21 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/05/2001 • 23h59

Laurent Edel, ex-Président de la Republic

archmag14
Ancien maître des lieux de l’incubateur parisien, Laurent Edel s’est rabattu vers le business development.

C’était le 2 mars 2000. Jacques Chirac s’enfonçait sous un porche du XIe arrondissement. Il entrait à Republic Alley, un immeuble qui se voulait LE lieu branché des start-ups, le symbole de la nouvelle économie. Au printemps dernier, une douzaine de jeunes pousses étaient installées dans l’immeuble, partageant, explique Laurent Edel, 31 ans, « un esprit communautaire, c’est-à-dire des rites d’échange d’informations et de relations, le plus spontanément possible et souvent au cours d’événements que nous organisions ». La fun economy en action ? « Je crois juste qu’un climat convivial favorise les contacts d’affaires, dit toujours Edel. Nous invitions donc des investisseurs, des partenaires, des journalistes à nous rencontrer autour de quelques chips, de bouteilles de vin et de gobelets plastiques. » Aujourd’hui, Republic Alley aura plus de mal à faire venir le président de la République. Et Laurent Edel n’est plus patron de l’incubateur.

Rêves d’aventures

Pourtant, Edel n’était pas un nouveau venu dans la nouvelle économie. Ses convictions, il les a acquises au cours d’un long séjour dans la Silicon Valley pour le compte de l’Atelier BNP-Paribas que dirige Jean-Michel Billaut. « Là-bas, j’ai découvert un écosystème fascinant à vivre : l’économie des nouvelles technologies prospérait grâce au soutien du capital-risque et aux échanges d’expériences permanents entre les entrepreneurs », se souvient-il. À son retour, il conseille les sociétés de BNP-Paribas mais, frustré de « [se] sentir fonctionnaire tout en côtoyant des entrepreneurs dont le rythme de vie [le] fascinait », il finit pas quitter l’Atelier. Edel se rêve plutôt en aventurier, plus proche d’un Ferdinand de Lesseps perçant le Canal de Suez que des golden boys du Bûcher des Vanités, qu’il est en train de lire.

En octobre 1999, il fonde donc Nshow, pour organiser des rencontres entre investisseurs et start-ups à la recherche de fonds. Le démarrage est lent, trop lent, alors que, parallèlement, les start-ups installées à Republic Alley se tournent vers lui pour d’autres besoins : infrastructures techniques, relations presse, recrutement… De là naît l’idée d’un incubateur, qu’il concrétise, en avril 2000, avec Charles Madeline et Gilles Labossière. Dans un climat porteur et spéculatif, tout semble simple. Laurent Edel a « l’impression de secouer une France un peu endormie, refusant le progrès technologique ». Il se sent appartenir à une génération de jeunes qui bousculent la hiérarchie. Il est fier d’entendre Jacques Chirac parler de « France qui gagne » lors de sa visite. Aucun doute : on parle de lui.

Un rien parano

Les défaillances du rêve américain made in France et les difficultés de Republic Alley à boucler sa deuxième levée de fonds (un tour de table de 42 millions de francs a finalement été annoncé en janvier 2001) ont ramené Laurent Edel sur terre. « On a peut-être péché par excès d’optimisme et aveuglement. J’apprends aujourd’hui qu’il est compliqué de construire une entreprise », reconnaît-il désormais. « Que la netéconomie soit rentrée dans une phase adulte est une bonne chose », précise-t-il. Mais l’atmosphère de suspicion qui a remplacé l’euphorie l’énerve : « Nous ne volons personne, nous ne faisons que construire des projets. » Un peu parano, il s’inquiète donc de savoir si ce portrait sera gentil ou méchant. « J’ai autour de moi des gens qui en ont marre de servir de boucs émissaires pour expliquer les problèmes de la nouvelle économie. Les entrepreneurs ne sont pas les seuls responsables. On devrait poser plus de questions aux investisseurs qui ont créé la bulle spéculative », justifie-t-il.

À l’heure de la professionnalisation de la netéconomie, Laurent Edel trouve-t-il encore sa place ? Il a cédé son fauteuil de président de Republic Alley, que se partagent Charles Madeline et Gilles Labossière, et se charge désormais du business development. « Je continue de m’amuser en cherchant des partenariats et des débouchés pour les start-ups de l’incubateur », assure-t-il.

Dossier : Que sont devenues les stars des start-ups ?

Oriane Garcia, elle habille son chien en Vuitton

Gilles Ghesquière est en vacances

Chine Lanzmann en attente d’un nouveau job

Jean-David Blanc La dernière séance ?

Michel Meyer s’embourgeoise chez Lycos

Nicolas Gaume, malheureux au jeu

Jérémie Berrebi, le gamin aux 10 000 cartes de visite

Joël Palix, Y a-t-il une vie après Clust ?

Fabrice Grinda Consultant, faute de mieux

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse