25 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/03/2002 • 20h22

Cerveau artificiel : en copiant la nature

Mieux vaut construire une fourmi qui fonctionne plutôt qu’un humanoïde incapable. C’est le parti-pris de certains spécialistes de l’intelligence artificielle qui, au lieu de tenter de créer un cerveau humain complexe, préfèrent s’inspirer des systèmes d’adaptation simples des animaux.

Finalement, la mise au point du cerveau artificiel n’est pas pour demain : les recherches stagnent, et les résultats se font attendre. Alors pourquoi, puisque personne ne semble en mesure de construire un ensemble de neurones aussi complexe, ne pas limiter ses ambitions et créer un système plus simple ? Comme celui du rat, de la fourmi ou du chien par exemple ? A contre pied de la démarche de chercheurs tels qu’Hugo de Garis, qui tentent de bâtir un système informatique proche de l’intelligence humaine, certains spécialistes de l’intelligence artificielle s’inspirent de la nature. Leur but : obtenir, à partir de systèmes neuronaux simples, une forme d’intelligence complexe. Pour parvenir à ce résultat, ils empruntent plusieurs voies. Certains tentent de mettre au point un système évolutif : ils laissent le système qu’ils ont bâti apprendre par lui même, et le font parfois évoluer de génération en génération.

D’autres chercheurs travaillent sur l’aspect collaboratif de ces systèmes : l’intelligence émerge, dans ce cas, de la collaboration d’un ensemble de systèmes simples. Cette voie de recherche qui regroupe des scientifiques travaillant sur des robots simples, autonomes et capables de s’adapter à leur environnement recoupe plusieurs appellations : on la désigne sous les expressions de Nouvelle Intelligence Artificielle, de Robotique Comportementale, ou encore d’Intelligence Artificielle Située.

Robots pavloviens

Dès 1948, William Grey Walter a construit un robot très simple. Ce spécialiste de l’intelligence artificielle américain, qui a effectué une brillante carrière de neurophysiologiste en Angleterre, a créé une tortue dotée de 3 roues, d’une carapace en plastique, d’une batterie de téléphone et de deux " neurones ". Ces neurones se présentaient en fait sous la forme de circuits électriques destinés à amplifier et à transmettre le signal reçu par deux capteurs vers deux moteurs. A l’aide de l’un de ses capteurs, la tortue cherchait de la lumière. Lorsqu’elle détectait une source lumineuse, elle s’en approchait. Et dès que la lumière devenait trop intense, elle s’en détournait. Quand la tortue heurtait un obstacle, elle changeait de direction sous l’effet du choc. Elle repartait ensuite dans sa quête de lumière en tâtonnant. Un jour, William Grey Walter a attaché une lumière sur le nez de sa tortue. Et l’a placé devant un miroir. La tortue a commencé à se dandiner et à danser. Walter a décelé, dans ce comportement inattendu, une première preuve de conscience de soi.

Une quarantaine d’années plus tard, Rodney Brooks, directeur du célèbre MIT (le Massachusetts Institute of Technology), se désolait des piètres performances des robots conçus pour imiter les comportements humains. Ces ordinateurs roulants, véritables monstres d’informatique embarquée, devaient en effet traiter les informations recueillies par leurs capteurs avant de les identifier, de construire une représentation de leur environnement intégrant ces données, d’en déduire un comportement approprié, puis mettre au point une série d’instructions pour déclencher leurs moteurs. Brooks, qui se souvenait des livres de Walter qu’il avait dévoré lorsqu’il était enfant, a alors bâti des robots à l’attitude basée sur une série de "réflexes pavloviens ". Chaque action du robot était programmée comme une réponse à un stimulus : si le robot rencontrait un obstacle, son programme lui indiquait de tourner de 45 degrés à droite par exemple. Ces instructions étaient tellement simples qu’elles pouvaient s’inscrire directement sur le micro-processeur. Au milieu des années 80, Rodney Brooks a ainsi créé un ensemble de robots fourmis et de robots punaises dotés d’une intelligence certes limitée, mais d’une remarquable capacité à s’adapter à un environnement inconnu.

> Robots darwiniens

Aujourd’hui, plusieurs spécialistes de l’intelligence artificielle continuent de travailler dans cette voie. Les méthodes d’apprentissage des robots se sont perfectionnées. Les réseaux neuronaux permettent notamment à leurs drôles d’animaux d’affiner leurs comportements au fur et à mesure de leur apprentissage. Les parties "stimulus-réponse " des programmes informatiques se sont en effet complexifiés : A chaque fois que le robot réagit en fonction de l’information qu’il reçoit, son programme tient compte de la réponse. Ainsi, plus le robot répète une action, et plus il devient capable de trouver l’attitude adéquate (utilisé dans le domaine de la reconnaissance vocale par exemple, ce type d’apprentissage permet notamment d’adapter ces logiciels à la façon de parler de chaque utilisateur).

A Paris, au Laboratoire d’Informatique de l’Université Paris 6, Jean Arcady Meyer et son équipe travaillent eux aussi sur des générations de robots dont les lois s’inspirent de celles des animaux. Leurs "animats ", véritables robots ou simples programmes informatiques, sont dotés de comportements très simples : leurs réseaux neuronaux les autorisent à suivre une lumière, à marcher ou à éviter des obstacles. Les algorithmes génétiques de leurs programmes informatiques permettent ensuite de sélectionner les comportements des animats les plus adaptés à l’environnement dans lequel ils évoluent, puis de transmettre ces caractéristiques à la génération suivante. L’équipe de Jean-Arcardy Meyer construit ainsi des générations de robots, jusqu’au moment où leurs capacités correspondent à ce que les chercheurs attendaient. " Le résultat escompté se produit parfois à partie de la 100e génération " explique le chercheur.

> Robots footballeurs

De son côté, Dominique Duhaut, professeur à l’Université de Bretagne Sud, étudie les robots collaboratifs. Les spécialistes qui oeuvrent dans cette branche de la robotique, essentiellement étudiée en France et aux Etats Unis, considèrent que l’émergence d’un comportement intelligent provient non pas d’un phénomène de sélection, mais de l’interaction des machines en présence. Dominique Duhaut a débuté ses recherches en étudiant des robots...footballeurs. Un sport particulièrement adapté à l’étude de la coopération entre robots. "Les règles du football sont simples à comprendre, l’environnement se montre hostile - il s’agit de combattre l’équipe adverse- et l’objectif semble évident - il faut mettre la balle dans le but de l’autre l’équipe " explique le professeur. Il a donc construit une série d’insectes métalliques qui consacrent leur vie à jouer les Zidane de la robotique.

Tous les ans, lors de la coupe du monde des robots footballeurs, plusieurs centaines de chercheurs du monde entier exposent les prouesses de leurs engins. Dotés d’une série de capteurs, d’effecteurs et de moteurs, ces robots à 6 pattes agissent en groupe, sous l’autorité de leur capitaine. "Leur cerveau reste au bord du terrain,

note Dominique Duhaut, là où un programme informatique, installé sur un ordinateur, coordonne l’action des différents joueurs. Une fois que le logiciel a établi une carte du jeu, l’un des joueurs indique aux autres la façon dont ils doivent se placer et le comportement à suivre pour tenter de marquer un but. "

> Bouées intelligentes

Qu’ils soient capables de se reproduire ou de collaborer, les robots qui s’auto-complexifient n’offrent pas seulement une alternative aux approches de l’Intelligence Artificielle. Tandis que Robert Arcady Meyer tente de mieux comprendre le système cognitif des animaux, Dominique Duhaut réfléchit à des systèmes capables de s’auto-assembler afin d’agir dans un environnement hostile. "Je m’interroge encore sur l’intérêt de l’étude des robots collaboratifs à court terme, explique-t-il, mais les scientifiques sentent bien que ces recherches pourraient un jour conduire à sauver des vies humaines. Pourquoi ne pas lancer des bouées intelligentes qui font la chaîne lors de marée noires par exemple ? Ou des robots autonomes qui s’assemblent à la façon d’un jeu de mécano et qui s’aplatissent, contournent ou enjambent des obstacles pour faire exploser des mines ou aller secourir des personnes lors des tremblements de terre ? "

L’Intelligence Artificielle Située n’est peut être pas la méthode la plus efficace pour parvenir à créer de l’intelligence basée sur des programmes informatiques. Mais si elle n’aboutit pas à la construction d’un cerveau artificiel aussi performant que celui de l’homme, cette voie de recherche devrait faire progresser différents domaines tels que la biologie, les neurosciences ou l’intervention en terrain hostile. Des applications concrètes, dans un futur relativement proche. Tous les spécialistes de l’IA ne peuvent pas en dire autant.

(publié dans Transfert magazine n°12)

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse