22 09 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/04/2003 • 16h09

Imbroglio autour de l’installation de bornes Wifi dans le 13e, à Paris

Deux associations "wifistes" sollicitées pour le marché, puis oubliées par la Mairie de Paris

France Télécom serait sur le point prendre en charge la mise en place d’un réseau de connexion sans fil à internet (réseau Wifi) dans le 13ème arrondissement. Un réseau qui a pourtant fait l’objet d’un appel d’offres lancé auprès de deux associations, actives dans le domaine du déploiement du Wifi depuis des années : Paris-SansFil et France Wireless. Un réseau dont la mise en place, selon les associations concernées, ressemble plus à un coup de pub en faveur d’un homme politique qu’à une volonté de permettre l’accès du grand public au haut débit...

Fin 2002, Jérome Relinger, un informaticien conseiller d’arrondissement à la mairie du 13e, souhaite lancer une expérience pilote en matière de Wifi. Il décide la mise en place de six "hot spots" (des points d’accès au réseau auxquels les possesseurs d’ordinateurs portables ou de PDA peuvent venir se connecter) dans des quartiers de l’arrondissement. Il est pressé. Barbara Lux, sa collaboratrice, explique : "Il voulait être un des premiers à faire connaitre les avantages du Wifi au grand public. Il comptait distribuer des cartes d’accès Wifi à une centaine de volontaires et organiser un gros coup médiatique."

Très vite, le projet obtient l’aval de la Ville de Paris qui accepte de subventionner l’opération. Un tiers de l’argent doit servir à la mise en place des "hot spots", deux tiers à la communication autour de l’opération. La mairie du 13e lance un appel d’offres pour la fourniture du matériel et la mise en place du réseau.

Deux associations spécialistes du Wifi répondent : Paris-SansFil et la fédération France Wireless. Côté Paris-SansFil, le projet ne fait pas l’unanimité. "L’idée que les hot spots soient réservés à un groupe restreint d’utilisateurs allait à l’encontre de notre volonté de permettre au plus grand nombre d’accéder au Wifi, explique Thomas Papiernick, l’un des membres fondateurs de Paris-SansFil. On a senti qu’il s’agissait plus de faire mousser Jérôme Relinger auprès de ses supérieurs que de permettre l’accès au haut débit au plus grand nombre."

Chez France-Wireless, l’appel d’offres est pris plus au sérieux, même si les membres considèrent eux aussi que la part du budget consacrée à la médiatisation est disproportionnée par rapport à l’argent destiné à la mise en place du réseau. L’association rend à la Mairie du 13e un dossier soigneusement construit, qui répond parfaitement au cahier des charges. "Le devis était cher, mais nous avions prévu suffisamment de matériel, du personnel rétribué et surtout, des moyens de sécurisation dignes de ce nom", explique Marc Revial, président de la fédération France Wireless.

Le 28 janvier 2003, Jerôme Relinger contacte les deux associations : il préfère l’offre de Paris-SansFil, "dont le projet coûtait bien moins cher", précise Barbara Lux. Côté France Wireless, qui a pris connaissance du projet Paris-SansFil, c’est la surprise. En mars 2003, son président Marc Revial envoie un mail à Jérome Relinger, lui précisant que les mesures de sécurisation des données prévues par Paris-SansFil ne sont pas suffisantes.

Aujourd’hui, Marc Revial explique : "L’authentification de la connexion prévue par Paris-SansFil devait se faire uniquement sur le matériel, via les adresses Mac (numéros de série de cartes réseau, Ndlr) des cartes Wifi distribuées par la mairie." Il ajoute : "Aucune authentification des utilisateurs n’était prévue. Outrepasser cette pseudo protection aurait demandé moins d’une minute : quelle contre-publicité pour le monde du Wifi, déjà pointé du doigt pour ses problèmes de sécurité !"

Souhaitant obtenir des explications sur le choix de la mairie du 13e, un des membres de France Wireless contacte directement Pierre Rival, le directeur de Cabinet de Danièle Auffray, adjointe de Bertrand Delanoé en charge des nouvelles technologies. Pierre Rival répond que la Mairie de Paris n’est finalement "pas pressée de financer un projet Wifi", et que de toute façon, "un opérateur s’annonce prêt à payer pour mettre ce réseau en place" !

De quel opérateur peut-il s’agir ? Chez France Télecom, qui propose depuis quelques mois des services de mise en place de réseaux Wifi, l’attaché de presse reste prudent : "Il est possible que nous participions à cette opération dans le 13e arrondissement, mais France Télécom ne communique pas sur les contrats commerciaux tant qu’ils ne sont pas signés."

Une affaire à suivre pour savoir qui, des opérateurs ou des associations, emportera le budget destiné à la création du réseau. A moins que le projet pilote du 13e, concurrencé par une opération similaire menée dans le 3e arrondissement, ne tombe définitivement aux oubliettes.

Il y a encore deux ans, le Wifi était réservé à quelques spécialistes de l’informatique voulant connecter plusieurs ordinateurs sans fil avec du haut débit. Cette solution, qui utilise des ondes radio, était aussi perçue comme une alternative peu coûteuse au câble et à l’ADSL, et particulièrement utile pour se connecter à internet dans les régions peu peuplées, oubliées par les opérateurs. Aujourd’hui largement médiatisé, élevé au rang de phénomène de mode, le Wifi représente un enjeu commercial dont bon nombre d’administrations, d’entreprises et d’opérateurs comptent bien tirer profit. Bien loin des idées communautaires défendues par les pionniers de cette technologie...

Le site de France Wireless:
http://www.wireless-fr.org

L’ancienne version du site de Paris-SansFil:
http://www.paris-sansfil.net

La nouvelle version du site de Paris-SansFil:
http://www.paris-sansfil.info

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse