21 02 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/06/2001 • 18h47

Au musée Grévin : l’interactivité sans nouvelles technologies

Le musée Grévin, qui a ré-ouvert mardi 19 juin 2001 après cinq mois de travaux, fait un pas vers plus d’interactivité...Mais sans vraiment intégrer les nouvelles technologies.

Mardi 19 juin 2001, de nombreux touristes et plusieurs groupes scolaires étaient venus profiter de la réouverture du Musée Grévin à Paris. Après cinq mois de fermeture pour travaux, l’exposition offrait aux visiteurs ses multiples personnages de cire, acteurs d’une scénographie repensée sous le signe d’une plus grande interactivité avec les visiteurs. Suivez le guide...

Léonardo di Carpaccio

Après un bref passage dans le piano bar _ musique d’ Elton John qui pianote en lançant un sourire à Gérard Holz et Sean Connery debout côte à côte, sirotant un verre _ on découvre Madonna en plein entretien avec Léonardo Di Caprio - " Léonardo di carpaccio " comme le surnomment quelques enfants en passant - sous l’œil attentif de Bruce Willis. Changement total d’ambiance avec, quelques marches plus haut, le palais des Mirages : un écran disposé dans une sphère posée au sol semble refléter l’image d’un visage perdu au milieu des nuages,. Effet visuel démultiplié par les miroirs recouvrant entièrement les murs de la salle. Mais la magie ne dure pas. Aussitôt sorti, on est assailli par un groupe de photographes dont les silhouettes sont simplement dessinées au mur. Les spots dissimulés dans les dessins simulent la lumière des flashs. L’effet ne fonctionne pas toujours à chaque passage...Ha ! les pannes techniques. Mais bon, continuons. Un peu plus loin, on entre dans un théâtre où se tient une répétition simulée par une bande sonore :" 1, 2, 1, 2 essai de sonorisation...je répète essai de sonorisation ". Dans la salle, Gérard Depardieu est accoudé près de Lara Fabian. Assis dans le fond, Lionel Jospin et Philippe Séguin semblent attendre le spectacle. Derrière eux, dans un coin, Charles Pasqua patiente debout. Un gamin s’assied à côté de Lionel Jospin, pose sa main sur son bras. " On ne touche pas le Premier ministre " lui lance, en riant, l’institutrice qui l’accompagne. Les spectateurs s’étonnent de trouver, près de la scène, un visiteur étrange et bien trop immobile pour être vrai. Posté là pour semer le doute, l’anonyme de cire vole la vedette aux vraies stars disposées dans la salle.

Huit millions d’euros

Après cette visite au théâtre, c’est le moment de se faire photographier avec les chefs d’Etat, un classique du musée qui accueille trois nouveaux venus, Georges Bush, président des Etats-Unis, Mohammed VI, roi du Maroc et Abdoulaye Wade, président du Sénégal. La suite laisse la place à " l’esprit de Paris " où l’on rencontre dans une ancienne brasserie, successivement Jean-Paul Sartre, Serge Gainsbourg, Marias Callas en discussion avec le couturier Jean-Paul Gaultier. Plus loin dans les loges Romy Schneider se pomponne aux côtés de Michel Serrault. À la sortie des artistes, un long couloir débouche sur la plate-forme des stars actuelles, stars tous terrains comme Claudia Schiffer et sportifs comme Zinedine Zidane, Fabien Barthez, Michael Schumacher.

Toute la suite du parcours replonge le visiteur dans l’histoire, au travers des mises en scène des événements importants qui ont marqué le XXème siècle. Les premiers pas de l’homme sur la Lune sont, par exemple, figurés par une famille assistant à l’événement depuis son poste de télévision. Assis dans le cadre, un personnage au style moyenâgeux dénote. L’acteur se met en mouvement, à la grande surprise des visiteurs, et les poursuit le long des couloirs du musée. Interactivité humoristique oblige. La fin de la visite, plus classique, invite le spectateur à voyager dans le temps, Le Moyen âge, l’assassinat d’Henri IV, la Révolution, la Saint-Barthélémy, la cour de Versailles, le bûcher de Jeanne d’Arc etc. Compilés en queue de parcours, on trouve les personnages qui n’ont pas été intégrés aux mises en scène : Lara Croft côtoie Charles de Gaulle, Michael Jackson, Gandhi, Hitchcock etc. Tous se retrouvent comme entreposés dans la dernière salle du musée, à la manière d’une fin bâclée. L’interactivité des débuts s’essoufle un peu. Malgré cela, les efforts de modernisation sont appréciables. Pour 8 millions d’euros (le prix de la mise en modernité), on n’en demandait pas moins.

Le site du musée Grévin
http://www.musee-grevin.com/index2.htm
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse