24 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/02/2002 • 18h36

Fournisseurs d´accès : à vos poches !

L’association des Webproducteurs propose de mettre en place un système de redistribution d’une part des revenus des fournisseurs d’accès à Internet pour soutenir la production de contenus sur le Net.

Créée en novembre 2000, l’association des webproducteurs regroupe aujourd’hui une cinquantaine de sociétés de création et de production de contenus multimédia, dans tous les domaines : animation, jeu, fiction, édition, documentaire, musique, etc. L’année dernière, elle a organisé, en France et à l’étranger, des soirées de présentation des productions de ses membres pour leur permettre de vendre leurs programmes. Elle sert également d’ombrelle pour une présence groupée sur plusieurs salons professionnels (Milia, Mipcom...).

A côté de ces activités promotionnelles, l’association a aussi pour mission d’assurer une représentation syndicale des professionnels du secteur. Elle a déjà obtenu le soutien financier du centre national de la cinématographie (CNC) et du ministère des Affaires étrangères pour organiser ses réunions de promotion. Aujourd’hui, dans une conjoncture difficile, elle propose de prélever une partie des revenus des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) pour mettre en place un fonds d’aide à la production. Le point avec Charles-Antoine de Rouvre, 33 ans, délégué général des Webproducteurs.

Où en est le marché de la production de contenu en ligne en France ?

Les producteurs sont désormais perçus comme des professionnels disposant d’un savoir-faire et apportant une valeur ajoutée utilisable pour générer de l’audience ou de l’image, et non comme des gamins bidouillant dans leur chambre. D’ailleurs d’autres supports sont venus les chercher : certains font ainsi de l’habillage pour des chaînes de télévision, d’autres leurs vendent leurs webcartoons, d’autres encore produisent des jeux pour les PDA ou la télévision interactive.

Deuxième victoire, nous sommes parvenus à montrer la valeur du contenu, ce qui veut dire la faire payer. Une logique économique où les producteurs cédaient gratuitement leurs contenus en échange de visibilité n’était pas tenable. C’est comme si une chaîne de télé demandait à un producteur audiovisuel de lui donner Fabio Montale parce que c’est bon pour son image ! Cette évolution positive a amené les éditeurs et les diffuseurs à prendre conscience qu’il leur fallait un budget d’achat ou de coproduction pour ces contenus.


Le problème, c’est qu’avec la crise, les éditeurs et diffuseurs ont considérablement réduit, voire supprimé ces budgets. Par exemple, Wanadoo a décidé de n’avoir aucun budget d’achat ou de coproduction sur 2002. Quelques sociétés de production de contenu ont donc fermé leurs portes. Et surtout, celles qui existent encore font travailler beaucoup moins d’intermittents pour s’adapter au volume de commandes.

Pourquoi proposez-vous de faire payer les FAI pour financer le secteur

Parce que, paradoxalement, le marché est en pleine forme. L’ambiance a beau être morose, tous les fournisseurs d’accès annoncent, les uns après les autres, qu’ils atteignent la rentabilité ! Si on instaure un principe de redistribution aux éditeurs de sites d’une petite partie de leurs revenus, on transforme un cercle vicieux en cercle vertueux. En effet, cela permet aux éditeurs d’investir dans de la production. Mais les FAI s’en sortiront eux aussi gagnants car ils augmentent ainsi la tentation des internautes de prendre une connexion à haut débit, sur laquelle les FAI réalisent une forte marge.

Si, au contraire, les internautes constatent un appauvrissement du contenu sur Internet, le nombre d’abonnement risque de stagner. Pourquoi, en effet, avoir du haut débit et payer 300 balles si c’est uniquement pour envoyer des mails ?
On a d’ailleurs eu un très bon exemple de modèle économique réussi : le minitel. France Telecom prélevait en amont sur les communications, en reversait une partie aux éditeurs, qui fournissaient du service gratuit. Pourquoi ne pas s’inspirer de ce modèle ?

Sous quelle forme envisagez-vous ce prélèvement ?

Nous ne proposons pas un modèle figé, nous avons simplement développé un principe. C’est un concept intéressant parce qu’il peut être étendu aux droits d’auteurs, à la musique en ligne, etc. La société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) soutient d’ailleurs notre démarche, et le GESTE (le groupement des éditeurs de services en ligne) nous a lui aussi contacté.
Aujourd’hui, l’Internet s’est scindé, grosso modo, en trois parties. D’une part les pages perso, tout et n’importe quoi, intéressant ou pas, qui n’a pas besoin de se construire une économie. D’autre part le web marchand, pou faire ses courses ou regarder un film en payant la séance, qui a, par nature, son économie. Et enfin le web média, celui des contenus, qui fait le plus fantasmer les gens mais n’a pas encore trouvé son modèle économique. Un système de redistribution en créerait un.

Comment comptez-vous procéder pour mettre en place ce mécanisme de redistribution ?

Nous sommes tentés de penser que cela pourrait se faire dans le cadre d’un accord interprofessionnel. Tout le monde a intérêt à mettre en place un tel système, donc il suffit de se retrouver autour d’une table. Notre optique est que l’Etat doit , dans un premier temps, se contenter de servir de conseil de surveillance. Si le Centre national de la cinématographie prenait en charge la gestion de la redistribution, ce qu’il sait faire, ou si un nouvel organisme était créé, on pourrait imaginer que l’Etat prenne en charge les frais de fonctionnement. Mais si rien n’avance, alors nous attendons de l’Etat qu’il prenne ses responsabilités et joue les pères fouettards, en adoptant un dispositif réglementaire.

L’association des Webproducteurs:
http://www.leswebproducteurs.com/ La société des auteurs et compositeurs dramatiques:
http://www.sacd.fr/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse