19 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/05/2002 • 13h02

L’appropriation du vivant n’est pas acceptable

Jean-François Mattéi, nouveau ministre de la Santé et auparavant député Démocratie libérale, est un opposant de longue date aux brevets sur le vivant. Pour des considérations éthiques avant tout, mais aussi pour des raisons économiques, comme il l’explique dans cette interview réalisée avant sa nomination au poste de ministre.

Les propos ci-dessous ont été recueillis le 11 avril 2002, à l’issue d’un petit-déjeuner organisé par l’association France Biotech, le lobby des professionnels du secteur des biotechnologies. À l’époque, Jean-François Mattéi était député, président du groupe parlementaire Démocratie libérale à l’Assemblée nationale, initiateur de la pétition contre la brevetabilité du vivant. Et farouche opposant aux disposition de la directive européenne de juillet 1998 qui autorise des brevets sur la matière vivante. Le 7 mai 2002, Jean-François Mattéi a été nommé ministre de la Santé, de la famille et des personnes handicapées.

Pourquoi êtes-vous opposé au brevetage du vivant ?

L’appropriation du vivant, même pour une période limitée comme la durée d’un brevet, n’est pas acceptable. C’est une question de principe. D’une part parce que la connaissance, la simple découverte, ne doit pas être brevetable, c’est le patrimoine de l’humanité. Seule l’innovation doit pouvoir être protégée par la propriété intellectuelle. D’autre part, mon combat est exclusivement attaché au sujet du vivant humain, qui pose des problèmes éthiques particulièrement aigus.

Une restriction de l’étendue des brevets n’impose-t-elle pas aux sociétés de biotechnologies de revoir leur modèle économique ?

Les industriels aimeraient faire croire qu’interdire de breveter les éléments vivants qui existent à l’état naturel conduirait à leur ruine, mais c’est faux ! L’approche des start-up, c’est d’obtenir des titres de propriété intellectuelle tous azimuts afin de pouvoir lever des fonds en faisant miroiter les espoirs de rentabilité. Les grandes multinationales de l’industrie pharmaceutique ont, elles, compris qu’elles ne pouvaient pas breveter la connaissance, car cela leur ferait courir le risque, pour leurs innovations futures, de dépendre les unes des autres. Or, ce sont les Etats-Unis qui ont déposé 60 % des gènes identifiés, suivis par l’Angleterre avec 30 %. La France, par comparaison, n’a dans son portefeuille que 3 % des gènes identifiés. La brevetabilité pourrait donc coûter extrêmement cher à l’industrie française.

Utiliser la position relative de la France dans la compétition mondiale autour des biotechnologies pour combattre la brevetabilité du vivant ne risque-t-il pas d’affaiblir le caractère éthique de votre démarche ?

C’est totalement second par rapport aux préoccupations éthiques. Mais l’argument économique et la menace de dépendance de la recherche française sur les brevets américains touchent plus les professionnels du secteur des biotechnologies. L’argument éthique, je le réserve pour l’Assemblée nationale et pour sensibiliser le grand public.

Où en est votre pétition contre le brevetage du vivant et contre la transposition de la directive européenne ?

Depuis son lancement en avril, nous avons recueilli plus de 13 000 signatures. Le plus significatif, c’est de regarder les signatures d’institutions prestigieuses, comme la Ligue nationale contre le cancer, l’Association française contre les myopathies, Médecins du Monde, la Croix rouge. Et cela porte ses fruits, puisque la révision de la loi de bioéthique de janvier 2002 inclut une disposition contre la brevetabilité du vivant,. De la même manière, le projet de transposition de la directive en discussion à l’Assemblée nationale fait l’impasse sur son article 5, celui qui permet de breveter le vivant.

Reste que, selon les règles de l’Union européenne, la directive s’impose aux législations nationales, sans même attendre la loi de transposition. Comment gérer cette contradiction ?

Les ministères de la Santé et de la Recherche ont suggéré de recourir à des licences obligatoires lorsque les conditions dictées par le détenteur d’un brevet sur une séquence génétique constituent un risque pour la santé publique. Ce n’est qu’une manière de contourner le problème, en évitant soigneusement de poser les questions éthiques. Nous réclamons donc que la directive soit renégociée, pour éviter une contradiction à long terme.

Quelle chances d’obtenir une révision de la directive ?

Dans tous les pays démocratiques, les lois en vigueur peuvent être abrogées ou amendées par les parlementaires lorsqu’elles sont controversées. Si l’Union européenne ne le permet pas, c’est grave.

Le site de Jean-François Mattéi:
La pétition contre les brevets sur le vivant:
http://www.soshumangenome.com
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse