27 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/09/2003 • 15h53

A Angers, c’est biométrie tous les jours à la cantine des écoles cathos

Mais pour la Cnil, les doigts du Seigneur sont impénétrables

Deux établissements scolaires catholiques d’Angers utilisent des systèmes de reconnaissance biométrique, qui s’appuient sur les empreintes digitales des élèves pour vérifier leur accès à la cantine. Ces procédés sont en infraction avec la réglementation puisqu’ils n’ont pas fait l’objet de déclaration auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). La Commission désapprouve de toute façon le recours aux empreintes digitales dans le cadre scolaire.

Depuis 1999, l’accès à la cantine de l’Institution Immaculée Conception d’Angers, un établissement d’enseignement catholique allant de la maternelle au collège, est réglementé par un système de reconnaissance biométrique basé sur les empreintes digitales.

12 points, un algorithme

Tous les midis, les 350 élèves de primaire et de collège souhaitant se restaurer doivent apposer un de leurs pouces sur un lecteur optique. Selon la technologie développée par le constructeur français Sagem, douze points de l’empreinte digitale sont alors comparés, via le travail d’un algorithme, au gabarit correspondant à l’élève, stocké dans la base de données de l’école. Officiellement, ce serveur ne conserve cependant pas l’image des empreintes numérisées en début d’année.

"Cela nous permet de contrôler que les enfants sont bien au self, ce qui est une obligation de notre part vis-à-vis des parents, explique Thierry Renard, l’économe de l’Immaculée Conception qui a mis en place le système. Ensuite, d’après le nombre de passages de l’élève au self, on peut adresser un relevé de facturation aux familles."

Pour ce responsable, l’avantage du procédé est surtout... économique : "La gestion des cartes de cantine était assez pénible avec les élèves de primaire, qui la perdent sans arrêt. Cela revenait environ à 8000 F (1219 euros) par an à l’établissement. La technologie Sagem coûtait environ 20 000 F (3048 euros), on pouvait donc l’amortir en deux ans. De plus, les parents n’avaient plus à payer à chaque fois que leur enfant perdait leur carte d’accès."

"A six ans, ça passe bien"

Si le système n’a pas été étendu aux élèves de maternelle de l’Immaculée Conception, c’est principalement pour des raisons techniques. "A cet âge-là, les empreintes digitales sont trop petites pour être reconnues avec fiabilité par la technologie, explique Thierry Renard. Mais, à partir de six ans, ça passe bien."

Selon lui, l’introduction de la biométrie dans l’établissement aurait été bien acceptée par les élèves et les familles. "Récemment, un parent nous a dit que ce n’était pas légal, mais, vous savez, vous trouvez toujours quelqu’un qui n’est pas d’accord. De toute façon, les gens ont la liberté de venir ou de ne pas venir...", estime Thierry Renard, qui indique avoir été plusieurs fois contacté par d’autres établissements, intéressés par la technique mise en place.

Des émules dans la région

L’exemple de l’Immaculée Conception a visiblement inspiré un autre établissement catholique angevin, le collège Jeanne-d’Arc, qui accueille environ 500 élèves. Si le directeur du collège n’a pas souhaité répondre aux questions de Transfert, un membre du personnel nous a indiqué qu’un système basé sur la reconnaissance des empreintes digitales fonctionnait depuis deux ans.

Selon nos informations, la Cnil s’apprêterait d’ailleurs à contacter le collège pour une demande de renseignements. En effet, tout traitement automatisé d’informations nominatives doit faire l’objet d’une déclaration à la Commission, ce qui ne serait pas le cas de Jeanne-d’Arc.

"La déclaration préalable est obligatoire pour tout le monde, sauf quelques rares cas particuliers, rappelle Thierry Jarlet, de la Cnil. Or, nous avons peu de déclarations concernant les collèges et les lycées."

Situation illégale

A l’Immaculée Conception, on estime être en règle avec la législation. "Nous avons fait une déclaration qui est enregistrée à la Cnil", explique Thierry Renard, l’économe de l’établissement.

Une affirmation que réfute clairement la Cnil. "Leur déclaration concerne la simple gestion des élèves et date de 1988. Nous n’avons rien à propos d’un système de reconnaissance des empreintes digitales pour la cantine, explique Fatima Hamdi, qui suit le secteur scolaire à la Commission. Au regard des dispositions de la loi Informatique et Libertés, la situation de ce collège est donc illégale."

Ce membre de la Cnil précise qu’à ce jour, la Commission n’a reçu que trois déclarations d’établissements scolaires à propos de technologies biométriques."

En 2000, la Commission avait rendu un avis défavorable au projet du collège niçois Jean-Rostand de recourir à l’identification des empreintes digitales pour gérer l’accès à la cantine. L’avis de la Cnil estimait alors la technique employée "disproportionnée" par rapport au but poursuivi.

En revanche, l’autorité de défense des libertés avait autorisé en octobre 2002 le collège Joliot-Curie de Carqueiranne (Var) à mettre en place un système de reconnaissance du contour de la main.

Enfin, un troisième dossier serait en cours d’instruction, celui d’un collège de la banlieue parisienne, souhaitant lui aussi numériser la main entière, et non les seules empreintes digitales.

"Les empreintes digitales nous posent problème, même lorsque leur image elle-même n’est pas conservée dans la base de données, explique Thierry Jarlet. Car si la police trouve une empreinte, elle peut, grâce à l’algorithme utilisé par le prestataire technique, reconstituer un gabarit et le comparer à celui stocké dans l’établissement."

Le site de l’Institut Immaculée Conception d’Angers:
http://www.immaculee-angers.org

Le site de la Cnil:
http://www.cnil.fr

Le communiqué de la Cnil sur la technique utilisée au Collège Joliot-Curie de Carqueiranne:
http://www.cnil.fr/actu/frame.htm?h...

Un collège britannique équipe sa cantine de reconnaissance biométrique (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9114

"La CNIL valide la biométrie dans les écoles" (Le Monde):
http://www.lemonde.fr/recherche_art...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse