21 09 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/08/2001 • 18h27

Bell @ ciao

Jim Bell, célèbre crypto-anarchiste, vient d’être condamné à 10 ans de prison pour avoir voulu rendre la pareille à des agents fédéraux qui l’avaient illégalement placé sous surveillance.

Jim Bell, un cypherpunk (ou crypto-anarchiste) de 43 ans, encourrait une peine de 5 à 7 ans d’emprisonnement. Il vient d’être condamné à 10 000 dollars d’amende, et deux fois cinq ans de prison. Il ne devrait donc être libéré qu’en 2010. Une fois libre, Bell ne pourra accéder à l’Internet (avec interdiction formelle d’user d’un pseudonyme) que s’il en obtient l’autorisation de son agent de probation, et devra se soumettre trois ans durant à un strict contrôle judiciaire agrémenté de perquisitions régulières, le jugement autorisant les fédéraux à consulter à l’envi la majeure partie de ses données personnelles, ainsi que le contenu de son ordinateur. Son crime ? S’être intéressé de trop près aux agents du fisc qui, selon lui, l’avaient illégalement placé sous surveillance. Ironie de l’histoire, il a été condamné pour harcèlement, alors qu’il dénonçait justement le zèle des fédéraux. Il faut aussi dire que le cypherpunk n’en était pas à ses premiers faits d’armes.

Assassinat sécurisé par internet

En 1996, Jim Bell publie un essai, baptisé Assassination Politics. Dans ce pamphlet, il imagine un système visant à "jouer" sur l’assassinat (bien réel) d’agents fédéraux corrompus, ou outrepassant leurs droits. Ce système de paris en ligne (combinant crypto, anonymat et monnaie virtuelle, trois dadas des cypherpunks) aurait visé à deviner le jour et l’heure de l’assassinat de tel ou tel agent gouvernemental : le gagnant (qui aurait emporté la mise d’argent virtuel) aurait été, bien sûr, l’assassin ou l’un de ses complices... Si Bell n’a de cesse de promouvoir sa méthode sur les newsgroups – sans jamais chercher à masquer son identité – le système n’est jamais été mis à exécution, et c’est finalement la saisie de sa Honda par des agents du fisc qui lance vraiment la justice à ses trousses : ils y trouvent un exemplaire de son essai. Mais aussi une série d’autres documents compromettants. Bell, qui avait connu des déboires fiscaux du temps où il dirigeait une entreprise informatique, ne s’était pas acquitté de certaines taxes et avait pris l’habitude de donner, comme numéro de sécurité sociale, des choses comme 123-45-678... Accusé d’avoir falsifié des documents officiels, mais aussi d’avoir écrit son essai, il reconnaît également avoir lancé des bombes puantes sur le paillasson d’un bureau de l’administration fiscale (le cypherpunk est aussi un chimiste). Bell est condamné à trois ans de prison.

Un procès "à charge"

Relâché en avril 2000, sa haine du fisc et des agents fédéraux n’a fait qu’empirer. Aussi, et parce qu’il s’aperçoit qu’il continue à faire l’objet d’une surveillance toute particulière, Jim Bill décide de leur rendre la pareille et de les espionner à son tour. Au point d’être accusé de harcèlement en novembre dernier pour avoir, à la manière d’un détective privé, chercher à compiler un certain nombre de données personnelles les concernant, et d’avoir menacer deux agents par fax et e-mail. Bell leur reprochait de l’avoir pris en filature, mais aussi d’avoir placé une balise GPS dans sa voiture, ainsi que d’avoir infiltré un groupe politique auquel il appartenait, le tout de manière illégale. Manque de chance pour Bell, l’un de ces deux agents du fisc Jeff Gordon, était aussi (juge et partie) chargé d’enquêter sur lui lors de ce procès dont les dysfonctionnements semblent avoir été nombreux. Declan Mc Cullagh, célèbre journaliste de Wired, fut ainsi mis en demeure de venir témoigner "à charge" contre Jim Bell, dont il avait couvert les affaires. Jim Bell, traité par les forces de l’ordre comme un véritable "cyberterroriste", ne put convoquer tous les témoins qu’il voulait pour sa défense, notamment ceux qui auraient pu prouver le caractère illégal de sa mise sous surveillance. Il désavoua également son avocat, qui menaçait de se dessaisir si Bell révélait les pressions et menaces dont il avait fait l’objet en prison, tout en avançant que son client souffrait de troubles mentaux. Au final, le procès se focalisa surtout sur les us et coutumes des cypherpunks, que semblait fortement craindre le juge, ainsi que les fédéraux. Résultat : 10 ans de prison. Une sentence particulièrement sévère, en forme de menace à l’ensemble du milieu cypherpunk.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse