtuelles, d’envoyer des messages, de conserver une liste de toutes les personnes rencontrées, etc.

Férus de nouvelles technologies, les participants à Pop !Tech n’ont pas forcément souscrit à l’innovation, comme en témoignent les commentaires relevés sur plusieurs blogs.

Beaucoup de visiteurs ont "passé leur temps à se plaindre de leurs badges", rapporte Scott Kirsner, sur le blog du magazine Fastcompagny.

"Le concept est géant, mais les badges (portés autour du cou, NDLR) étaient un peu lourds ; il était difficile d’y lire le nom des personnes ; et en général les gens se débrouillent mieux seuls pour trouver des points communs entre eux", précise Scott Kirsner sur le blog Future Forward Blog.

"(Ceux qui portaient les badges) nous donnaient l’impression d’être dans un film de science fiction des années 50", témoigne Denise Howell sur Bag and Baggage. Elle remarque les tags agissent comme un procédé "filtrant et référençant" capable de créer spontanément des communautés, puisque "le badge vous prévient lorsque vous rencontrez une personne qui a déjà parlé à quelqu’un qui partage vos propres centres d’intérêt".

Jason Kottke, blogueur et designer Web émérite, constate que "si beaucoup de participants ont apprécié et utilisé les badges électroniques avec plaisir", d’autres se sont carrément "révoltés" contre une technologie jugée envahissante.

Ce badge que certains ne sauraient voir

Il relate qu’un informaticien de Sun Microsystems, présent à la conférence, s’est empressé de "pirater" son propre badge. Conséquence de son acte de "sabotage" : tous les badges des participants qu’il croisait sur son chemin se sont automatiquement désactivés. Selon Kottke, l’épisode a presque entraîné une bataille rangée : certains ont à leur tour piraté leur badge, tandis que d’autres ont jugé que la désactivation de leur badge, sans leur permission, "constituait une attaque". Ces derniers ont même cherché à arracher les badges piratés du cou de leurs propriétaires ?

"Je n’aimais pas particulièrement ces badges, mais il faut reconnaître qu’ils ont donné naissance à des comportements socialement intéressant - même si ce n’était pas ceux escomptés", résume Kottke.

Si l’intérêt de cette technologie pour l’usager reste à démontrer sur le terrain, les créateurs de ces badges ne semblent, en revanche, pas avoir de mal à convaincre les organisateurs de salons de la puissance marketing et commerciale de l’outil : "Les nTags fournissent aux organisateurs d’événements une vision des réseaux informels qui se constituent au sein de leur audience. Des applications de traçage peuvent fonctionner sans même si l’utilisateur n’entre pas de données personnelles. Les badges vont simplement surveiller qui rencontre qui et pendant combien de temps", peut-on lire sur le site de nTags.

Les créateurs des nTags multiplient les interventions pour justifier l’intérêt de leur système, et rappeler leur souci permanent de confidentialité. Dans une interview publiée le 21 octobre 2003 sur le blog MeetingsNet, l’un des co-fondateurs des nTag reconnaît que ses badges soulèvent des questions relatives au respect de la vie privée, mais il prétend qu’elles sont souvent injustifiées. Son argumentaire est fondé sur des arguments plus ou moins drôles (et plus ou moins convaincants), comme le suggère cet extrait : "Vous pouvez éteindre les nTAg. Pouvez-vous en dire autant de votre bouche ? Prenez quelques verres, et revenez nous voir".

Le salon Pop!Tech
http://www.poptech.org

Les nTag
http://ntag.com

Le blog de Jason Kottke:
http://www.kottke.org/03/10/ntag-sl...

"NTag and Privacy" (Meetingsnet.com):
http://images.meetingsnet.com/files...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse