05 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


2/07/2001 • 18h50

Banque Directe démasquée

Kitetoa, le redresseur de torts, a encore sévi : le site révèle que les coordonnées de milliers de comptes Banque Directe étaient en libre service sur Internet.
A lire aussi :
L’attitude de Kitetoa est moins sportive qu’avant

"Une grosse banque en ligne" victime d’une société de services et d’ingénierie informatique peu sérieuse, Atos. Voilà comment le site Kitetoa, infatigable dénicheur de failles de sécurité, décrivait il y a un an le fait que 10 000 comptes bancaires soient stockés dans un répertoire non protégé accessible sur Internet. Le nom de l’établissement n’était pas cité, parce que la banque n’était pas directement coupable. Pourtant, vendredi 29 juin, le hacker s’est fait un peu moins gentil et a levé le voile : cette grosse banque en ligne s’appelle Banque Directe. Kitetoa n’a pas changé d’avis : "Banque Directe est vraiment une entreprise pionnière qui a une bonne compréhension du Web. La faute incombe à Atos. C’est d’autant plus scandaleux que c’est une SSII renommée qui ne se gêne pas pour pavaner. J’ai décidé de donner ce nom, parce que les mots de passe des clients n’ont pas été changés, s’explique-t-il. Selon Banque Directe, cela n’était pas nécessaire. Ils n’auraient vu qu’une dizaine de mots de passe en accès libre. Pour moi, il y en a des milliers, et ils auraient dû renouveler les mots de passe de façon préventive." Marc Lanvin (lire interview), directeur de clientèle de Banque Directe, explique qu’on a "conseillé" aux intéressés de changer de mot de passe. Si c’est vrai, est-il suffisant de conseiller sans alerter ?

Partenaires qui vous veulent du bien

Quoi qu’il en soit, la sécurité des banques en ligne semble compromise lorsque même une pionnière, avec de l’expérience et 100 000 clients qui lui font confiance, présente de tels défauts dans leur cuirasse informatique. Pour Kitetoa, ce qui est étrange, c’est que la presse n’ait pas réagi à ses révélations : "Quand nous avons publié trois copies d’écran du site de Zebank alors qu’il était en cours de développement, ça a été la curée. Mais 10 000 logins et mots de passe dans la nature, personne ne s’en inquiète..."

Pourtant, le cas de Banque Directe n’est pas isolé. Selon Nicolas Gaudillière, chef de projet dans la société de sécurité informatique Intrinsec, les banques éprouvent de grandes difficultés en matière de sécurité informatique : "Le problème des fournisseurs de services en ligne, c’est qu’ils ont besoin de nombreux partenaires pour travailler. La sécurité est elle aussi partagée entre ces partenaires. Même si la banque est irréprochable, il suffit d’un maillon faible comme Atos pour que cela anéantisse sa sécurisation." Mais le maillon faible aurait très bien pu être l’hébergeur de Banque Directe, la société qui s’occupe de son recrutement en ligne, ses partenaires commerciaux, Yahoo ! ou Wanadoo... Tous voient passer les données bancaires à travers leur système d’information.

Hold-up en ligne

Or, si l’on sait bien transporter les données de façon sécurisée, il est plus délicat de les stocker, comme le montre l’exemple d’Atos. Quelle solution alors pour les banques ? Faudrait-il préférer les certificats numériques aux logins et aux mots de passe ? Développer toute sa sécurité en interne au lieu de faire appel à des sociétés extérieures ? Ce serait trop contraignant. "Il faudrait commencer par ne pas garder les logins et mots de passe en clair sur un site web public", critique Nicolas Gaudillière.

Il faudrait aussi que les SSII se fassent auditer par des spécialistes de la sécurité informatique avant que les banques ne signent de contrat avec elles. Kitetoa trouverait cela parfaitement normal : "Les SSII ont des méthodes commerciales qui consistent à chercher des clients pour monter de nouvelles applications qu’elles ne maîtrisent pas encore. Ils se forment sur le dos des clients. Les sites de e-commerce ne seront donc jamais sécurisés, à moins qu’on ne surveille les SSII." Même s’il est plus simple d’aller braquer un guichet que de réaliser un hold-up en ligne, comme le rappelle Nicolas Gaudillière, les clients apprécieraient sûrement que leurs données confidentielles cessent de traîner sur la voie publique.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse