14 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/08/2001 • 11h21

L´âge de raison

archmag16
À 21 ans, Renaud Deraison est connu partout dans le monde. Nessus, son logiciel libre pour tester la sécurité des serveurs informatiques, s’est imposé là où il n’y avait plus grand-chose.

« J’étais là au bon moment, c’est une question de chance. » Renaud Deraison a le triomphe modeste. Dans le monde entier, les spécialistes de sécurité informatique connaissent son bébé, Nessus. Un logiciel libre de test de vulnérabilités. Entamé en janvier 1998 comme un projet informatique privé, Nessus s’est imposé là où il n’y avait plus grand-chose. Satan, programme mythique de détection des failles d’un serveur, n’était plus mis à jour. Sa pertinence déclinait. Saint, son « successeur » est, pour sa part, arrivé six mois après Nessus.

Mais il n’y a pas que la chance ou le timing. Renaud Deraison, 21 ans aujourd’hui, l’admet : Nessus lui a demandé beaucoup de travail et de temps. L’informatique, ce grand brun efflanqué connaît : il en tâte depuis l’âge de douze ans. Et il s’est vite entiché de sécurité, un univers peuplé de backdoors, de virus et de chevaux de Troie. Mais n’allez surtout pas confondre ce Parisien, au look propret d’étudiant de Science-po, avec un vilain pirate (forcément à cheveux longs et boutons...) : « Mon truc, c’est de trouver une faille, pas de l’exploiter  », confie-t-il. Et pourquoi avoir choisi de faire un logiciel libre ? «  Parce que c’était un moyen de rendre à la communauté ce qu’elle m’avait apporté  », répond-il, comme tout bon informaticien qui a tâté du Linux. Mais aussi parce que les logiciels commerciaux bénéficient de millions de dollars d’investissements. Lui ne pouvait pas s’aligner. Alors comment gagner de l’argent avec Nessus ? En montant une société de support, qui aide les entreprises à installer et à personnaliser le programme, selon leurs besoins. Mais le chasseur de bugs a pour l’instant moins de chance avec le business. Faute de pouvoir convaincre les utilisateurs de son logiciel de payer pour améliorer un produit gratuit, Renaud devrait bientôt mettre la clé sous la porte. Plutôt rageant, lorsque l’on sait qu’une quinzaine d’autres boîtes gagnent de l’argent grâce à Nessus : elles vendent comme service le fait de lancer le logiciel à l’assaut des réseaux pour y déceler des failles de sécurité. Certaines n’analysent même pas le rapport fourni par Nessus, ce qui, pour le client, n’a aucun intérêt. Mais Renaud s’en moque. Il a déjà en tête de monter une autre société, sur un filon qui, cette fois, sera le bon. Mais, chut, il n’en dira pas davantage. De toute façon, il a l’habitude de se débrouiller seul. Si la notoriété de Nessus lui vaut d’intervenir dans de grandes conférences, comme Black Hat en 2001, il n’a jamais reçu d’aide de la communauté Linux. Les fans du pingouin ne s’intéressent guère au développement de Nessus. Linux.com a même refusé de passer des bandeaux publicitaires pour le logiciel. Quant aux spécialistes de la sécurité, certains font valoir des défauts de programmation dans le logiciel de Renaud Deraison. «  Il y a trois ans, je n’étais pas un bon programmeur. Je ne sais pas si je suis meilleur aujourd’hui, mais je travaille à l’amélioration du code tant que cela ne remet pas en cause la stabilité de l’ensemble. Nessus marche bien parce que ça ne plante pas.  » Pour un logiciel de sécurité, c’est une qualité première.

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse