18 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/07/2001 • 19h01

Amazon n´est pas un long fleuve tranquille

Amazon n’en finit pas de perdre de l’argent, mais continue de survivre. Entre de mauvais résultats et l’annonce d’un accord avec AOL, les analystes s’arrachent les cheveux.

Amazon n’en finit pas de surprendre et de faire tourner les sangs du marché. Icône, pionnier, star et totem de la nouvelle économie, le leader mondial de la vente en ligne vient d’aligner son 17ème trimestre déficitaire consécutif et reste pourtant une des seules grandes dotcoms de l’e-commerce encore en vie. Pour le deuxième trimestre 2001, le PDG Jeff Bezos a annoncé des pertes nettes moins importantes que prévu (168,3 millions de dollars contre 317 pour le même trimestre en 2000), mais une croissance du chiffre d’affaires (CA) en baisse (16 % de hausse du CA à 668 millions de dollars, contre 680 selon les prévisions).

Pire, les prévisions pour le reste de l’année ont été revues à la baisse : le chiffre d’affaires ne devrait finalement augmenter que de 10 à 15 %, bien moins que les 20 à 30 % annoncés en fin d’année et un recul spectaculaire, par rapport aux 68 % de hausse en 2000. Pour nuancer ces mauvaises nouvelles, Amazon a choisi de révéler, le même jour, un accord avec AOL renforçant la collaboration déjà existante entre les deux géants. AOL investit 100 millions de dollars en achat d’actions et utilisera, en contrepartie, les outils techniques d’Amazon pour sa propre boutique Shop@AOL. Amazon doit également, sur son site, jouer les rabatteurs pour le service de fournisseur d’accès du leader mondial AOL.

Fournisseurs nerveux

Si Amazon claironne toujours qu’il atteindra (enfin) le nirvana de l’équilibre financier à la fin de l’année, les analystes sont de plus en plus perplexes. Selon une logique décrite, tout d’abord, par l’analyste américain Ravi Suria, l’année dernière, il pourrait même se retrouver acculé au dépôt de bilan d’ici quelques mois. En effet, cet analyste prévoit que la rapide baisse des réserves de cash d’Amazon va rendre ses 10 000 fournisseurs de plus en plus nerveux et les pousser à demander des paiements anticipés ou réduire leurs volumes, ce qui ne fera qu’accélérer le processus. Ce genre d’alerte n’est pas la première du genre et Amazon vit une relation d’amour et de haine avec le marché depuis des années maintenant. Comme tous, Amazon a besoin d’un scénario plausible pour convaincre les faiseurs de pluie et de beau temps boursiers. À l’annonce de la réduction inattendue de ses pertes, en avril dernier, ceux-ci avaient été bien contents de souscrire à cette embellie et le titre avait bondi de 45 % en quelques jours.

Aujourd’hui, la baisse du chiffre d’affaires, dans le contexte d’effondrement de l’e-commerce, remet en cause cette stratégie de sauvetage par la croissance du CA : alors qu’ils étaient 20 millions à avoir acheté sur Amazon en 2000, celui-ci ne devrait servir qu’une dizaine de millions de clients cette année. Dans le détail, Amazon est face à un dilemne : les produits "historiques" (livres, vidéos, CD) sont devenus rentables, mais leur progression des ventes est très faible - seulement 2 %. À l’inverse, les ventes de matériel électronique, plus récentes, bondissent de 56 %, mais ce secteur est lourdement déficitaire. Enfin, faut-il le rappeler, Amazon n’a pu se développer exponentiellement pendant l’âge d’or des dotcoms qu’en accumulant une dette colossale de 2,7 milliards de dollars dont les intérêts grèvent toujours ses résultats.

Augmentation des réserves de cash

Pour sa défense, Amazon avance bien sûr les 100 millions de dollars "frais" qu’AOL lui amène. S’ils ne pèsent que 2,1 % dans le capital, ils augmentent d’environ 60 % les maigres réserves de cash. Pour ce qui est des résultats, Jeff Bezos, ancien homme de l’année de Time Magazine, assure avoir volontairement préféré le "bottom-line" au "top-line", comprenez la réduction des pertes plutôt la croissance du chiffre d’affaires. Le marché boursier, lui, a sanctionné ce revirement en ramenant le cours de l’action à 11,60 dollars, cet après-midi, soit plus de 30 % de baisse depuis la clôture de vendredi dernier. Après le marchand de jouets Etoys, le commerçant culturel Bol ou l’épicier Webvan, le marché ne peut se résoudre à voir mourir le "Wal-Mart d’Internet" et avec lui tous les espoirs d’avenir pour l’ecommerce. Le nom d’Amazon, cette marque inestimable, est peut-être la dernière chose qui sauvera l’entreprise pionnière, encore et toujours.

http://www.amazon.com
http://www.amazon.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse