15 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/07/2001 • 12h34

Le gratuit, c´est fini

Le débat sur la gratuité est lancé. Et il mérite vraiment qu’on s’y arrête car ce qui est gratuit est parfois très cher.

Revenons aux origines d’Internet. À l’époque, des universitaires qui publiaient gratuitement sur le Réseau. Tout le monde (soit, en ce temps-là, peu de monde) était content. Et cette marque, le gratuit, est restée comme la pierre fondatrice d’Internet. Peu à peu, des amateurs (au sens noble) ont envahi le Réseau pour apporter leur contribution à l’édifice. Tout le monde peut, gratuitement, profiter de leur travail, de leur passion. Même si rien, en fait, n’est vraiment gratuit.

Qui payait les universitaires ? Vous, moi, l’...tat. Ou, pour les chercheurs du privé, des entreprises qui répercutent ces budgets sur le prix de vente des produits. Pourquoi les universitaires publiaient-ils en ligne ? Pour se faire connaître autant que pour partager leurs connaissances. La reconnaissance par leurs pairs est très importante : c’est ainsi qu’ils peuvent obtenir de meilleurs postes, de nouveaux budgets de recherche, etc. Pour les chercheurs du privé, l’équation était la même : recherche de reconnaissance, pour eux ou leur travail. Si l’accès à leur publication se faisait sans bourse délier, il n’y avait parfois rien de gratuit dans l’acte de diffuser l’info. Pour les "amateurs", il y a aussi un désir profond de communiquer, mais aussi, chez beaucoup, de se mettre en valeur d’une façon ou une autre. Sentiment hautement respectable mais qui ne correspond pas, dans la plupart des cas, à un pur acte gratuit.

Revenons à 2001. Pourquoi imaginer un mode de rémunération, quel qu’il soit, pour l’information ? Je répondrais par une autre question : quelle est la valeur qui, aujourd’hui, a réellement de l’importance ? Le temps. Notre temps. Le votre, le mien. Nous courrons tous derrière le temps. Et Internet, justement, peut nous permettre d’en gagner un peu. Les sites d’information professionnels affichent clairement la couleur : ce qu’ils cherchent, c’est à gagner leur vie. Pouvoir payer les salaires, le loyer, les charges. Et leur argument, pour les plus professionnels d’entre eux, c’est qu’ils vont nous faire gagner du temps. Pour rechercher une info, vous avez deux solutions : vous pouvez vous lancer dans le grand bassin du Net, y passer du temps, beaucoup de temps, à surfer. Et si vous savez y faire, il y a de grandes chances que vous trouviez l’info sans bourse délier. Mais vous pouvez, aussi, vous rendre sur un site professionnel qui, pour vous, aura vérifié, validé, certifié l’info par une enquête. C’est une autre démarche, qui vous fait gagner des heures. Et cela a un prix. Faisons le calcul. Si vous gagnez 10 000 francs net par mois, une heure de travail vaut (sur une base 35 heures hebdomadaire) 67 francs net. Si vous passez une heure à chercher une info sur les sites gratuits, cette info vous aura donc coûté 67 francs. Sur un site payant, vous la trouverez en 10 minutes et elle vous reviendra ainsi à 21 francs maximum : 10 francs l’article (ce qui serait hors de prix, la plupart des sites pratiquent des tarifs moins élevés) + 11 francs (10 minutes de votre temps).

Chacun, maintenant, met un prix différent sur une même information. Et tout le monde n’a pas les mêmes contraintes de temps. Un internaute qui adore surfer n’acceptera jamais de donner de l’argent à un site pour quelque chose qu’il peut trouver tout seul, même plus difficilement, en payant avec des heures de recherche ; un autre, qui considère que gagner du temps est une priorité, aura, plus souvent, envie de faire confiance à des journalistes dont c’est le métier. Et qui en vivent, logiquement. Le merveilleux du Web, c’est que toutes les logiques sont acceptables. Tout le monde a raison. Mais il ne faut pas l’oublier : tout a, tout de même, un prix.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse