24 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/09/2003 • 14h20

2 millions de PC vont aider à améliorer la prédiction du climat

Les météorologues britanniques lancent une nouvelle expérience de calcul distribué qui devrait durer jusqu’en 2005
 

Une vaste expérience de modélisation climatique faisant appel au calcul distribué a été lancée, le 12 septembre 2003, par des météorologues britanniques. Elle devrait impliquer deux millions d’utilisateurs d’ordinateurs personnels dans le monde. Son but : parvenir à réduire la marge d’erreur des modèles de prédiction du climat utilisés aujourd’hui.

Toute personne possédant un PC récent (466 MHz minimum) peut télécharger sa propre version du modèle climatique développé par le bureau météorologique britannique (Met Office) et plusieurs universités, dont celles de Reading et d’Oxford sur le site climateprediction.net.

Les calculs nécéssaires à ce programme s’effectueront sur les ordinateurs des volontaires, pendant les périodes d’inactivité de leur processeur. Une fois terminée, l’analyse lancée sur chaque ordinateur sera retransmise aux météorologues via l’internet. Sur une machine équipée d’un processeur de 800 MHz, les calculs devraient prendre 12 semaines. Le programme (7,57 MB) ne fonctionne pour l’instant que sous Windows. Une version sous Linux devrait bientôt être disponible.

Les modèles climatiques développés aujourd’hui un peu partout dans le monde, dans le but de prédire l’évolution du temps pour le prochain siècle, comportent une large part d’incertitude. Le modèle utilisé par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) dans son rapport 2001 table sur une augmentation des températures comprise entre 1,4 et 5,8°c d’ici à 2100. Les spécialistes cherchent à ressérer cet écart.

Il y a deux façons de réduire l’incertitude d’un modèle scientifique. La première consiste à le faire "tourner" en le nourrissant de données de départ de plus en plus fiables. Ce processus d’amélioration est très long. Dans le cas de la prédiction climatique, il passe par une collecte de données météo toujours plus denses et précises.

Des centaines de paramètres

La seconde (celle utilisée par climateprediction.net) permet de contourner cette contrainte, qui demande à la fois beaucoup de temps et beaucoup d’argent. Elle vise à tester tout l’éventail des hypothèses disponibles - et entre lesquelles on ne sait pas vraiment trancher - en vérifiant lesquelles sont capables de reproduire avec succès les évolutions passées du climat.

Le projet britannique, d’abord baptisé Casino 21 en référence à cette méthode aléatoire de validation des données, va faire tourner des centaines de milliers de versions différentes d’un même modèle, dans lesquelles les données de départ varieront à chaque fois un petit peu. Les modèles qui n’auront pas reproduit correctement l’évolution de la météo passée seront rejetés.

Le programme débute par des calculs effectués à partir de données prélevées depuis les océans (telles que le taux de salinité, par exemple). Cette analyse devrait prendre fin mi-2004, date à laquelle débutera la partie essentielle de l’expérience : la simulation du climat de 1950 à 2000. Les paramètres validés au cours de cette phase seront ensuite testés sur une simulation anticipant le changement climatique sur une période allant de 2000 à 2050.

"Il est fondamental que nous réussissions à réduire l’incertitude de nos modèles, afin de les rendre plus crédibles", explique le Dr Myles Allen, à l’origine de climateprediction.net. "Si les modèles actuels surestiment la rapidité et l’importance du changement climatique, nous pourrions être amenés à investir d’immenses quantités d’argent pour lutter contre un phénomène qui n’est pas si grave que ça. Dans le cas contraire, nous risquons d’agir trop peu et trop tard en croyant à tort que les changements seront mineurs et progressifs", précise le physicien.

La technique mise en oeuvre par les chercheurs britanniques permet de gagner un temps précieux en partageant les calculs sur des dizaines de milliers d’ordinateurs de bureau classiques. Un calcul qui aurait pris des années s’il avait été lancé sur un nombre restreint de super-calculateurs. Le principe du calcul distribué a été rendu célèbre par Seti@home, une expérience lancée en 1999 par l’université californienne de Berkeley, dont l’objectif consiste à rechercher d’éventuelles communications extraterrestres à travers l’analyse de l’activité radio céleste. Pour l’instant, aucune présence extra-terrestre n’a été décelée. L’expérience climateprediction.net devrait rencontrer plus de succès...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse