20 06 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/09/2003 • 11h36

A Chicago, les industriels présentent le futur du code barre

L’"Electronic Product Code Network", un système d’étiquettes trop intelligentes, selon les ONG
 

Le premier symposium EPC, qui marque le lancement officiel de l’Electronic Product Code Network, s’est ouvert le 16 septembre à Chicago. Destiné à remplacer le code barre, ce système va permettre de tracer en ligne tous les produits équipés de puces RFID, ces étiquettes "intelligentes" à identifiant unique qui émettent des informations par ondes radio. Le géant américain Verisign présente la première interface opérationnelle du réseau EPC, cet "internet des objets" capable de révolutionner toute la chaîne logistique. La RFID inquiète certaines associations de défense de la vie privée, qui appelaient à manifester hier devant le symposium.

Le porte-parole de Verisign, Chris Parente, est très fier du dernier service de sa société. "Imaginez que vous puissiez suivre les déplacements de vos produits dans le monde, en temps réel, sur une interface en ligne", suggère-t-il. Le leader mondial des noms de domaine et de la certification sur l’internet présentait hier la première application technique dédiée à l’Electronic Product Code, le projet international de standardisation de la technologie RFID. Les visiteurs du premier symposium EPC de Chicago se sont vus remettre une petite palette en bois équipée d’une puce radio à laquelle Verisign associe une adresse IP sur le réseau. "Chaque stand est équipé d’un lecteur de puces radio. Depuis notre interface en ligne, on peut donc savoir où est chaque produit et avoir en fin de journée l’historique de ses déplacements dans la chaîne logistique", explique Chris Parente. Sun Microsystems ou Accenture sont partenaires de l’opération.

La démonstration du service de Verisign signifie que l’Electronic Product Code Network, lancé à Chicago par les leaders de l’industrie réunis au sein du consortium international Auto-ID Center, sera bientôt opérationnel. Verisign prévoit d’articuler ses interfaces sur l’architecture du réseau internet existant. Les clients pourront suivre leurs produits et partager leurs informations avec leurs partenaires, fournisseurs, distributeurs ou sous-traitants. Le porte-parole de Verisign affirme que la technologie est simple à mettre en place. Le service devrait être commercialisé à partir du printemps 2004, sous forme d’abonnements.

Les ordinateurs vont "sentir" l’information

"Le symposium EPC est un moment important dans l’histoire de l’informatique, a déclaré Kevin Ashton, directeur exécutif de l’Auto-Id Center, dans un communiqué de mai dernier. Depuis 50 ans, les ordinateurs dépendent des êtres humains pour obtenir de l’information. Cela va bientôt changer. Les ordinateurs seront désormais capables de sentir l’information autour d’eux, pour la première fois."

Ces appréciations optimistes ne sont pas partagées par tout le monde. Destinée à devenir un standard aussi universel que le code barre, l’EPC pose des questions auxquelles les industriels n’ont toujours pas répondu, affirment les associations de défense du consommateur et de la vie privée. A l’appel de l’ONG Caspian, (Consumers against supermarket privacy invasion and numbering), elles devaient manifester hier contre le symposium à grand renfort de tracts, sifflets et T-shirts frappés de slogans contre la surveillance, devant le Mac Cormick Place, un immense centre de congès à Chicago. Les ONG comptent à nouveau réclamer plus de transparence sur les étiquettes intelligentes et un moratoire sur ces technologies.

Pour que la traçabilité des produits ne soit pas synonyme de flicage des consommateurs, il faut absolument que les puces radio soient désactivées à la sortie des magasins ou que les clients aient un moyen de les détruire définitivement, réclame Caspian. Ce point n’est pas encore acquis. "Certains magasins de distribution choisiront de ’nettoyer’ les puces à la sortie, d’autres non", explique le porte-parole de Verisign, qui insiste sur un argument sanitaire : les étiquettes pourraient contenir la date de péremption d’un produit alimentaire ou médical.

Relier produit et acheteur

Plusieurs associations américaines de défense de la vie privée militent également en faveur de la création d’un label qui prévienne systématiquement le consommateur de la présence d’une puce radio dans le produit qu’il achète. Caspian a rédigé en juin un projet de loi dans ce sens, qui attend pour l’instant un soutien parlementaire. Dans le texte, l’ONG demande à ce que soit interdit le stockage, sur l’étiquette, des données personnelles concernant l’acheteur du produit. Verisign répond qu’il appartient à ses clients de décider quel type d’information ils veulent inclure dans leurs puces.

Par le biais du paiement par une carte bancaire nominative, produits et acheteurs peuvent être reliés, ce qui présente par exemple un grand intérêt pour gérer des programmes de fidélisation de la clientèle ou étudier ses habitudes de consommation. Les distributeurs pourraient proposer aux consommateurs de demander à être inclus ou exclus volontairement des programmes, en opt-in ou en opt-out.

A tous les niveaux, les contraintes encadrant les étiquettes intelligentes sont encore trop souples pour qu’on ne craigne pas des abus de la part d’entreprises, de pirates ou de gouvernements, accusent les associations. Les autorités américaines sont effectivement intéressées par les bases de données commerciales, et cherchent à s’y assurer un droit d’accès légal, par exemple via le projet de renseignement anti-terroriste Terrorism Information Awareness Program (TIA), c’est-à-dire "maîtrise totale de l’information").

Pour désamorcer les critiques, nombreuses dans la presse, l’Auto-Id Center a prévu d’évoquer la question du "public" dans une des présentations du symposium EPC. Le consortium annonce la création de l’International Public Policy Advisory Council, une instance interne et consultative.

Les étiquettes intelligentes (Dossier Transfert.net):
http://www.transfert.net/d54

Le site de Caspian:
http://www.nocards.org

Le texte de la plainte déposée par l’ACLU et Caspian (en .doc):
http://www.aclu-il.org/mailings/com...

L’appel à manifester contre le Symposium EPC (Caspian):
http://www.stoprfid.com/spy_chip_pr...

"Radio Tag Debut Set for This Week" (Wired):
http://www.wired.com/news/privacy/0...

"The EPC Network Gets Real" (RFID Journal):
http://www.rfidjournal.com/article/...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse