18 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/02/2002 • 19h17

"Avec internet, les citoyens peuvent maîtriser leur parole de bout en bout ”

Olivier Blondeau, sociologue, prépare une thèse sur les nouvelles formes de militantisme sur Internet. Du syndicat virtuel Ubifree, monté en 1999, jusqu’à l’affaire Je Boycotte Danone, naissance d’une citoyenneté sur le Réseau.

Des histoires comme Ubifree, AOL, Danone etc. peuvent-elle être considérées comme de nouvelles formes de militantisme ?

-  Ce sont, avant tout des formes de prise de position qui se font de manière très différente en fonction d’où elles viennent et de qui les initie. Ces dix dernières années sur Internet il y a eu des mouvements qui ne sont pas nécessairement originaires de la gauche ou d’une quelconque tendance politique. L’exemple le plus récent est la grogne des médecins et des gendarmes. Internet permet à des individus de poser un acte de parole et de le diffuser par-delà les clivages politiques traditionnels.

Quelles raisons poussent certains internautes à prendre la parole sans recourir aux formes de médiations traditionnelles ?

Une idée a émergé ces dernières années. Celle de vouloir maîtriser sa parole de bout en bout. Du moment où elle est émise jusqu’au moment où elle est reçue. Les mouvements étudiants de 1986 montraient déjà une vraie volonté de maîtriser une action revendicatrice sans une représentation syndicale qui la pilote. Plus anciennement, cette volonté a été l’une des composantes de l’histoire du mouvement ouvrier, mais elle a été étouffée par les grandes centrales syndicales. Les citoyens ont l’impression que les politiques ne sont pas à leur écoute et notamment les forces qui traditionnellement relayaient les mouvements sociaux.

La prise de parole n’est pas seulement politique, sur d’autres sujets, elle se passe aussi des médiateurs existants, pourquoi ?

Prenons l’exemple des associations de consommateurs. En France, c’est une tradition qui existe finalement assez peu. Depuis quelques années, via quelques affaires et l’émergence de revendication sur le commerce équitable, apparaissent des sites sur des questions de consommation. Mais ceux-ci suivent davantage une logique de lutte qu’une logique de co-décisions avec les entreprises ou même l’Etat. L’histoire du site jeboycottedanone l’illustre bien. L’élan de départ conteste le plan de licenciement de Danone. A l’arrivée, le Réseau voltaire, fidel à sa tradition, décide de défendre le site sur une question de liberté d’expression pour l’essentiel. L’histoire a changé de configuration en cours de route.

Le réseau crée-t-il pour autant une nouvelle forme de médiation ?

Les personnes qui ont une démarche militante sur Internet finissent assez vite par se rencontrer et créer des réseaux. Plusieurs effets se conjuguent : l’initiative individuelle, la mise en réseau, une certaine audience et l’effet multiplicateur de l’Internet. C’est le passage à la réalité qui s’avère ensuite plus complexe. Toutefois lorsqu’un mouvement fait parler de lui sur Internet, il influence le réel. AOL, par exemple, ne pouvait pas se permettre une contre publicité durable sur Internet. Les manifestations, lors du G8 à Gênes, montrent comment Internet a assuré l’infrastructure d’information et la logistique des mouvements contestataires. Le net ouvre assurément un nouveau canal de contestation.

La multiplication des sites sur des causes particulières permet-elle d’élargir le champ des revendications ou fractionne t-elle le débat social ?

Je ne crois pas trop à l’effet fractionnant. Au contraire sur Internet, il y a eu d’emblée une volonté, via les listes de diffusion et les pages de liens, de créer des articulations. L’existence de tous ces sites suggère une question de fond. À une époque où, peu de partis abordent de manière sérieuse la question de projet de société, ces mouvements épars dessinent le rejet du projet de société tel qu’il existe actuellement. Ils esquissent aussi des modes opératoires de militantisme et rétablissent des valeurs oubliées. Le débat, la discussion, l’entraide. Même les sites de défense des consommateurs peuvent défendre un intérêt général. Ils vont souvent plus loin que la simple mise en avant d’un litige marchand. En arrière plan, ils proposent une critique de la consommation sur le réseau. Les internautes, quelque soit leur objet, se réunissent pour préserver leur identité individuelle autant que pour défendre un intérêt commun.

* Cette interview a été publiée dans Transfert magazine n° 21, février 2002.

Le site d’Olivier Blondeau
http://www.freescape.eu.org/eclat/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse